Discussion:Hilotes

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]


Précisions[modifier le code]

Est-ce que le mot "serf" ne constitue pas un anachronisme quelque peu gênant? Je pense qu'il serait plus exact de désigner les hilotes comme des "dépendants ruraux".


Quelques questions pour les contributeurs qui connaissent le sujet :

  • Certains Hilotes sont également utilisés comme domestiques des jeunes Spartiates pendant l'éducation spartiate, ce sont les μόθωνες (mothônes). On dit qu'ils ont été « élevés à côté » des citoyens, ils sont généralement affanchis à l'issue de leur éducation.
Ayant du mal à comprendre cette phrase, j'ai recherché le mot « mothônes » sur le web. Il semble qu'il y ait d'autres avis sur qui sont les mothônes.
  • Ils n'ont aucun droit politique et sont maintenus en esclavage à la fois par les individus et par l'État.
Que signifie cette phrase? Le « par les individus » en particulier sonne un peu naif, voire peut-être anachronique.
  • Inversement, nous pouvons en déduire qu'une minorité est constituée d'Hilotes de Laconie, fait unique dans l'histoire de cette population.
Rien compris. Qu'est-ce qui est unique et de quelle population parle-t-on? GL 2 jan 2005 à 18:18 (CET)

Voici quelques réponses :

1) La question des mothônes/mothakes est assez épineuse. Il s'agit d'hommes libres qui ne font pas partie des Homoioi. L'interprétation classique (Ehrenberg, Oliva, Cartledge notamment) considre que la voie d'accession au statut en question est de prendre part à l'agogè (éducation spartiate) en tant que serviteur des jeunes Spartiates. Les termes mothônes et mothakes sont utilisés dans des sens très proches, mais non identiques. Mothônes met lexicalement plus l'accent sur l'esclavage, et mothakes plus sur la liberté mais une glose d'Hésychius prétend que les mothakes sont des esclaves élevés en même temps que les fils des citoyens : ce sont des frères de lait. Par ailleurs, les sources semblent distinguer les paratrophemoi (« élevés côte à côte ») et les syntrophoi (« élevés avec »), mais sans donner plus de détails. La phrase que j'ai employée est la formulation prudente retenue par Jean Ducat dans Les Hilotes. Dois-je développer la question ?

2) Je ne sais pas. La phrase n'est pas de moi :-) On doit pouvoir l'enlever sans trop de pertes, je pense.

3) La population concernée est celle des Hilotes de Laconie, par opposition à celle des Hilotes de Messénie. Les Hilotes de Laconie sont beaucoup moins remuants que ceux de Messénie, qui ont une tradition historique de résistance. En l'espèce, Thucydide sous-entend qu'une partie des révoltés sont des Hilotes laconiens, ce qui constitue un fait unique (le seul et unique soulèvement). Je vais tenter de reformuler de manière pus claire dans le texte.

Jastrow  3 jan 2005 à 09:45 (CET)

Merci pour les précisions. Pour le point un tu peux peut-être au moins faire allusion au problème, ajouter l'adverbe « probablement » quelquepart ou préciser « selon l'interprétation classique » pour montrer qu'il y a sur wikipédia des gens compétents qui n'ignorent rien des questions épineuses ;-) GL 3 jan 2005 à 13:44 (CET)
Finalement j'ai décidé de mettre les précisions sur la question. J'espère que ça ne fait pas trop querelle byzantine. Quant à la compétence, c'est facile à avoir avec le bouquin de référence sous le nez ! ;-) Jastrow  3 jan 2005 à 15:27 (CET)

Jean Ducat[modifier le code]

On parle de Jean Ducat, mais il n'y a pas d'article dédié, à priori il s'agit d'un historien. J'ai rajouté un lien rouge, si quelqu'un se sent d'attaque pour créer la page... Cordialement, Piston (d) 11 juin 2011 à 22:51 (CEST).