Doctrine de la sécurité nationale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La doctrine de sécurité nationale est une conséquence de la guerre froide. En mars 1947, le président des États-Unis Harry Truman, affirma que les États-Unis étaient disposés à contrer l'avance communiste en intervenant militairement dans les foyers de perturbation. N'importe quelle agression contre les régimes favorables à la politique extérieure des EU caractérisait une agression à la sécurité nationale des États-Unis. En outre, pour forcer les pays latino-américains, jusque-là neutres, à adhérer au côté du Monde libre, le Secrétaire d'État des États-Unis John Foster Dulles déclara qu'être neutre était immoral.

Au Brésil, Golbery do Couto e Silva créa le Service National d'Informations, pour éliminer les « ennemis du régime ». Un autre point qui reliait les États-Unis au Brésil à l'époque du régime militaire était l'École militaire des Amériques, qui formait des militaires en techniques de contre-guérilla, de tortures scientifiques et d'interrogatoires, et où furent formées 355 personnes.