Espace Libre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Espace libre)
Aller à : navigation, rechercher
Le Théâtre Espace Libre

Espace Libre est un théâtre situé au 1945, rue Fullum à Montréal. Espace Libre est un point d’ancrage pour le monde du théâtre expérimental montréalais. C’est dans le quartier Centre-Sud, un ancien quartier ouvrier de Montréal, que Espace Libre s’installe à son ouverture en 1979, dans les locaux de l’ancien poste de pompiers nº19 de la Ville de Montréal, laissés vacants à la suite de sa relocalisation.

Historique[modifier | modifier le code]

Inauguration et premières années[modifier | modifier le code]

C’est en 1979 que le Nouveau Théâtre expérimental, Omnibus et Carbone 14, trois troupes de théâtre, décident de s’associer pour ouvrir leur propre lieu théâtral : Espace Libre. Ils trouvent la caserne de pompiers 19 du quartier Sainte-Marie et décident de la transformer en un théâtre. Les huit membres fondateurs, Jean Asselin, Denise Boulanger, Robert Claing, Danielle de Fontenay, Robert GravelGilles MaheuAnne-Marie Provencher et Jean-Pierre Ronfard s’attellent alors à la tâche de rénover cet endroit[1].

Au mois de novembre 1981, au terme de travaux et de rénovations, Espace Libre ouvre ses portes en présentant les pièces IV et V de la saga Vie et mort du Roi Boiteux, une création de Jean-Pierre Ronfard. Par la suite, on verra se succéder sans interruption beaucoup de créations, notamment d'Omnibus et du Nouveau Théâtre expérimental. Mais aussi des spectacles écris par de nombreux auteurs québécois. Très vite, Espace Libre participe à la manifestation Théâtre d’Ailleurs et commence à accueillir des spectacles venant du monde entier. On peut citer par exemple The Open Stage Obala, de Yougoslavie, le célèbre Bread and Puppet, mais aussi Plank de  Belgique ou encore Tenkei Gejiko, du Japon[2].

En raison de divergences d’aspirations, Carbone 14 quitte l’aventure Espace Libre pour aller vivre dans son propre théâtre, l'Usine C[3]. Il ne reste alors plus que le NTE et Omnibus qui décident alors de créer un volet accueil destiné à faire vivre pleinement Espace Libre. L’accueil permet à des troupes de théâtre de création de faire partie de la programmation d’Espace Libre chaque année. C’est en 1999 que le poste de directeur artistique est créé à Espace Libre, poste qui sera occupé jusqu’en 2002 par Diane Dubeau. 

Rénovation et années 2000[modifier | modifier le code]

En 20 ans d’activité, environ 200 spectacles ont été créés ou diffusés à Espace Libre. Le théâtre du quartier Sainte-Marie souhaite alors se développer et doit alors se procurer de l’espace et des équipements pour réaliser cet objectif. Le chantier commence au mois de juin 2001 et Espace Libre ferme alors temporairement ses portes. C’est l’architecte Michel Lapointe qui s’occupera de remodeler l’ancienne caserne et de la transformer en le nouvel Espace Libre, qui ouvre en septembre 2002 en présentant « Parade du temps qui passe », un spectacle de Jean-Pierre Ronfard et Alexis Martin[4].

Anne-Marie Provencher arrive à la direction artistique en 2002, aux côtés de Caroline Lussier, directrice administrative. L’accueil se développe alors autour de nouveaux artistes émergents.

En 2006, c’est Olivier Kemeid qui arrive à la direction artistique et Denys Caron en 2007 à la direction administrative. La fréquentation augmente à Espace Libre et le théâtre produit alors de plus en plus de spectacles faisant écho à l’actualité de son monde. En 2010, L’Énéide embrasse de plein fouet le sujet de l’émigration[5]. Le festival International de Mime, créé par Omnibus, investit Espace Libre, c’est alors le seul festival de ce type en Amérique du nord.

En 2010, Philippe Ducros, directeur, metteur en scène et auteur des productions Hôtel-Motel, succède à Olivier Kemeid à la direction artistique d’Espace Libre. Espace Libre inaugure en 2011 le Studio Espace Libre. C’est un nouveau lieu de diffusion situé dans la salle de répétition, destiné à des productions de plus petites formes ou plus pointues. En 2015, la saison « Trouver l’espoir », terminera le cycle réalisé par Philippe Ducros avec les saisons « Résistance » en 2011-2012, « Que suis-je devenu ? » en 2012-2013, « Que sommes-nous devenus ? », 2013-2014. Ce ne sont pas moins de 40 spectacles que Philippe Ducros aura présenté à Espace Libre en quatre ans.

