Elvira Notari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Elvira Notari
Description de cette image, également commentée ci-après
Elvira Notari et son mari Nicola dans les années 1920
Nom de naissance Maria Elvira Giuseppa Coda
Naissance
Salerno, Campanie, Italie
Nationalité Drapeau de l'Italie Italienne
Décès (à 71 ans)
Cava de' Tirreni, Campanie, Italie
Profession Réalisatrice

Elvira Notari, née Maria Elvira Giuseppa Coda à Salerne le et morte à Cava de' Tirreni le , est la première réalisatrice italienne du cinéma muet. Son œuvre, composée de 60 longs métrages, courts métrages et documentaires, annonce déjà le courant néoréaliste[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Maria Elvira Giuseppa Coda qui est la fille de Diego Coda et Agnese Vignes fréquente l'école magistrale de Salerne avant de se rendre à Naples où elle travaille en tant que modiste. Là, elle épouse Nicola Notari un ancien peintre dont elle prend le nom. Ensemble ils fondent dans les années 1920 la société de production cinématographique Film Dora, renommée par la suite Dora Film[2],[3].

Elvira Notari choisit comme centre d’intérêt le «  Naples populaire » et fait jouer les membres de sa famille, dont son fils Edouardo et ses amis. Parfois elle prend elle-même part à ses films en interprétant les personnages typiques napolitains[4].

Elvira Notari réalise plus de soixante films dont elle écrivit aussi les scénarios, souvent inspirés des chansons napolitaines ou des événements tragiques survenus à Naples. Dans ses films elle décrit les personnages des catégories sociales défavorisées de Naples, s'attachant au côté sentimental[5].

Pendant la période fasciste, ses films, par la manière réaliste de présenter la réalité est mal vue par le régime et ont subi la censure cinématographique. Certaines films ont été considérés anti-nationalistes et interdits aux États-Unis[6].

Pendant les dernières années de son activité, Elvira Notari réalise deux films (Napoli terra d'amore, 1928, et Napoli sirena della canzone, 1929) qui se déroulent dans le giron de la haute-bourgeoisie éloignée de toute forme de moralisme[7].

En 1940 Elvira Notari se retire avec son mari, à Cava de' Tirreni, où elle meurt le 17 décembre 1946.

En 1998, une grand partie du matériel photographique et cinématographique appartenant a Elvira Notari est cédé par ses héritiers, au Museo internazionale del cinema e dello spettacolo (it) de Rome.

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

  • 1906 : Gli arrivederci
  • 1909 :
    • L'accalappiacani
    • Il processo Cuocolo
  • 1910 :
    • Maria Rosa di Santa Flavia
    • Fuga del gatto
  • 1911 : Bufera d'anime
  • 1912 :
    • La figlia del Vesuvio
    • I nomadi (1912)
    • Guerra italo-turca tra scugnizzi napoletani
    • L'eroismo di un aviatore a Tripoli
    • Carmela la pazza
  • 1913 :
    • Povera Tisa, povera madre
    • Errore giudiziario
    • Tricolore
  • 1914 :
    • Ritorna all'onda
    • A Marechiare 'nce sta 'na fenesta
  • 1915 :
    • Addio mia bella addio... l'armata se ne va...
    • Figlio del reggimento
    • Sempre avanti, Savoia
  • 1916 :
    • Carmela, la sartina di Montesanto
    • Ciccio, il pizzaiuolo del Carmine
    • Gloria ai caduti
  • 1917 :
    • Barcaiuolo d'Amalfi
    • La maschera del vizio
    • Mandolinata a mare
    • Il nano rosso
  • 1918 :
    • Gnesella
    • Pusilleco addiruso
    • Medea di Porta Medina
  • 1919 :
    • Chiarina la modista
    • Gabriele il lampionaio
  • 1920 :
    • A Legge
    • A Piedigrotta
    • 'A mala nova
    • Gennariello il poliziotto
  • 1921 :
    • Luciella (1921)
    • Il figlio del galeotto
  • 1922 :
    • A Santanotte
    • Piccerella
    • Cielo celeste
    • Cielo 'e Napule
    • Il miracolo della Madonna di Pompei
  • Pupatella (1923)
  • Reginella (1923)
  • 1923 :
    • Cor' e frate
    • O cuppè d' 'a morte
    • Sotto San Francisco
  • 1924 :
    • Nfama!
    • Così piange Pierrot
    • Mettite ll'avvocato
  • 1925 : Trionfo cristiano
  • 1926 : Fenesta ca lucive
  • 1928 :
    • La leggenda di Napoli
    • Napoli terra d'amore
  • 1929 : Napoli sirena della canzone

