Discussion:Épeautre

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

L'épeautre est aussi utilisé pour la confection de chaufferettes puisqu'il accumule très bien la chaleur et le froid et les restitue petit à petit. Une fois enfermé dans un coussinet, il peut être mis dans un micro onde, un four ou sur un radiateur ou bien être rangé quelques temps dans un congélateur avant d'être utilisé pour se réchauffer ou se rafraichir.

Hildegarde de Bingen[modifier le code]

Membre de l'Équipe de Recherches sur Les Mystiques Rhénans, nous avons donné à Metz un colloque sur Hildegarde de Bingen. Plusiuers universitaires ont été empêché à la dernière minute, et les partisans d'une alimentation attribuée à tort à Hildegarde de Bingen ont voulu imposer l'épeautre au centre de sa conception des végétaux. Tous les universitaires présents ont protesté. Ayant numérisé tous les écrits latins d'Hildegarde de Bingen, je leur ai fait constater de visu l'absence de référence réelle à l'épeautre. Leur réponse fut impérative :"Oui, mais nous faisons ainsi". La vertu (virtus, au sens de force, avant que d'être vertu morale) majeure de toute chose créée pour la moniale Hildegarde se place dans une vision théologique.Dans son latin le mot "salvus" signifie à la fois "sain et sauf" et "sauvé", au sens religieux. Sanus signifie plus "pur" que "sain". Ce qui rend salvus est la grâce. Ce qui est salvum est sanum. Ceci est donc centré même pour le corps, lieu de l'Incarnation, sur la grâce et la virditas, concept inventé par Hildegarde de Bingen qui est ce qui rend la santé physique, et non sur une céréale dont on ignore l'identité réelle. J'ai utilisé les outils informatiques pour rechercher dans l'Opera Omnia numérisée d'Hildegarde de Bingen le terme d'Habermus, cité ici. Il n'y est pas. Le terme le plus proche est "habemus", 1e P. du pluriel de habeo, avoir.

Docteur Jean Devriendt, Chercheur associé à l'Université de Lorraine.