Denis Uhalde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Denis Uhalde

Activité principale Compositeur
Style Musique de film
Activités annexes Pianiste
Lieux d'activité Europe
Années d'activité Depuis 1994
Formation ENM de Chartres
Récompenses Prix UCMF de la Meilleure Musique (2004)
Site internet Denis Uhalde

Denis Uhalde est un pianiste et compositeur de musique de film français [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Denis Uhalde débute la musique en 1975, à l’âge de 9 ans, jouant de la batterie pour accompagner ses frères, Antoine et Marc Uhalde. Il suit un parcours classique en percussions auprès de Ive Lambert et de Marc Marchetti (au CRD de Chartres). Il intègre ensuite en 1985 la classe du percussionniste Michel Cerutti au CNR de Paris (en cycle supérieur) mais renonce rapidement à la voie de la musique contemporaine.

Pianiste autodidacte, il découvre alors de façon empirique l’harmonie, le jazz, l’improvisation tout en étudiant parallèlement le droit à la Sorbonne. Après un DESS en droit de l’audiovisuel (Paris I Panthéon-Sorbonne), il travaille deux années à la SCPP puis décide en 1994 de devenir pianiste professionnel. Son groupe Camino qui joue ses compositions se produit pour la première fois au jazz-club Le Sunset en juin 1994. Il développe alors durant plusieurs années une activité de pianiste et d’accompagnateur dans diverses formations, auprès de chanteurs. Parmi ces collaborations, il apparaît à la télévision aux côtés de la chanteuse Liane Foly (de 1999 à 2001), joue et enseigne avec la chanteuse Laura Littardi, enregistre deux CD avec le guitariste catalan Carles GR (Les sens en 1999, Les fables en 2001). En 1998, il complète sa formation en harmonie et en piano auprès de Bernard Maury et Samy Abenaïm à la Bill Evans Piano Academy puis créée Denis Uhalde Trio avec le batteur Fabrice Moreau et le bassiste Rafael François en 1999.

En 2001, il rencontre le jeune producteur Jean-Christophe Soulageon, qui créé alors sa société, Les Films Sauvages, et qui lui permettra de composer la musique de nombreux courts-métrages à partir de 2002. Parallèlement, il travaille pour une série de documentaires historiques en dix épisodes pour France 3, Des lieux pour mémoire. Pour chaque épisode, un lieu est choisi, associant un réalisateur (Laurent Bouit, Guillaume Lévis, Loïk Jourdain, Yves Maillard, Georges Combe) à la plume d’un écrivain contemporain (Michel Le Bris, Dominique Fernandez, Michel Tournier, Sylvie Germain, Patrick Mauriès, Laurence Benaïm, Bernard Noël).

2004 est une année riche en rencontres : l’UCMF tout juste naissante décerne à Denis Uhalde un Prix de la Meilleure Musique pour le film Ressac d’Anne Flandrin. Cette même année marque la première collaboration avec le réalisateur Vassili Silovic, avec le feuilleton documentaire diffusé sur la chaîne Arte Allez l’OM, qui sera le début d’une série de films en commun (jusqu’en 2012 avec Chewing gum, le mystère des bulles de gomme…). Le réalisateur Cédric de Bragança lui propose de composer la musique de sa série documentaire Hôtel Dieu qui sera diffusée en 2005.

Côté théâtre, il rencontre le comédien et compositeur Didier Bailly, qui lui confie la direction musicale du spectacle qu’il vient d’écrire avec Eric Chantelauze, La guinguette a rouvert ses volets. Assurant le piano et la percussion sur scène, il complète l’équipe musicale avec Lionel Suarez à l’accordéon et Pierre Badaroux-Bessalel à la contrebasse.

Le spectacle obtient trois nominations lors des Molières 2005 : Molière de l’inattendu, Molière du créateur de musique de scène (Didier Bailly et Denis Uhalde sont co-nommés) et au Prix de la comédie musicale de la Spedidam.

