Château de Boisy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Boisy
Image illustrative de l’article Château de Boisy
Type Maison forte
Début construction XIIIe siècle
Propriétaire initial Famille Pinart
Destination actuelle Propriété privée
Coordonnées 46° 17′ 59″ nord, 6° 20′ 43″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
commune française Ballaison

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Château de Boisy

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Boisy

Le château de Boisy est une ancienne maison forte, dont l'origine remonte au XIIIe siècle[2], qui se dresse sur la commune de Ballaison dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Situation[modifier | modifier le code]

Le château de Boisy est situé dans le département français de la Haute-Savoie sur la commune de Ballaison, sur le versant méridional du mont de Boisy.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIIIe siècle[2], la maison forte de Boisy est la possession de la famille Pinart. En 1362[2], un mariage allie celle-ci à la famille de Montfort. Cette dernière acquiert petit à petit l'ensemble des terres de Boisy[Note 1].

En 1470[2], la maison forte et le titre de seigneur de Boisy passent à la famille d'Allinges à la suite du mariage de Guillemette de Montfort avec Jean d'Allinges. Les Allinges les conserveront jusqu'en 1601[2].

En 1536[2], lors de la conquête du Chablais par les Bernois, le seigneur de Boisy adhère à la Réforme protestante.

En 1601[2], Esther d'Allinges[Note 2] épouse le seigneur de Vérace en France, Jean Budé[Note 3], protestant, ancien secrétaire du roi Charles IX. Depuis le massacre de la Saint-Barthélemy il s'est exilé à Genève où il est devenu l'ami de Théodore de Bèze. Les Budé garderont Boisy jusqu'en 1796[2], date à laquelle, Isaac Budé cède Boisy à Madeleine Lullin. En 1801[2] cette dernière le revend à la famille Monachon.

Dès 1803[2], les Monachon le vendent à Édouard de Maupeou, qui a épousé une Budé. Boisy sera ensuite, de 1818 à 1911[2], possession de la famille de Boigne. En 1911[2], Raoul de Boigne le cède à Albert Turrettini[Note 4]. Son fils, l'architecte Maurice Turrettini, rénove le château qui reçoit alors son aspect actuel. Boisy était à la fin du XXe siècle la possession de Robert Turrettini[Note 5], avocat au barreau de Genève.

Description[modifier | modifier le code]

Il ne subsiste de la maison forte initiale que la grosse tour carrée, les Turrettini ayant démoli au début du XXe siècle plusieurs bâtiments d'époque diverses. Sur la tour, dont une poutre porte la date de 1430, fut accolé un corps de bâtiment.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Christian Regat - François Aubert 1999] Christian Regat et François Aubert, Châteaux de Haute-Savoie : Chablais, Faucigny, Genevois, Éditions Cabédita, , 193 p. (ISBN 978-2-8829-5117-5), p. 30-32.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La famille de Montfort donnera le nom de Boisy à un autre château qu'elle possède à Groisy.
  2. Esther d'Allinges et Isaac son frère ont été dotés de prénoms bibliques, affirmant l'attachement de la famille à la Réforme.
  3. Jean Budé est le petit-fils de Guillaume Budé.
  4. Les Turrettini sont une vieille famille de banquiers italiens. Protestants, ils se sont réfugiés à Genève en 1580 et alliés à cette époque, par mariage, aux Budé.
  5. Sa mère était également une Budé.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées trouvées sur Géoportail.
  2. a b c d e f g h i j k et l Christian Regat - François Aubert 1999, p. 30-32.