Discussion:Emprunt Giscard

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Chapitre mal placé[modifier le code]

Il y a tout un chapitre, placé après les références, qui ne semble pas avoir sa place à cet endroit, mais qui semble commenter une note de bas de page. Selon moi, il faudrait, soit le supprimer ou le déplacer dans la page discussion, soit réécrire l’article en mettant dans le texte, et l’argument pro –emprunt Giscard, et ce chapitre qui vise à le réfuter. Orthomaniaque (d) 13 août 2010 à 19:00 (CEST)

C'était un commentaire à déplacer en effet ici. --Lgd (d) 14 août 2010 à 06:10 (CEST)

Il y a plusieurs erreurs de raisonnement dans cette argumentation « pro-emprunt_Giscard », et surtout une erreur de calcul. Ce n'est pas 1,07 à la puissance 15 que coûte un emprunt à 7% sur 15 ans[réf. souhaitée], mais 15 fois 7 %, soit 1,05 fois le montant de l'emprunt, et donc un remboursement total de 2,05 et non pas 2,75 comme indiqué. En effet le capital (7,5 milliards) était bien remboursable in fine (à la fin), mais les intérêts étaient versés chaque année, donc 15 fois 7 %, et non pas capitalisés pour versement à la fin (auquel cas le calcul 1,07 à la puissance 15 aurait été exact).

Quant au raisonnement sur l'inflation, il est vague et en surestime l'effet. L'emprunteur (l'État) aurait payé avec un emprunt classique à 7 %, remboursable in fine et non indexé sur l'inflation, environ 15,5 milliards (7,5 multiplié par 2,05). Soit presque 6 fois moins que les 90 milliards ! Si l'on veut tenir compte de l'inflation pour estimer le coût réel de l'emprunt pour l'État, il faut dire que le capital initial s'est érodé d'un facteur 3,5, donc qu'en francs de 88 l'emprunt correspondait à 7,5 multipliés par 3,5, soit 26 milliards. À ce prix de remboursement l'emprunt aurait été équitable, les emprunteurs auraient retrouvé le pouvoir d'achat de leur mise initiale. En deçà ils auraient perdu (et l'État gagné), au delà ils auraient gagné (et l'État perdu).

Comme le remboursement a été de 90 milliards, les emprunteurs on gagné plus de 60 milliards (1988), bien sûr perdus par l'État. Cela a été une affaire formidable pour les emprunteurs. Un facteur multiplicateur supérieur à 3 sur 15 ans cela fait plus de 8 % d'intérêt annuel en intérêts capitalisés et environ 14 % en intérêts non capitalisés. Le chiffre réel est entre les deux car les intérêts ont été versés annuellement, mais la plus-value encaissée à la fin, disons qu'il a été de l'ordre de 10 %. Et ceci, en sus de l'inflation. Du jamais vu. Hors inflation il est rare qu'un placement rapporte plus de 2-3 % net, surtout sur une aussi longue période. Et avec un emprunteur aussi solide.

Au total, l'article tel qu'il est écrit donne une impression erronée au lecteur, qui dans sa grande majorité n'est pas capable, (et c'est bien normal, nul n'est tenu d'être un expert financier), d'en rectifier de lui-même les raisonnements approximatifs ou franchement faux (le calcul du facteur 2,75).— Le message qui précède, non signé, a été déposé par 194.254.107.68 (discuter).

Taux de l'or[modifier le code]

Passer de 40 dollar à 500 dollar ne représente pas une augmentation de 20% mais de 1250%… Donc, il serait bon que le dernier paragraphe soit vérifié.