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Gwendolyn Audrey Foster, Women film directors: an international bio-critical dictionary, 1995 p. 284
  2. (it)Gian Piero Brunetta, Emigranti nel cinema italiano e americano, in AA. VV., Storia dell'emigrazione italiana, Vol. 2, p.  501
  3. (en) « Elvira Notari – Women Film Pioneers Project », sur wfpp.cdrs.columbia.edu (consulté le 22 mai 2017).
  4. (en)Mira Liehm, Passion and Defiance: Film in Italy from 1942 to the Present, p.  15
  5. (en)Giuliana Bruno, Maria Nadotti, Off screen: women and film in Italy, 1988, p.  153
  6. (en)Gwendolyn Audrey Foster, Women film directors: an international bio-critical dictionary, 1995 p.  283
  7. Francesca Vatteroni, «Notari, Elvira», Enciclopedia del Cinema (2004), Istituto dell'Enciclopedia italiana Treccani.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Gwendolyn Audrey Foster, Women film directors: an international bio-critical dictionary, Greenwood Publishing Group, 1995 (ISBN 03-1328-972-7)
  • (it) Piero Bevilacqua, Andreina De Clementi, Emilio Franzina, Storia dell'emigrazione italiana. Partenze, Vol. 2, Donzelli editore, 2001 (ISBN 88-7989-655-5)
  • (en) Giuliana Bruno, Streetwalking on a Ruined Map: Cultural Theory and the City Films of Elvira Notari, Princeton University Press, 1993
    • trad.(it) : Rovine con vista: alla ricerca del cinema perduto di Elvira Notari, Baldini Castoldi Dalai, 1995 (ISBN 88-7738-200-7)
  • (en) Giuliana Bruno, Maria Nadotti, Off screen: women and film in Italy, coll. University paperbacks, Taylor & Francis, 1988 (ISBN 04-1500-857-3)
  • (it) Vittorio Martinelli, Sotto il sole di Napoli, in AA.VV., Cinema & film. La meravigliosa storia dell'arte cinematografica, Armando Curcio editore, Roma, 1987, Vol. II, p.  360–371
  • (fr) Vittorio Martinelli, Simm'e Napule e avimma fa' 'o cinéma de' napulitane! Nous sommes de Naples et nous devons faire du cinéma pour les Napolitains !, in « Les cahiers de la cinémathèque », numéro 49 - Retour aux années 20, été 1988, p.  42–50
  • (en) Mira Liehm, Passion and Defiance: Film in Italy from 1942 to the Present, Berkeley: University of California Press, 1986 (ISBN 05-2005-744-9)
  • (it) Francesca Vatteroni, «Notari, Elvira», Enciclopedia del Cinema (2004), Istituto dell'Enciclopedia italiana Treccani
  • (it) Antonella Pagliarulo, «Notari, Nicola ed Elvira (Maria Elvira Giuseppa Coda Notari)», Dizionario Biografico degli Italiani - Volume 78 (2013), Istituto dell'Enciclopedia italiana Treccani
  • (it) Lucia Di Girolamo, La Dora Film di Elvira Notari, esempio di “saggezza organizzativa” tra esigenze commerciali e necessità familiari, in Nuove frontiere per la Storia di genere a cura di Laura Guidi e Maria Rosaria Pelizzari, Università degli Studi di Salerno in coedizione con Libreriauniversitaria.it, 2013, vol.3, p.  293-298.
  • (it) Enza Troianelli, Elvira Notari pioniera del cinema napoletano (1875-1946 (con prefazione di Mino Argentieri e interviste ad Aldo Bernardini e a Vittorio Paliotti), EuRoma-Editrice universitaria di Roma - La Goliardica, 1989
  • (it) Chiara Ricci, Il cinema in penombra di Elvira Notari. (Prefazione di Steve Della Casa) LFA Publisher Caivano -Na- 2016 (ISBN 978-88-99972-25-7)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :