Discussion:Weather Report

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Pastorius[modifier le code]

Je me suis permis de modifier le passage concernant Pastorius, qui me semblait à la fois trop détaillé (en proportion) et erroné : l'utilisation, en soi, des harmoniques à la basse (fretless ou pas) ne pouvait être considérée comme "quasi impossible" ; sa propre utilisation desdites harmoniques pouvait en revanche être considérée comme littéralement "inouïe" ; le passage faisait cependant surtout référence à un morceau que Pastorius jouait, parfois, certes, sur scène avec WP, mais qui figurait sur un album solo ("Portrait of Tracy"). Ireilly (d) 13 mars 2009 à 08:27 (CET)

Le terme « quasi impossible » est extrait d'une citation de Marc-Édouard Nabe, Journaliste à Jazzman (c'était indiqué en bas de page) et ce passage fait, en partie référence à Portrait of Tracy, mais aussi à Birdland qui est incontestablement l'un des plus grands succès de Weather Report !
J'ai donc rétabli cette intéressante citation, mais en bas de page, pas dans l'article.
Yves (d) 11 septembre 2009 à 12:15 (CEST)
La retranscription de la citation de Nabe est peut-être juste ; le point sur ce qu'a apporté Pastorius à la basse électrique peut-être considéré comme "intéressant" (même si je pense qu'on doit pouvoir en trouver de plus pertinentes, venant de musiciens ou d'"autorités supérieures" à Nabe sur ce point). En revanche, la seconde partie est simplement _fausse_ : même si Nabe l'a effectivement dit, on ne peut PAS prétendre que "l'utilisation [en soi] des harmoniques à la basse" était considéré jusqu'alors comme "quasi-impossible" ; ce qu'on peut dire, c'est que l'utilisation particulière de Pastorius était proprement "inouïe". Par conséquent, j'ai effacé cette partie de la citation, qui décrédibilise même la première partie. Ireilly (d) 13 septembre 2009 à 21:39 (CEST)
Je pense qu'une citation incomplète ne veut rien dire et peut même vouloir dire le contraire de ce que son auteur souhaitait.
De ce fait, et afin d'éviter toute polémique, je l'enlève de l'article.
Ceci étant, uniquement pour ma culture personnelle, je lance ici un appel à ceux qui connaissent bien la guitare basse :
- Pouvez vous me citer quelqu'un qui, avant Pastorius, aurait produit sur scène des harmoniques artificielles avec sa basse ?
Merci d'avance pour vos réponses.
Yves (d) 15 septembre 2009 à 12:25 (CEST)
Quelques éléments de réponse : Dans Birdland, les harmoniques sont effectivement "artificielles" — c'est à dire que la main gauche remplaçant en quelque sorte le sillet, c'est à la main droite de faire les deux gestes : doigt posé + pincement, alors que pour les harmoniques naturelles, la main gauche est utilisée pour poser les doigts sur les cordes, et la main droite ne sert qu'au pincement — alors que dans Portrait of Tracy, les harmoniques sont "naturelles". Je suis (bassiste et) convaincu du fait que 1/ les bassistes électriques utilisaient les harmoniques naturelles pour accorder leurs instruments (comme le font à peu près tous les bassistes) bien avant Pastorius, et 2/ que l'utilisation des harmoniques (artificielles ou naturelles) ne semblaient "impossible" (en soi) à personne (parmi les gens concernés), mais c'est l'utilisation de ces harmoniques d'une façon aussi _musicale_ (donc pas seulement pratique, pour s'accorder, ou anecdotique) qui pouvait éventuellement sembler, sinon "impossible", du moins totalement inédite, littéralement "inouïe", voire "géniale". Enfin, les harmoniques artificielles font (et faisaient déjà) partie intégrante des gestes techniques de tous les violoncellistes et contrebassistes classiques, qui barrent avec le pouce gauche (à l'octave) et posent index, majeur et annulaire gauche sur les cordes pour faire les notes. HTH. Ireilly (d) 15 septembre 2009 à 15:19 (CEST)
Merci pour ces précisions techniques, Ireilly. Yves (d) 15 septembre 2009 à 16:05 (CEST)

Problème de conjugaison ![modifier le code]

Pour la Nième fois, je viens de remettre un petit ait à la place d'un a !
Qui peux prétendre que « qu'il nous ait rejoints » soit de l'indicatif ?
« qu'il nous a rejoint » n'est pas français et ne veux rien dire.
ce fameux « qu' » indique justement que j'on emploie le subjonctif.
Il nous a rejoint = Indicatif OK, mais QU'il nous ait rejoint = subjonctif.
C'est facilement vérifiable, même sur internet !
Voici un lien parmi tant d'autres : [1]
Yves (d) 6 octobre 2009 à 18:18 (CEST)