La saison 2015-2016 sera la première que programmera Geoffrey Gaquère à la direction artistique d’Espace Libre[6]. Il met alors en place plusieurs démarches destinées à tourner Espace Libre davantage vers son quartier pour faciliter l'accès à la culture, notamment le comité spectateurs et le spectacle de quartier. La saison 2016-2017 a été dévoilée par Geoffrey Gaquère et Espace Libre le 18 avril 2016. [7]

Spectacles diffusés à Espace Libre[modifier | modifier le code]

Saison 2016-2017[8][modifier | modifier le code]

Directeur Artistique : Geoffrey Gaquère

  • MA(G)MA, Productions Castel Blast, Du 31 août au 10 septembre 2016
  • Sounjata, Nouveau Théâtre Expérimental, Du 20 septembre au 8 octobre 2016
  • Album de Finissants, Pirata Théâtre et Matériaux Composites, Du 13 au 29 octobre 2016
  • Les Lettres Arabes 2, Trois Tristes Tigres, Théâtre Debout et Orange Noyée, Du 3 au 19 novembre 2016
  • Docteur B, Ève-Chems de Brouwer / Useful Dream, Du 23 novembre au 3 décembre 2016
  • La LNI s’attaque aux Classiques, Théâtre de la Ligue Nationale d’Improvisation, Du 7 au 21 décembre 2016
  • Table Rase, Transthéâtre, Du 10 au 21 janvier 2017
  • Ai-je du sang de dictateur?, Didier Lucien, Du 27 janvier au 11 février 2017
  • Dans la tête de Proust, OMNIBUS, le corps du théâtre, Du 21 février au 18 mars 2017
  • No Strings (Attached), Sunny Drake, Du 7 au 11 mars 2017
  • Coin Fullum et Parthenais, Nouveau Théâtre Expérimental, Du 4 au 29 avril 2017
  • La Singularité est proche, Théâtre en petites coupures, Du 5 au 20 mai 2017

Saison 2015-2016[9][modifier | modifier le code]

Directeur Artistique : Geoffrey Gaquère

  • Septembre, Nouveau Théâtre Expérimental et le Théâtre Français du CNA, Du 8 septembre au 3 octobre 2015
  • Bibish de Kinshasa, Les Productions Hôtel-Motel, Du 13 au 24 octobre 2015
  • Spécialités Féminines, OMNIBUS, le corps du théâtre, Du 28 octobre au 14 novembre 2015
  • Table Rase, Transthéâtre et Collectif Chiennes, Du 18 novembre au 5 décembre 2015
  • La LNI s’attaque aux Classiques, le théâtre de la Ligue Nationale d’Improvisation, Du 10 au 19 décembre 2015
  • La Vague Parfaite, Théâtre du futur, Du 12 au 30 janvier 2016
  • Like Mother,  Like Daughter / Telle Mère, Telle Fille, Why Not Theatre et Complicite Creative Learning, Du 3 au 10 février 2016
  • Animaux, Nouveau Théâtre Expérimental, Du 3 au 20 mars 2016
  • Native Girl Syndrome, Lara Kramer Danse, Du 10 au 19 mars 2016
  • Plywood, OMNIBUS, le corps du théâtre, Du 5 au 30 avril 2016
  • Pôle Sud, Documentaires Scéniques, Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier, Du 10 au 21 mai 2016

Saison 2014-2015[10][modifier | modifier le code]

« Trouver l’Espoir »

Directeur Artistique : Philippe Ducros

Dernier volet de la trilogie « L’histoire révélée du Canada français, 1608-1998 », Du 23 septembre au 11 octobre 2014

  • Rue Fable, OMNIBUS, le corps du théâtre, Du 21 octobre au 15 novembre 2014
  • Faire l’Amour, Théâtre Bienvenue aux Dames!, Du 19 au 29 novembre 2014
  • Tranche Cul, Théâtre en Petites Coupures, Du 4 au 20 décembre 2014
  • Requiem(s) King Lear/Hygiène Sociale/Désobéissance Civile/Charte des Raisons/Communes Vodka/Pour Tous

