Couvent des Cordeliers de Lectoure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Couvent des Cordeliers de Lectoure
Image illustrative de l’article Couvent des Cordeliers de Lectoure
Portail de l’église
Présentation
Culte Catholique
Type Couvent
Début de la construction XVe s.
Style dominant Architecture gothique
Protection  Inscrit MH (1999)
Géographie
Pays France
Région Midi-Pyrénées
Département Gers
Ville Lectoure
Coordonnées 43° 56′ 06″ nord, 0° 37′ 10″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Couvent des Cordeliers de Lectoure

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Midi-Pyrénées)
Couvent des Cordeliers de Lectoure

Géolocalisation sur la carte : Gers

(Voir situation sur carte : Gers)
Couvent des Cordeliers de Lectoure

Le couvent des Cordeliers est un ancien édifice religieux de Lectoure (Gers), dont il ne subsiste que les vestiges de l'église et du portail. À l’intérieur de l’ancienne nef a été construit au XIXe s. un bâtiment qui a servi de prison pendant un siècle (1826-1926).

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence des Cordeliers est attestée à Lectoure en 1487. Il est probable que la construction du couvent remonte à cette époque. Il était placé entre la maison commune, sur l’emplacement de la halle aux grains actuelle, et le collège des Doctrinaires, un grand établissement d’enseignement. Il comprenait outre l’église, une grande maison, un cloître attenant à l’église à l’ouest, et un jardin. En 1695, les Cordeliers comptaient cinq pères, un frère et un novice.

Un Cordelier était confesseur des Carmélites, dont le couvent était proche.

À la Révolution, les biens du couvent sont vendus comme biens nationaux. L’église, vendue à part, revient plus tard à la ville. La municipalité envisage d’y implanter une halle aux grains devenue nécessaire, qui sera construite plus tard après l’incendie de la maison commune en 1841. En attendant, pour une brève période, l'espace découvert de l'église devient une « place aux grains ». En 1823, on y construit la prison, en remplacement des prisons de l’ancienne sénéchaussée abandonnée et qui sera détruite en 1835. Cette prison est utilisée jusqu’en 1926. Puis le local reste inoccupé jusqu’aux années 1970, où on y installe une maison des jeunes.

C’est aujourd’hui une propriété privée.

Architecture[modifier | modifier le code]

Les bâtiments du couvent et le cloître ont complètement disparu. L’église est entourée de maisons et n’apparaît que par son portail très dégradé, rue Nationale. On peut voir les restes des murs de la nef uniquement de l’intérieur.

Portail[modifier | modifier le code]

Le portail présente quatre voussures en arc brisé, reposant sur des colonnettes par l’intermédiaire de chapiteaux gothiques à décor de feuillages et d’animaux fantastiques. La partie inférieure des colonnettes sans doute très dégradée fut à une époque inconnue remplacée par un massif de maçonnerie. Plus tard (2e moitié du XIXe s.), un mur fut construit devant le mur d’origine, ajoutant une nouvelle voussure très épaisse. Un dessin d'Eugène Camoreyt montre le portail sensiblement dans son état actuel, mais sans ce mur rajouté. Un linteau mouluré horizontal en haut, en segment de cercle en bas, délimitait un tympan disparu, remplacé par un mur percé d’une fenêtre banale. La porte à deux vantaux d’origine fut murée et dotée d’une petite porte rébarbative : une porte de prison, avec judas, surmontée d’un linteau monolithe reposant sur des sommiers en console.

Après le portail se trouve un vestibule qui donnait accès à la nef par un arc brisé, remplacé lors de la construction de la prison par un arc en plein cintre plus étroit. Une grande rose, aujourd’hui murée, s’ouvrait au-dessus.

Nef[modifier | modifier le code]

La nef, orientée nord-sud pour des raisons inconnues (déclivité du terrain, disposition des parcelles ?) mesure 40 mètres sur 18. C’est donc un grand édifice, ses murs sont encore élevés, au moins jusqu’au point de départ de la couverture (voûte et charpente) et présentent des fenêtres murées, plusieurs enfeus, et quelques éléments en partie haute qui laissent penser que la nef était couverte en charpente, le chœur seul étant voûté.

Prison[modifier | modifier le code]

Le bâtiment construit en 1825-26 est enfermé entre les hauts murs de la nef, laissant un étroit passage sur les côtés, sauf à l’entrée, où le pavillon d’entrée s’appuie à l’est sur l’ancienne muraille. C’est une construction simple, voire austère, mais soignée, avec trois pièces voûtées d’arête, un escalier en bois de belle fabrication. Le fond de la nef servait de cour à la prison.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]