Vous dites qu'il faut employer le subjonctif après "que" dans tout les cas ? Vous dites qu'il faille alors ; lorsque vous n'avez pas mangé, en fin de journée, vous dites également que vous ayez faim ? Je sais que vous ayez tort... Voir ceci notamment. --Xic [667 ] 6 octobre 2009 à 18:37 (CEST)
C'est une faute extrêmement courante (et oui, c'est facilement vérifiable sur internet !), mais il n'empêche que c'est une faute. --Xic [667 ] 6 octobre 2009 à 18:38 (CEST)
Je constate que vous généralisez (indicatif malgré le que) alors qu'il eut été souhaitable que vous ne généralisiez pas (subjonctif).
C'est vous qui dites « dans tous les cas »...
Il serait bon quand même de considérer le contexte et la consonance de la phrase.
Je ne suis donc pas persuadé d'avoir tort (ou que j'aie tort, ou que je me sois trompé mais pas que j'ai tort...)
Yves (d) 6 octobre 2009 à 18:58 (CEST)
Vous ne fournissez aucun argument valable ("Il nous a rejoint = Indicatif OK, mais QU'il nous ait rejoint = subjonctif.", je ne comprends pas du tout, vous affirmez ensuite que le "que" indique le subjonctif (dans tous les cas dois-je comprendre ou bien il manque quelque chose à votre phrase)), je pourrais vous en donner des tonnes. Un lien vers les recommandations de wikipdia ne vous suffit pas ? Celui-ci suffira-t-il[2] ? La wikiversité[3] (pas une très bonne référence dans l'absolu, on peut néanmoins supposer que les auteurs de cette page sont un minimum renseignés sur le sujet) ? Après que est normalement suivi de l'indicatif. Cependant, on constate dans l'usage courant l'emploi de plus en plus fréquent du subjonctif, sans doute par analogie avec avant que. Cet emploi n'est pas admis par tous ? un précis de grammaire française ? conseils aux bacheliers littéraires ? etc. etc. Ce n'est pas encore suffisant ? --Xic [667 ] 6 octobre 2009 à 19:35 (CEST)

D'ailleurs vous faites vous-même une faute : on écrit "alors qu'il eût été", avec un accent, subjonctif, car en fait forme irrégulière du conditionnel (équivalent ici de "il aurait été" (« Il est vrai que, comme il se mêlait sans doute à cela quelque instinct précoce du sexe, le même châtiment [la fessée reçu de son frère ne m’eût point du tout paru plaisant » (2, page 45), « Mon père, homme de plaisir, mais galant à la vieille mode, n’a jamais tenu, près des femmes qu’il aimait le plus, des propos dont une vierge eût pu rougir » (2, page 46), « J’ai même peine à croire que j’eusse volé quand même j’aurais eu des passions plus coûteuses » (2, page 73).]). --Xic [667 ] 6 octobre 2009 à 19:53 (CEST)

Bon, je pense qu'il est temps de cesser cette joute de subjonctifs plus ou moins bien utilisés qui ne pourrait que nous discréditer tous les deux.
Je ne suis pas professeur de français et encore moins de conjugaison et je serais bien incapable d'énoncer clairement une règle, mais je pense néanmoins savoir en appliquer un bon nombre.

J'ai commis une erreur, effectivement, en écrivant, au début de ce paragraphe : « qu'il nous ait rejoints » car il y manque un petit mot qui est juste avant, c'est après...
En effet, j'aurais du écrire « après qu'il nous ait rejoints » et tout aurait été, à mon sens, plus clair.
En effet, supposons qu'il ait été écrit « depuis qu'il nous a rejoints », ou bien même « maintenant qu'il nous a rejoints », ces deux tournures indiquent clairement une action passée par rapport à l'instant narré et dans ce cas l'indicatif, au passé composé, est parfaitement justifié.
Mais il n'est pas écrit depuis ni maintenant, il est écrit après. Or, cet après, justement, qui suggère un futur, ne permet pas, si je ne m'abuse, d'utiliser juste derrière lui, un simple passé, même composé !
C'est pourquoi je soutiens la formulation « après qu'il nous ait rejoints ».
Mais, si je n'ai pas su vous persuader de son bien fondé, livrons nous, si vous le voulez bien, à un autre exercice : tentons de changer de temps sans changer de mode.
Supposons que, au lieu de « après qu'il nous ait (ou) a rejoints », l'auteur ait écrit au présent. Aurait il dit « après qu'il nous rejoigne » ou bien « après qu'il nous rejoint » ?
Vous conviendrez avec moi, je n'en doute pas, que c'est « après qu'il nous rejoigne » qui est la bonne formulation, ce qui confirme l'emploi du subjonctif dans ce cas particulier.
D'où ce que j'écrivais hier : « Il serait bon quand même de considérer le contexte et la consonance de la phrase. »
Je modifie donc à nouveau l'article, pour la dernière fois, j'espère.

