Centrale photovoltaïque de Toul-Rosières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centrale photovoltaïque
de Toul-Rosières
Image illustrative de l'article Centrale photovoltaïque de Toul-Rosières
En construction, vue depuis la D907.
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Ville Toul
Rosières-en-Haye
Coordonnées 48° 46′ 53″ N 5° 58′ 50″ E / 48.78125, 5.98068248° 46′ 53″ Nord 5° 58′ 50″ Est / 48.78125, 5.980682  
Caractéristiques
Type d'installations Panneaux PV plats
Énergie utilisée Solaire PV
Technologie Couches minces / CdTe
Capacité électrique 115-135 MWc[1],[2]
Production annuelle 139 GWh (prévision)
Administration
Date de mise en service novembre 2012
Statut En service
Propriétaire EDF EN
Fonds Marguerite
Sonnedix

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
Centrale photovoltaïque de Toul-Rosières

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

(Voir situation sur carte : Meurthe-et-Moselle)
Centrale photovoltaïque de Toul-Rosières

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Centrale photovoltaïque de Toul-Rosières

La centrale photovoltaïque de Toul-Rosières est la plus grande centrale solaire photovoltaïque de France, avant celle de Losse. Elle est située près de Nancy (Meurthe-et-Moselle), sur l'ancienne base aérienne 136 de l'armée de l'air française, et affiche une puissance-crête de 115 MWc.

Présentation[modifier | modifier le code]

Construite par EDF Énergies Nouvelles (EDF EN) à partir de juin 2011, par tranches de 12 MWc, cette centrale géante a été mise en service progressivement depuis mai 2012. Elle compte environ 1,4 million de panneaux photovoltaïques représentant environ 120 ha, pour une emprise au sol de 367 ha sur les 522 ha de la base.

Technologie[modifier | modifier le code]

Les modules solaires photovoltaïques sont fabriqués par la société américaine First Solar. Ils sont conçus sur la base d'une technologie de nouvelle génération, dite à « couches minces », à base de tellurure de cadmium (CdTe), alternative aux modules traditionnels à base de silicium[2].

Chiffres-clés[modifier | modifier le code]

  • Production annuelle équivalente à la consommation électrique annuelle d'environ 55 000 habitants (chauffage compris)[3].
  • Densité de puissance surfacique moyenne[4] : ~4,3 W·m-2 (prévision).
  • Économie de CO2 : ~4 600 t/an[3].
  • Investissement : 430 M€[5].
  • Durée d'exploitation : supérieure à 20 ans[2].

Propriétaires[modifier | modifier le code]

En 2012, le fonds européen 2020 pour l'énergie, le changement climatique et les infrastructures (« Marguerite », immatriculé au Luxembourg) a acquis 36 MW (3 tranches) dans le parc solaire[6]. La même année, 24 MW ont été vendus au producteur d'électricité indépendant Sonnedix[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] EDF EN, « Bilan solaire au 31 décembre 2011 », sur edf-energies-nouvelles.com,‎ (consulté le 25 novembre 2012).
  2. a, b et c [PDF] EDF EN, « Centrale photovoltaïque BA136 Toul-Rosières »,‎ (consulté le 25 novembre 2012).
  3. a et b EDF EN, « EDF EN met en service en France une centrale solaire de 115 MWc en Lorraine »,‎ (consulté le 25 novembre 2012).
  4. Densité de puissance moyenne sur l'année : Pd moyenne = Énergie produite en une année / (365 * 24 * Superficie totale couverte par la centrale).
  5. LOR'Actu.fr, « Toul (54) : le plus grand parc solaire de France mis en service »,‎ (consulté le 25 novembre 2012).
  6. Plein Soleil, « Le fonds Marguerite achète 36 MWc à EDF EN à Toul », Tecsol Presse,‎ (consulté le 25 novembre 2012).
  7. (en) Becky Beetz, « Sonnedix closes €90 million financing on 24 MW French PV project », PV Magazine,‎ (consulté le 25 novembre 2012).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]