URD / Volte 2, Du 13 au 17 janvier 2015

  • Spécialités Féminines, OMNIBUS, le corps du théâtre, Du 22 janvier au 7 février 2015
  • Splendeur du Mobilier Russe, Groupe de Poésie Moderne, Du 11 au 21 février 2015
  • La Jeune-fille et la Mort, Le Bureau de L’APA, Du 25 au 28 février 2015
  • Les Oiseaux Mécaniques, Le Bureau de L’APA, Du 4 au 14 mars 2015
  • Little Iliad, EW & FCO (Toronto), Du 5 au 14 mars 2015
  • Collection printemps-Été, Nouveau Théâtre Expérimental, Du 24 mars au 11 avril 2015
  • T’en souviens-tu, Pauline?, Théâtre Acharnée, Du 26 mars au 4 avril 2015
  • Ludi Magni, Nouveau Théâtre Expérimental, Du 21 avril au 9 mai 2015

Saison 2013-2014[11][modifier | modifier le code]

« Que sommes-nous devenus? »

Directeur Artistique : Philippe Ducros

  • Dominion, Théâtre de la Pacotille, Du 10 au 28 septembre 2013
  • Ce corps qui parle, OMNIBUS, le corps du théâtre et Théâtre du Mouvement (France), Du 8 au 26 octobre 2013
  • Andreï ou le frère des trois sœurs, Collectif Bobik, Du 30 octobre au 9 novembre 2013
  • Viande à chien, Nouveau théâtre Expérimental et Théâtre des Fonds de Tiroirs, Du 19 novembre au 7 décembre 2013
  • Les Oiseaux Mécaniques, Bureau de l’APA, Du 11 au 21 décembre 2013
  • Le Souffleur de Verre, Théâtre Complice, Du 14 janvier au 1er février 2014
  • Amours Fatales, OMNIBUS, le corps du théâtre, Du 11 février au 8 mars 2014
  • Ignorance, The Old Trout Puppet Workshop (Alberta), Du 11 au 15 mars 2014
  • Eden Motel, Hôtel-Motel, Du 1er au 19 avril 2014
  • T’en souviens-tu, Pauline?, Théâtre Acharnée, Du 10 au 19 avril 2014

Saison 2012-2013[12][modifier | modifier le code]

« Que suis-je devenu? »

Directeur Artistique : Philippe Ducros

  • Changing Room, Collectif Nous sommes Ici, Du 21 août au 8 septembre 2012
  • La couleur du gris, OMNIBUS, le corps du théâtre, Du 18 septembre au 6 octobre 2012
  • La Jeune-fille et la mort, Bureau de l’APA, Du 10 au 20 octobre 2012
  • Leo, Circle of Eleven (Berlin) et le Nouveau Théâtre Expérimental, Du 30 octobre au 24 novembre 2012
  • Lapin Blanc, Lapin Rouge, Hôtel-Motel et Orange Noyée, Du 29 novembre au 15 décembre 2012
  • Dinde et Farces, Théâtre du Party Chinois, Du 19 au 22 décembre 2012
  • Spasmes, Le Pont Bridge, Du 4 au 12 janvier 2013
  • Ignorance, The Old Trout Puppet Workshop (Alberta), Du 15 au 19 janvier 2013
  • Scalpée, Bienvenue aux Dames !, Du 24 janvier au 9 février 2013
  • Les chemins qui marchent, Nouveau Théâtre Expérimental, Du 26 février au 28 mars 2013
  • Grains de Sable, Voyageurs Immobiles, Du 7 au 16 mars 2013
  • Gabie, Théâtre Sans Borne, Du 21 au 30 mars 2013
  • La dernière Interview, Compagnie abc (France), Du 2 au 6 avril 2013
  • Fatal, OMNIBUS, le corps du théâtre, Du 16 avril au 11 mai 2013
  • L’enclos de l’éléphant, Théâtre du Grand Jour, Du 14 au 25 mai 2013
  • Se mettre dans l’eau chaude, ATSA, Du 10 au 15 juin 2013

Saison 2011-2012[13][modifier | modifier le code]

« Résistance »

