Commonitorium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Commonitorium ou Aide-mémoire fut écrit en latin par Vincent de Lérins sous le surnom de Peregrinus, peut-être trois années avant le Concile d’Éphèse (431). Il était moine sur l'île de Lérins.

Vincent en définit ainsi l'objectif :

« Ici commence le traité de Pérégrinus pour l'antiquité et l'universalité de la foi catholique (au sens étymologique d'universelle, c'est-à-dire originelle) contre les nouveautés profanes de toutes les hérésies. »

Vincent propose trois critères : l’universalité, l’antiquité et l’unanimité pour discerner le vrai du faux, uniquement quand on a un "doute" sur la foi, précise-t-il :

« Quod ubique, quod semper, quod ab omnibus »
« Tenir pour vérité de foi ce qui a été cru partout, toujours et par tous. »

Vincent ajoute qu’il existe un progrès dans les sciences théologiques, mais toujours :

« selon leur nature particulière, c’est-à-dire dans le même dogme, dans le même sens, et dans la même pensée. »

Ceci peut se résumer par l'expression suivante : "l'évolution homogène du dogme".


Ce document apparait, de plus, comme un témoin intéressant de l'érudition des prélats du Ve siècle, et de l'histoire de l'Église.

Source[modifier | modifier le code]

http://www.migne.fr/Commonitorium.htm – ("Trad. de P. de Labriolle ; Introduction de P.A. Liégé, notes, plan de travail de A.-G. Hamman (…) Version revue pour migne.fr par G. Bady").