Densité morale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Densité morale est un terme utilisé par Émile Durkheim, dans De la division du travail social (1893), pour désigner l'intensité des communications et des échanges entre les individus d'une société donnée que l'on résume souvent au lien social[réf. nécessaire].

«  ce rapprochement moral ne peut produire son effet que si la distance réelle entre les individus a elle-même diminué, de quelque manière que ce soit  »

[réf. nécessaire]

L'augmentation de la densité morale se traduit par la multiplication des échanges interindividuels et s'accompagne (sauf dans certains cas) de l'accroissement de la densité matérielle. Elle est à l'origine du phénomène de la division du travail social et donc de la spécialisation des individus et de leur interdépendance accrue[réf. nécessaire]. Le lien social qualifié de solidarité mécanique et basée sur les ressemblances se trouve modifié. Une nouvelle forme de lien social nommée solidarité organique voit le jour. Elle est se fonde sur une plus grande autonomie des individus mais aussi sur leur interdépendance du fait de la division du travail.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]