Directeur Artistique : Philippe Ducros

  • L’Enclos de l’Éléphant, Théâtre du Grand Jour, Du 23 août au 10 septembre 2011
  • Cinplass dans le décor, Théâtre de la Ligue Nationale d’Improvisation, Lundis 29 août, 14 novembre, 5 décembre 2011, 16 janvier, 27 février, et 7 mai 2012
  • RIMM5 – 5e édition des rencontres internationales du Mime de Montréal, OMNIBUS, le corps du théâtre, Du 19 septembre au 1er octobre 2011
  • ZOO 2011, Nouveau Théâtre Expérimental, Du 11 au 29 octobre 2011
  • L’Affiche, Hôtel-Motel, Du 8 au 26 novembre 2011
  • La Tétralogie de l’Impossible, Les productions À Suivre, 17 et 18 novembre 2011, 19 et 20 janvier, 1er et 2 mars, 14 et 15 juin 2012
  • Pharmak(ha)os, CIRAAM, Du 1er au 17 décembre 2011
  • Dinde et Farces, Théâtre du Party Chinois, Du 20 au 23 décembre 2011
  • Requiem pour un Trompettiste, Théâtre La Tangente (Ontario), Du 10 au 21 janvier 2012
  • Invention du chauffage central en Nouvelle-France, Nouveau Théâtre Expérimental, Du 7 février au 8 mars 2012
  • Capital Confiance, Transquinquennal et Groupe Toc (Belgique), Du 13 au 17 mars 2012
  • Le Chaperon est-il si rouge que ça?, La Tourbière, Du 5 au 14 avril 2012
  • JABBARNACK!, OMNIBUS, le corps du théâtre, Du 27 mars au 21 avril 2012
  • Playtime!, Momentum, Du 1er au 19 mai 2012
  • Outrages Ordinaires, Théâtre du Grütli/GRÜ et Le cri du Tigre (Suisse), Du 22 au 26 mai 2012
  • SCRAP, Les Néos, théâtre néo-futuriste, Du 11 au 16 juin 2012

Saison 2010-2011[14][modifier | modifier le code]

« La Folie »

Directeur Artistique : Olivier Kemeid

  • Sauce Brune, Simoniaques Théâtre, Du 24 août au 11 septembre 2010
  • Rêves, chimères et mascarades, OMNIBUS, le corps du théâtre, Du 21 septembre au 16 octobre 2010
  • Chante avec  moi, L’Activité, Du 26 octobre au 6 novembre 2010
  • Le mobile, Pont Bridge, Du 10 au 20 novembre 2010
  • Naissances, Nouveau Théâtre Expérimental, Du 30 novembre au 18 décembre 2010
  • Dinde et Farces : Le cabaret de Noël, Théâtre du Party Chinois, Du 21 au 23 décembre 2010
  • Nature morte dans un fossé, Théâtre Blanc et Théâtre l’Escaouette, Du 11 au 22 janvier 2011
  • ... Sous Silence, OMNIBUS, le corps du théâtre, Du 1er au 19 février 2011
  • Jocaste, Singulier Pluriel, Du 24 février au 12 mars 2011
  • Ronfard, nu devant son miroir, Nouveau Théâtre Expérimental, Du 24 mars au 30 avril 2011
  • Les Lettres Arabes, Trois Tristes Tigres, Du 5 au 21 mai 2011
  • De la race en Amérique, Caravelle DPI (Guadeloupe), Du 24 au 28 mai 2011
  • L’anatomie de l’objet (traité no. 2), Théâtre de la Pire Espèce, Les 10 et 11 juin 2011
  • Cinplass dans le décor de...+... dans la rue, théâtre de la Ligue Nationale d’Improvisation, Dans le décor les vendredis 29 octobre, 12 novembre 2010, 4 mars, 13 mai 2011, Dans la rue du 14 au 18 juin 2011

Saison 2009-2010[15][modifier | modifier le code]

« L’Exploration Collective »

Directeur Artistique : Olivier Kemeid

  • Vie et mort du Roi Boiteux, Théâtre des Fonds de Tiroirs, Du 21 au 30 août 2009
  • Letter Two – Lettre no. 2, Tony Nardi, Du 31 août au 5 septembre 2009
  • Rêves, Chimères et Mascarades, OMNIBUS, le corps du théâtre, Du 22 septembre au 10 octobre 2009
  • Sacré Cœur, Nouveau Théâtre Expérimental, Du 20 octobre au 21 novembre 2009
  • L’Affiche, Hôtel-Motel, Du 1er au 19 décembre 2009
  • Cinplass, Théâtre Spontané, Cinplass, 11 décembre 2009, 15 janvier, 5 et 26 février, 19 mars 2010
  • Gestes Impies, théâtre de la Pire Espèce, Du 7 au 23 janvier 2010
  • L’Amour incurable, Les Trois Arcs, Du 28 janvier au 13 février 2010
  • Silence Radio, théâtre de la Banquette Arrière, Du 18 février au 6 mars 2010
  • L’Énéide, Trois tristes Tigres, Du 10 au 20 mars 2010
  • La Fin, Nouveau Théâtre Expérimental, Du 30 mars au 24 avril 2010
  • L’Amour à Trois, OMNIBUS, le corps du théâtre, Du 4 au 22 mai 2010
  • Un Atoll dans la Tête, la Compagnie du Désordre et Théâtre du Cloître, Du 25 au 29 mai 2010

L’architecture[modifier | modifier le code]

