Chevalier grivelé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Chevalier grivelé

Description de cette image, également commentée ci-après

Chevalier grivelé (Actitis macularia)

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Charadriiformes
Famille Scolopacidae
Genre Actitis

Nom binominal

Actitis macularius
(Linnaeus, 1766)

Synonymes

  • Actitis macularia
  • Tringa macularia

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le Chevalier grivelé (Actitis macularius) est une espèce de limicoles appartenant à la famille des Scolopacidae. Cette espèce est polyandre[1]. Les femelles se battent violemment pour conquérir leurs mâles[1].

Description[modifier | modifier le code]

Cet oiseau mesure 180 à 220 mm de long.

En plumage nuptial, cet oiseau se caractérise par ses parties inférieures blanches fortement marquées de grosses taches sombres. Les parties supérieures sont brunes avec les scapulaires, les couvertures et les tertiaires barrées de noir et bordées de chamois aux extrémités. Les traits rachials sont noirs.

En plumage hivernal, cet oiseau présente un manteau, des scapulaires et des tertiaires brun uni. Les couvertures sont barrées de chamois cannelle et de brun sombre.

Le bec est nettement bicolore puisque rosé à pointe noire.

Le juvénile ressemble beaucoup à l'adulte en plumage internuptial. Toutefois, les couvertures alaires sont plus fortement barrées de chamois et de brun sombre et les tertiaires présentent une pointe chamois et une ligne subterminale sombre.

Comportement[modifier | modifier le code]

Comme le Chevalier guignette, cet oiseau effectue fréquemment des mouvements nerveux de hochements de la tête et de l'arrière du corps.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Cet oiseau se nourrit à vue en picorant de petites proies qu'il prélève parfois de la face inférieure des feuilles.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) « La polyandrie chez les oiseaux », sur ornithomedia.com,‎ 02/08/07


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • del Hoyo J., Elliott A. & Sargatal J. (1996) Handbook of the Birds of the World, Volume 3, Hoatzin to Auks. BirdLife International, Lynx Edicions, Barcelona, 821 p.
  • Taylor D. (2006) Guide des limicoles d'Europe, d'Asie et d'Amérique du Nord. Delachaux & Niestlé, Paris, 224 p.