Charles A. Ferguson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charles Ferguson.
Charles A. Ferguson
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
Palo AltoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Charles A. Ferguson, né le et mort le , est un linguiste américain, professeur à l'Université Stanford.

Il est considéré comme l'un des fondateurs de la sociolinguistique. Il est en particulier connu pour ses travaux sur la diglossie et les langues en contact. Il fut directeur d'une équipe de linguistes financée par la Fondation Ford et qui a mené des travaux fondateurs concernant la situation linguistique en Éthiopie. C'est sous sa direction que fut élaboré le TOEFL au Center for Applied Linguistics (en) de Washington.

En socio linguistique le terme diglossie a été popularisé grâce à l’article de Charles Ferguson 1959, il a fondé sur les bases théoriques. Il s’agit d’une situation linguistique qui relie deux variétés d’une seule et même langue plus ou moins identique. D’une part, il y a les variétés acquises : les langues maternelles, langue standard (le français pour nous). La deuxième : variété superposé ce caractérise par les traits suivants :


  • très divergente et hautement codifié. Exemple : l’arabe littérale, qui est très divergente (règle grammaire n’existe dans aucune dialecte arabe) de l’arabe parlé : il ne s’agit pas d’une langue standard mais des dialectes, chaque pays a son arabe différent. La même chose est vrai en ce qui concerne le grec des gothiques et des grecs anciens se distingue énormément. En grex anciens il y a un infinitif mais en grec moderne il n’y en a pas.
  • hautement codifié : l’arabe, les grammairiens se sont intéressés très tôt sur la langue coranique. On a essayé de créer une langue standardisé avec comme base l’arabe coranique.

Donc l’arabe est aussi plus complexe au niveau grammatical que les dialectes.

  • support très prestigieuse d’une vaste littérature écrite. Ici la situation peut varier, en ce qui concerne l’arabe on ne peut pas dire qu’il y a une littérature écrite en dialecte. En ce qui concerne le grec, la situation est différente depuis très longtemps il y avait une littérature écrite en grec démotique (grec vulgaire notamment aussi de la poésie). En ce qui concerne la littérature arabe, une littérature très prestigieuse et aussi la littérature moderne Nacip Mahvuz auteur égyptiens qui a écrit ces romans en arabe littérale. Il est possible de produire de la littérature moderne avec une langue archaïsante.
  • La langue est utilisé à l’écrie et dans les situations formelle du discours. Arabe on peut dire que tout ce qui est publié (livre journaux, presse) est en arabe littérale jamais en dialecte mais on ne peut pas dire que l’arabe littérale n’est pas une langue parlé dans la mesure dans certaine situation formelle du discours on parle l’arabe littéraire (journal télévisé, cours).
  • La langue n’est pas utilisée dans les conversations courantes

Ces variétés sont appelés par Ferguson comme la variété H (hay, haut élevé la langue écrite des variétés superposé) et la variété L (low, bas variété basses).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles A. Ferguson, Diglossia. Word 15, p. 325-340, 1959
  • Charles A. Ferguson, The Ethiopian Language Area, in Language In Ethiopia, Lionel Bender (en) (ed.), J. Donald Bowen, R.L. Cooper, Charles A. Ferguson, Oxford University Press, Oxford, 1976, p. 63–76
  • Joshua Fishman, Obituary: Charles A. Ferguson, 1921-1998: An Appreciation, in Journal of Sociolinguistics 4/1, 2000, p. 121-128.
  • Joshua Fishman, The Fergusonian impact: in honor of Charles A. Ferguson on the occasion of his 65th birthday, (Contributions to the sociology of language, 42.), Mouton de Gruyter, Berlin, 1986
  • Thom Huebner, Obituary Charles Albert Ferguson in Language in Society 28, 1999 431-437.