Aller au contenu

Eugène Kurth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Eugène Kurth
Naissance
Décès
Nom de naissance
Jeanpierre Kurth
Nationalité
Activité
Distinction

Jeanpierre (Eugène) Kurth, né à Dondelange le 25 mars 1868 et décédé à Luxembourg-Ville le 9 juin 1960, est un peintre luxembourgeois[1],[2].

Eugène Kurth est le fils du vétérinaire Jean Kurth et de Katharina Stoltz[3]. Il étudient à l'Académie des beaux-arts de Munich. En 1894, avec Ed. Hastert et Jean Jerolim, il fonde l'École professionnelle luxembourgeoise ou Luxemburger Gewerbeschule, une école professionnelle destinée à former des maçons, des charpentiers, des machinistes et des peintres-décorateurs, à laquelle il enseigne également[4]. En 1898, il est nommé professeur à la toute jeune École d'artisans de l'État, à Luxembourg-Ville. Joseph Kutter, Jean Noerdinger, Jean Schaack et Auguste Trémont étaient quelques-uns de ses étudiants. Il prend sa retraite en 1930.

L'artiste peint principalement des fleurs. Il fait partie des membres fondateurs du Cercle artistique de Luxembourg (CAL) en 1893[5], dont il restera membre du conseil d'administration pendant un certain temps (1902-1910), avec Pierre Blanc, Michel Engels, Frantz Heldenstein, Jean-Pierre Huberty, Batty Weber et Jean-Baptiste Wercollier, entre autres. En 1894, il fait ses débuts à l'Exposition du Travail au Luxembourg. Il participe régulièrement au Salon du CAL à partir de 1896 et reçoit le Prix Grand-Duc Adolphe en 1925[1]

Kurth épouse Cornélie Herriges en 1904. En 1913, il remporte son premier prix de tir au flobert. Cette année-là, il entre au conseil d'administration du Cercle grand-ducal d'escrime et de gymnastique de Luxembourg et, en 1914, il est élu au comité d'organisation d'un concours international de gymnastique, de tir et d'athlétisme. Il réalise également l'affiche de cette manifestation[4].

Eugène Kurth meurt à l'âge de 92 ans, il est enterré au cimetière Notre-Dame de Luxembourg.

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. a et b Jos Welter (1993) Rétrospective : Cent ans d'art luxembourgeois 1893-1993. Luxembourg: Cercle artistique de Luxembourg / Crauthem: Lux-Print. (ISBN 2-919970-24-0)
  2. "Eugène Kurth", Lëtzebuerger Konschtlexikon. Luxembourg: Musée national d'archéologie, d'histoire et d'art.
  3. État civil de Kehlen: naissances 1868, acte no  21. Il est mentionné dans l'acte de mariage comme Johann Peter, genannt Eugène Kurth.
  4. a et b "Eugène Kurt-Herriges", Tombes remarquables au cimetière Notre-Dame, Ville de Luxembourg.
  5. Lambert Herr (2001) Signatures, portraits et auto-portraits : artistes plasticiens au Luxembourg. Luxemburg: Éditions Saint-Paul. (ISBN 2-87963-382-6).

Liens externes

[modifier | modifier le code]