Cidaris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cidaris est un genre d'oursins (échinodermes) de la famille des Cidaridae, caractérisés par leurs piquants longs et épais en forme de lance.

Description[modifier | modifier le code]

Gros plan sur le test d'un Cidaris.

Les Cidaris sont des oursins réguliers vivant généralement en eaux profondes. Leur corps est de taille moyenne, mais leurs piquants sont très longs, épais et solides, comme souvent dans cette famille.

Leur coquille (le « test »), ronde et plutôt réduite, est composée d'épaisses plaques soudées, dont chacune comporte deux pores aquifères et un gros tubercule perforé pour permettre l'implantation des radioles (les piquants). Celles-ci sont particulièrement longues, épaisses et robustes, et leur longueur dépasse souvent le diamètre du test. Les radioles primaires sont épaisses, solides et leur bout n'est pas piquant : elles servent aussi à la locomotion. Leur col est court. Peu nombreuses, elles laissent apparaître le test presque nu. Des radioles secondaires, beaucoup plus réduites, en forme de petites écailles allongées, protègent le corps en étant plaquées sur le test et la base des radioles primaires. La mâchoire (« Lanterne d'Aristote ») porte cinq dents en gouttière (de type aulodonte)[2]. Le disque apical est large, et occupe presque la moitié du diamètre du test ; il est généralement monocyclique, avec des plaques génitales isométriques et uniformément granulées. Les interambulacres comportent entre 6 et 9 plaques par série, avec des tubercules primaires perforés et non crénulés. Les aréoles sont circulaires et incisées, avec des cercles scrobiculaires séparés (sauf sur la partie aborale). Les tubercules scrobiculaires sont différenciés, et les aires extrascrobiculaires sont peu étendues, densément couvertes de tubercules secondaires. Les sutures ne sont ps en relief. Les ambulacres sont légèrement sinueux, avec des paires de pores non conjuguées, mais enfoncées. Le péristome est plus petit que le disque apical[3].

Le terme « Cidaris » vient du grec Kidaris, qui était le nom donné par les Grecs de l'Antiquité à la coiffe que portaient les rois Perses[4].

On trouve les espèces de ce genre principalement en Atlantique et Méditerranée, où il semble être apparu assez récemment (par rapport aux autres groupes de cet ordre)[3]. Ce genre est le genre-type de la famille et de l'ordre.

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

D'après World Register of Marine Species (11 octobre 2013)[1], on compte actuellement 44 espèces valides dans ce genre, dont 6 vivantes et 38 fossiles :

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b World Register of Marine Species, consulté le 11 octobre 2013
  2. Source : fiche sur le site de l'université de Jussieu.
  3. a et b (en) « Cidaris », sur l'Echinoid Directory du Natural History Museum.
  4. Source : fiche du site DORIS sur le Cidaris cidaris.