En 2005, il tourne une scène musicale dans l’hôpital psychiatrique de Constantine (Algérie), pour le film Bled Number One de Rabah Ameur-Zaïmeche. Il apparaît au piano accompagnant une chanson de Billie Holiday (Don’t explain) qui est interprétée par la comédienne Meriem Serbah.

Il compose la musique du documentaire de Joël Calmettes Le bonheur d’Alexandre (portrait du philosophe et écrivain Alexandre Jollien).

En 2006, il accepte la commande de la Communauté de Communes du pays de Valois qui lui offre de composer une suite symphonique. La création aura lieu en mars 2006 sous la baguette du chef d’orchestre Thierry Pélicant. Il signe au même moment la musique du court métrage de Henri Kebabdjian Aurore, une autre histoire, avec Thibault de Montalembert et Simon Abkarian ; puis la musique d’un documentaire pour Arte sur la littérature à succès, Best seller à tout prix (de Vassili Silovic et Annick Cojean).

En 2007, Il compose la musique du moyen métrage d’anticipation L’emploi vide réalisé par Antarès Bassis (co-écrit par celui-ci et Sophie Hiet) avec les comédiens Jean-Pierre Lorit et Caroline Ducey.

Le metteur en scène Marc Lesage lui demande de réaliser des adaptations musicales de thèmes de Richard Wagner pour la pièce de Gilles Tourman Nietzsche, Wagner et autres cruautés, qui est jouée au Théâtre l’Avant-scène de Colombes avant d’être reprise en 2008 au Vingtième Théâtre à Paris.

2008 est l’année d’une nouvelle collaboration d’envergure avec Cédric de Bragança, sur sa série en six épisodes C’est quand le bonheur ? pour France 3, intégralement mise en musique.

En 2009, c’est une première collaboration avec la danse hiphop ; il compose la musique du spectacle Speed de François Berdeaux (compagnie Des équilibres).

La même année, il compose la musique du documentaire de Clarisse Feletin pour France 2, La juge et l’affaire des dioxines, film primé au Figra.

En 2010, deuxième collaboration avec Antarès Bassis, sur le film Porteur d’hommes, avec les comédiens Victor Cathala, Patrick Descamps. Le film, diffusé sur Canal+, obtient le Grand Prix au Festival de Grenoble ainsi que plusieurs distinctions aux États-unis.

Suivront en 2011, la musique du premier court métrage de la comédienne Stéphanie Lagarde (qui devient ainsi réalisatrice), La photocopie de papa.

Côté musique de scène, il fait une création musicale pour le conte Gaiaqua, écrit par Hélène Hucher et représenté dans le pays de Valois avec les musiciens Dominique Vidal, Hélène Hucher, Wissem Ben Ammar, Rafael François.

Il retrouve ensuite en plusieurs occasions son activité de pianiste sur différents spectacles : De Paris à Broadway en 2011 au Théâtre le Temple, Autour de ma pierre, il ne fera pas nuit en 2012, de Fabrice Melquiot, mise en scène par Sébastien Bonnabel en 2012 et Colombe, elle a tant en 2013, spectacle de chanson française, doublé en langue des signes, avec Isabelle Voizeux et les musiciens Olivier Soubeyran et Quentin Rondreux.

Côté studio et enregistrement, il compose et interprète au piano en 2011 l’album Paysages sur lequel apparaissent aussi Olivier Koundouno au violoncelle, Stéphane Chausse à la clarinette.

En 2014, il participe à l’album Asile, de Rafaël François. Il y côtoie les musiciens Daniel Largent, Denis Tchangou, Ousman Danedjo, Fred Soul, Stéphane Chausse, Olivier Ker Ourio. L’album est mixé au studio Malambo par Laurent Compignie.

En 2016, il est élu administrateur de l'UCMF. En outre, il se produit comme pianiste en Amérique latine, au sein du quartet du saxophoniste David Marcos qui est invité au 7e festival Chileuropa et aussi au prestigieux CCK de Buenos Aires.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Apparitions

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]