DocuSign

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

DocuSign
logo de DocuSign
illustration de DocuSign

Création 2003
Fondateurs
Tom Gonser, Co-founder
Court Lorenzini, Co-founder
Eric Ranft, Co-founder
Personnages clés Daniel Springer (CEO)[1]
Siège social San Francisco
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité Informatique
Produits Signature électronique Services et Logiciels de gestion de transactions numériques
Société mère DocuSign
Site web site internet

DocuSign est une société informatique créée en 2003 qui propose des technologies dans le domaine de la signature électronique (signature numérique) et de la gestion des transactions numériques, en vue de faciliter les échanges et validation électroniques de contrats et de documents. Son siège est basé à San Francisco.

La filiale française de DocuSign est issue du rachat de la société OpenTrust, déjà présente sur le marché de la signature électronique en France[2], qui était un spécialiste de la sécurité numérique.

La société, à l’origine de 3 brevets dans le domaine de la signature et de l’identité numérique, proposait déjà des certificats électroniques permettant de réaliser des transmissions de données sécurisées utilisées essentiellement par des groupes industriels, des gouvernements, des banques et des assurances.

Histoire[modifier | modifier le code]

Siège Social DocuSign à San Francisco, CA - Etats-Unis

DocuSign a été fondée par Court Lorenzini (CEO), Tom Gonser (CPO) et Eric Ranft (CTO) ; le concept original de la société a été développé par Tom Gonser[3] alors qu’il était toujours impliqué dans la société NetUpdate qu’il a fondé en 1998 et pour laquelle il occupait la position de CEO et de membre actif du comité exécutif.

Au cours de son développement, la société NetUpdate a acquis plusieurs autres sociétés, et notamment la start-up DocuTouch, fondée par Mir Hajmiragha et basée à Seattle. DocuTouch[4] détenait alors des brevets de signature électronique basés sur la technologie cloud, mais ne générait pas de revenus significatifs.

Avec l’appui en interne de Gonser, Lorenzini a négocié l’achat d’une partie des actifs de NetUpdate et c’est ainsi qu’il a pu démarrer DocuSign. Gonser quitta alors le comité exécutif de NetUpdate pour se consacrer à plein temps au développement de DocuSign.

La société a réalisé ses premières ventes en 2005 au moment où zipForm (désormais ziplogix) a intégré la technologie DocuSign au sein de ses formulaires immobiliers dématérialisés.

Des prototypes ont été mis au point avec l’aide d’avocats et de juges officiels afin de démontrer la légitimité et la légalité des contrats délivrés par la technologie DocuSign, sur la base d‘audits de logs de signatures réalisées avec chiffrement ainsi que par la preuve de l’impossibilité d’y apporter des modifications post-signature.

En janvier 2007, Court Lorenzini a laissé sa place de CEO et de président du directoire pour occuper la fonction de vice-président responsable du développement commercial. Le nouveau CEO, Matthew Schultz[5], a occupé cette fonction jusqu’en janvier 2010, puis a été remplacé par Steven King, qui a procédé au déménagement du siège social de la société de Seattle vers San Francisco. Keith Krach a été nommé président du directoire de DocuSign en janvier 2010 puis CEO en août 2011.

En juin 2010, DocuSign a ajouté une fonctionnalité d’authentification des utilisateurs compatible pour iPhone, iPad et autres appareils mobiles[6].

DocuSign a également commencé à référencer son service comme un outil de « gestion des transactions digitales » (DTM) afin de se positionner sur ce nouveau marché. A la fin de l’année 2010, la société détenait 73 % de parts de marché dans le domaine de la signature électronique en mode SaaS avec 80 millions de transactions réalisées[7]. Scale Venture Partners (en) a opéré un tour de table d’investissement de l’ordre de 27 millions de dollars en décembre 2010.

DocuSign a ensuite ouvert un bureau à Londres en Septembre 2011[8]. La même année, DocuSign a ouvert un bureau à San Francisco qui fait désormais office de siège social.

DocuSign a signé un agrément en Avril 2012 avec Paypal afin d’autoriser les utilisateurs du service Paypal à intégrer sous la forme d’une transaction unique un paiement avec une signature électronique grâce à la fonctionnalité DocuSign Payment[9]. Des partenariats similaires ont été signés avec salesforce.com[10] et Google drive[11]

En 2016, la société DocuSign est positionnée troisième dans la liste du classement des sociétés Forbes Cloud 100[12].

En janvier 2017, Daniel Springer[13] a été nommé en tant que PDG, en remplacement de Keith Krach. Keith Krach reste quant à lui président du directoire.

Financement[modifier | modifier le code]

En 2004, DocuSign a levé 4,6 millions de dollars auprès de Frazier Technology Ventures[14].

Plusieurs levées de fonds supplémentaires ont eu lieu entre 2006 et 2009 pour un montant de 30 millions de dollars, permettant à la société d’acquérir des grands comptes et de réaliser 48 millions de signatures électroniques[15].

En Mai 2015, la société a annoncé qu’elle avait levé 233 millions de dollars[16] grâce à un nouveau tour de table de financement, valorisant l’entreprise à une estimation de 3 milliards de dollars[17].

Produits[modifier | modifier le code]

Les fonctionnalités proposées par DocuSign incluent notamment des services d’authentification, de gestion de l’identité des utilisateurs et d’automatisation des processus[18].

Les solutions DocuSign sont proposées par abonnement ou en essai gratuit. Les signatures électroniques et les documents sont encryptés puis traités par un algorithme de protection garantissant que la transaction numérique n’a pas été falsifiée ou compromise.

Avec la plateforme DocuSign, les signataires reçoivent par email un document à signer électroniquement. Chaque partie doit alors accepter d'examiner, de compléter et de signer le document. Les signatures électroniques peuvent être ajoutées à partir de la copie d’une signature manuscrite ou bien générées automatiquement par la plateforme DocuSign. Un niveau d’authentification additionnel peut être proposé avec l’envoi d’un code par téléphone ou par vérification d’identité[19].

Références[modifier | modifier le code]

Lien Externe[modifier | modifier le code]