P.S. : En ce qui concerne l'absence d'accent sur le u de eût lors de ma précédente intervention, là, j'ai effectivement commis une faute, par manque de relecture, et je vous prie de m'en excuser.
Cordialement.
Yves (d) 7 octobre 2009 à 11:37 (CEST)
Vos spéculations et vos formulations, si vous saviez ce que j'en pense... livrez-vous à tous les exercices que vous voulez, allez-y, répandez votre savoir orthographique, j'ai l'impression que vous vous moquez de moi. QUoi qu'il en soit je ne vais pas me battre contre quelqu'un qui prétend m'apprendre la conjugaison alors qu'il ne sait visiblement pas LIRE ce qu'il a sous les yeux, je vous ai mis au dessus 5 liens extrêment explicites vers des sites spécialisés expliquant que Après que était suivi de l'indicatif, je me barre, restez dans votre boue, bon vent, j'ai vraiment bien mieux à faire que me battre contre des moulins à vent. Merci de ne plus m'adresser la parole monsieur, au plaisir de ne pas vous recroiser. --Xic [667 ] 7 octobre 2009 à 11:48 (CEST)
Encore un mot et je vous assure que ce sera le dernier, juste pour répondre à l'une de vos suppositions : Et bien non, Monsieur, je ne me moque absolument pas de vous ; j'ai simplement essayé de maintenir le ton que vous employiez vous même dans votre première intervention, et qui m'a bien fait sourire. Sur ce, je vous souhaite néanmoins une bonne journée. Très cordialement.Yves (d) 7 octobre 2009 à 12:14 (CEST)

La règle est simple : pas de subjonctif avec "après que". La raison l'est aussi : le subjonctif est le mode de l'incertitude (même s'il y a des exemples d'emplois pour des faits réels), l'indicatif est le mode de la réalité avérée, d'où : "avant qu'il ait appelé" (incertitude) et "après qu'il a appelé" OU "après qu'il eut appelé" (passé antérieur, vs. "eût appelé" : subjonctif. NB : le passé antérieur est "antérieur" à un passé simple). La règle est souvent enfreinte (et la tendance est même "irrésistible" selon Grevisse), elle l'a été par des auteurs très éminents, mais c'est la règle (rappelée par l'Académie dans une mise en garde de 1964), et puisque nous, humbles Wikipédiens, ne sommes ni Sartre, Montherlant, Duhamel, Mauriac, Camus, ... (cités par Grevisse comme illustres contrevenants à ladite règle), il me semble plus simple de la respecter ! :-). Ireilly (d) 9 octobre 2009 à 17:27 (CEST) PS : On comprend bien la nécessité de l'indicatif en remplaçant par "dès qu'il..." ("dès qu'il nous ait rejoint" ?-)

Voilà enfin une explication simple et claire.
Effectivement, comme d'éminents écrivains tels que Sartre ou Camus l'on commise, je commettais effectivement, moi aussi, une erreur.
Cependant, je ne prétend pas leur arriver à la cheville et je prie tous les lecteurs de m'excuser, y compris Monsieur Xic.
Merci beaucoup, Ireilly.
Yves (d) 12 octobre 2009 à 09:40 (CEST)

Ambiguïté sur Birdland[modifier le code]

Bonjour,

Il me semble que l'article laisse penser que Jaco Pastorius a composé Birdland, or, c'est une composition de Zawinul.

La phrase peut bien sûr être lue comme "Weather Report, crée (dans le sens "Joue pour la première fois", en présence de Jaco Pastorius, Birdland une composition de Joe Zawinul".

Mais la formulation initiale me semble ambigüe...

Est-il possible de la changer pour, par exemple : Jaco Pastorius, un des bassistes les plus influents de son époque dont l'apport est particulièrement sensible dans Birdland, composition de Joe Zawinul qui deviendra un standard, en 1977...

Qu'en pensez-vous ? — Le message qui précède, non signé, a été déposé par Hermanfry (discuter), le 5 novembre 2014 .

Oui, c'est bien ! J'intègre ça. Sorwell (discuter) 6 septembre 2017 à 15:03 (CEST)