Construite en 1903 sur une rue occupée par plusieurs autres institutions publiques, la caserne nº 19 est l’œuvre de l’architecte Louis-Roch Montbriand, à qui l’on doit notamment l’architecture de l’église Notre-Dame-de-la-Défense classée lieu historique national du Canada, dessinée en collaboration avec l’artiste italien de renom, Guido Nincheri. La caserne nº19 arborait, comme plusieurs édifices institutionnels montréalais de l’époque, un style d'inspiration Beaux-Arts : une façade à plusieurs colonnades; de nombreuses portes et éléments décoratifs; et la présence d’un couronnement au sommet de la façade, qui présente une sorte d’écusson permettant d’identifier le lieu et son caractère[16].

Une première phase de travaux, en 1981, a permis l’adaptation de la caserne aux activités scéniques, et à la présentation de pièces de théâtre devant public. Cette adaptation fut achevée par une deuxième phase de travaux, en 1987. La salle de spectacle occupa ainsi le garage de l’ancienne caserne pendant plusieurs années.

C’est au milieu des années 1990, que l’immeuble, dans sa forme originale, commença à exprimer sa désuétude, et qu’il ne répondait plus aux besoins des activités qui s’y déroulaient. Malgré ce manque d’espace et de commodité, les organismes constituant Espace Libre, exprimèrent le désir de demeurer au même emplacement. Durant l'année 2001 commencèrent donc les travaux de démolition et de reconstruction de l’Espace Libre. Ces travaux furent entrepris sous la supervision de l’architecte Michel Lapointe, de la firme Lapointe, Magne et associés, de Montréal.

C’est au mois d’août 2002, que furent terminés les travaux, et que l’Espace Libre accueillit son public dans ses nouveaux locaux. Les travaux, qui s’inscrivaient dans un effort de revitalisation du patrimoine immobilier de Montréal, devaient respecter l’architecture de l’édifice original de 1903, et offrir suffisamment d’espace pour abriter les locaux de répétitions et d’administrations des deux compagnies de théâtre, des locaux pouvant accueillir les artistes en résidence, ainsi qu’une salle de spectacle pouvant répondre aux exigences des projets d’exploration théâtrale.

L’aire de terrain disponible amena les architectes à opter pour un concept sur 4 niveaux incluant un sous-sol excavé. Le premier niveau est principalement consacré à la salle de spectacle. D’une capacité de 130 places, celle-ci est conçue de manière que la configuration géométrique de la salle puisse être modifiée au gré des productions, et possède donc deux entrées possibles pour le public. Le sous-sol excavé, lui, propose un aménagement qui permet de dégager l’espace nécessaire à la salle du premier niveau. On y retrouve les aires de rangement, les toilettes publiques, les installations techniques et la régie.

Les étages supérieurs accueillent quant à eux les locaux administratifs et de pratiques des deux compagnies de théâtre, et quelques salles communes. Premier étage : les loges des artistes, une cuisine et une salle à manger commune, ainsi que les locaux d’Omnibus; école de mime. Second étage : les bureaux et la salle de répétition du NTE (Le Nouveau Théâtre expérimental), et une autre salle qui accueille les répétitions des productions en résidences.

Dans un effort de conservation, l’architecte Michel Lapointe et son équipe ont conservé quelques structures extérieures d’origine (façade, mur est, et tour de séchage des tuyaux) afin d’intégrer la nouvelle structure, dite moderne, aux éléments marquants de l’édifice d’origine. La façade s’est donc vu superposer un étage supérieur, qui, par l’utilisation d’une surface vitrée, ne nuit pas au caractère historique de celle-ci; et ce, sans pour autant nier l’apparence fortement contemporaine et moderne que suggère maintenant ce nouveau visage. Le côté est du théâtre témoigne lui aussi des efforts des architectes à affirmer le caractère expressif de ce bâtiment. De l’extérieur, en plein jour, cette surface de verre se déploie dans une rythmique où les verticales se superposent les unes sur les autres, telles les faces déployées d’un éventail ouvert qui reflète la lumière du soleil, et c’est lorsque la nuit tombe, que l’éclairage intérieur laisse apparaître les aires de circulations qui se cache derrière ce parement de verre et qui se découpe tel un spectacle d’ombres chinoises sur la surface vitrée.

C’est donc par la simplicité des formes et l’utilisation de lignes épurées que les architectes ont rendues possibles la rencontre de deux époques dans un édifice qui allie fonctionnalité et expressivité; résultat d’un effort marqué par le respect des acquis du passé, et la volonté de redéfinir l’acte de création actuel.

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]