Discussion:Houtsoules

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Les Hutsules sont une population qui, voguant entre diverses identités, n'arrive pas à développer une véritable conscience nationale.

Il s'agit donc de l'une des dernières populations européennes qui n'ait pas connu le bouleversement représenté par la naissance du nationalisme au début du XIXème siècle.

Les Hutsules se définissent aujourd'hui comme des Ukrainiens si on les interroge sur leur nationalité. Le problème est que la plupart des Hutsules ne se sentent pas Ukrainiens, ni Ruthènes, et encore moins Hutsules, ce terme étant fortement dépréciatif en roumain comme en ukrainien.

Comment les Hutsules vivent-ils donc leurs différences ?

Ils ne se sentent pas vraiment Ukrainiens car tout tend à les éloigner de ces habitants des plaines auxquels ils s'opposaient régulièrement dans le passé, que ce soit dans leurs traditions, et particulièrement leur langue, très différente de l'ukrainien standard que l'on cherche à leur imposer systématiquement en Ukraine où le hutsule est tout juste considéré comme un « patois ».

Après avoir interrogé un panel d'étudiants et d'universitaires à Kiev en mai 2000, il ressort que la grande majorité des personnes interrogées méprisaient ouvertement ces Hutsules qui « ne sont pas des Ukrainiens ». La plupart reprochant aux Hutsules de ne pas se plier aux règles de la république d'Ukraine, de vivre librement dans la montagne sans ce soucier des lois, au point de ne pas pouvoir évaluer le nombre d'Hutsules vivant en Ukraine car « les Hutsules, c'est comme les lapins dans les forêts on ne saura jamais combien il y en a »…

Au point aussi de contrôler systématiquement les Hutsules descendus dans les agglomérations de la plaine pour ramener les récalcitrants au service militaire dans le droit chemin … car les autorités ukrainiennes s'aventurent rarement dans ces villages de farouches montagnards. Un grand nombre de Hutsules en Bucovine du Sud se disent ainsi, Roumains, principalement pour deux raisons : - le refus d'une identité « par défaut », l'identité ukrainienne qui ne correspond pas au mode de vie, à la culture hutsule. - la nécessité de s'intégrer dans une société roumaine nourrie d'une imagerie populaire favorable aux Hutsules chez les Roumains (malgré le caractère péjoratif du mot « Hutsule en roumain) s'expliquant par la persistance de certaines traditions communes et le mythe d'une parenté des Roumains avec les Hutsules. Selon ce mythe, entretenu par les hypothèses douteuses d'historiens de la fin du XIXème siècle, les Hutsules seraient des Geto-Daces slavisés, les Geto-Daces étant l'équivalent de « nos ancêtres les Gaulois » pour le peuple roumain.

Aujourd'hui un peu moins de la moitié des Hutsules se déclarent comme Roumains ; c'est le cas en particulier dans les zones limitrophes du peuplement Hutsules avec les zones de peuplement roumains, et dans les zones les plus éloignées de la frontière ukrainienne,. C'est particulièrement le cas dans les communes de Vatra Moldovitei, Moldovita, Breaza, Cirlibaba où la proportion de Hutsules recensés en 1992 varie entre 16 et 1,6 %3, communes où des sondages à grande échelle menés par le chercheur roumain d'origine ukrainienne Adrian Sheïtchuk en 1995 donnent des chiffres tout autres : entre 75 et 88 % d'Hutsules dans la composition de la population de ces communes.


3- Selon qu'il s'agisse du recensement par langue maternelle ou nationalité.

Il vaudrait mieux vérifier des points comme le non-décompte des Hutsulŷ par les "nationalistes ukrainiens", le grand mélange entre Hutsulŷ et d'autres Rusynŷ, l'absence de fondement de bon nombre d'assertions posées ici, etc. avant d'affirmer de tels points de vue...

Étant à demi hutsul ET membre de Наша Україна, je ne peux partager ces points de vue à l'emporte-pièce et quelque peu spécieux, qui établissent plusieurs confusions — entre autres : les «nationalistes», en Ukraine, sont quantité négligeable (et nettement moins nombreux que les nationalistes russophones fascisants de Transdnistrie, de Crimée et de l'est du pays), et certains se revendiquent clairement comme les héritiers des partisans de Stepan Bandera. Pour détecter leur présence, franchement éphémère, lors des élections (eux ne sont pas représentés à la Rada) ou lors de la Révolution Orange, il fallait avoir l'œil aiguisé. Il y a là une allègre (et gênante) confusion avec des mouvements ou des forums patriotiques comme Пора, Майдан et d'autres, dont les options politiques s'opposent en tous points avec l' "idéologie" des nationalistes.

Je suis journaliste, originaire en partie d'Ivano-Frankivs'k et en partie de L'viv, et ethno-linguiste de formation. Je couvre les évènements majeurs (tout les "petits" sujets quotidiens) d'Ukraine depuis que j'ai pu y retourner à la fin de 1990. Ce papier sur les Hutsulŷ demande à être repris de fond en comble et, avec plusieurs collègues vivant en France et/ou sur place (ukrainiens, roumains et d'autres), nous nous grattons la tête pour comprendre d'où viennent les informations qui ont donné cet article qui nous rappellent furieusement ce que nous avons pu lire en URSS et en Roumanie dans les années 60 et 70. Ce n'était peut être pas la meilleure source, et cela donne un résultat plutôt nauséabond et, en tous cas, franchement désinformatif.Korenyuk 19 octobre 2006 à 15:59 (CEST)