Concile de Vérone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (décembre 2016).

Vous pouvez aider en ajoutant des références.

Le concile de Vérone est réuni en novembre 1184 par le pape Lucius III, qui chassé par la commune de Rome s'est réfugié à Vérone, entre le 1er août et le 4 novembre 1184, en présence de l'empereur Frédéric Barberousse. Le concile condamne les néo-manichéens (cathares). Le prédicateur lyonnais Pierre Valdès est excommunié. Les Umiliati de Lombardie, les disciples d'Arnaud de Brescia, les Patarins sont également condamnés.

Le 4 novembre, la bulle Ad abolendam[1] est promulguée. Elle institue l’Inquisition épiscopale : les autorités ecclésiastiques désignent les hérétiques qui sont châtiés par le pouvoir temporel. Elle définit l'hérésie à l'aide du droit canonique. Le crime de lèse-majesté contre l'Empereur est puni de mort. Ici, c'est un « lèse-majesté-divine ». La punition ne peut être que la mort[réf. nécessaire]. Si l'hérétique ne veut pas se rétracter, il doit être condamné à mort.

Il faut soustraire de la communauté chrétienne le membre gangrené[2]. En conséquence, tous les princes doivent s'associer à la recherche anti-hérétiques sous peine d'être suspects eux-mêmes d'hérésie, et donc d'encourir excommunication ou déposition. C'est la première fois dans l'histoire de l'Église que le problème de définir l'hérésie se pose au niveau pontifical, auparavant c'était du ressort de l'évêque.

L'habitude de brûler les hérétiques est étrange[non neutre]. En effet, jusqu'à Vatican II, l'Église interdit l'incinération des morts[3]. Les corps doivent ressusciter[4]. En fait, ce qui importe ici c'est le symbolisme du feu purificateur. L'hérésie est comme un miasme dangereux qui doit être éradiqué par le feu. Si l'on ne peut convaincre un hérétique par le raisonnement, c'est qu'il est irrécupérable.

Source[modifier | modifier le code]

  • Notes du cours du Pr Leclercq, « L'Église et la vie religieuse au Moyen Âge », Paris-IV, 1997-1998.

Note[modifier | modifier le code]

  1. Le texte original en latin est disponible ici : http://digilander.libero.it/eresiemedievali/decretale_1.htm
  2. « Si ta main est pour toi une occasion de péché, coupe-la » Mc 9:43
  3. « tu es glaise et tu retourneras à la glaise » (Gn 3:19).
  4. Symbole des Apôtres : « je crois (...) à la résurrection de la chair ».

Article connexe[modifier | modifier le code]