Catherine Blake

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Catherine Blake
The Letters of William Blake (1906) Kate's portrait.png
Dessin de Catherine Blake par George Richmond, lui-même d'après un portrait au vif par Frederick Tatham
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
Sépulture
Nom de naissance
Catherine BoucherVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Conjoint
Grob williama blake'a.jpg
Vue de la sépulture.

Catherine Blake, née Boucher (née le , morte le ) était une femme britannique, épouse du peintre, graveur et poète William Blake, dont elle devint et resta l'assistante tout au long de leur vie commune.

Biographie[modifier | modifier le code]

Catherine Boucher naît en 1762. Elle est la fille d'un maraîcher. Elle épouse William Blake alors que celui-ci est âgé de 25 ans et a commencé deux ans plus tôt à exposer des tableaux à la Royal Academy. William apprend à Catherine à lire, à préparer des mélanges de peinture ainsi que des gravures[1]. Ils n'ont pas d'enfants ensemble. Leur mariage est heureux en dépit de périodes de pauvreté[2]. Le mode de vie du ménage est influencé par les habitudes parfois excentriques de Blake, qui s'enferme parfois pour travailler toute une semaine ou part faire des marches d'une quarantaine de miles en une journée. Catherine l'aide souvent dans son atelier mais dit un jour : « J'ai très peu la compagnie de M. Blake ; il est toujours au Paradis »[3]. Catherine joue un rôle important dans la gestion financière des affaires du couple pendant que Blake se consacre à l'écriture et à l'impression.

Catherine et William Blake restent mariés jusqu'à la mort de William Blake en 1827[4].

Après la mort de William, Catherine Blake travaille pour Frederick Tatham, lui-même artiste et admirateur de Blake. Pendant cette période, elle continue à vendre les œuvres de Blake.

Rôle dans l'art de William Blake[modifier | modifier le code]

De nombreux personnages féminins des dessins de William Blake aux silhouettes petites et aux cheveux ondulés semblent s'inspirer de l'apparence de Catherine Boucher[2]. On connaît aussi des portraits de Catherine dessinés par William.

Dans la mythologie personnelle élaborée par Blake au fil de ses poèmes, la figure féminine d'Enitharmon, femme du prophète éternel Los, a souvent été considérée par les critiques comme inspirée en partie par Catherine[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Blake (2006), introduction de Richard Holmes, p. V.
  2. a et b Blake (2006), introduction de Richard Holmes, p. VI.
  3. Blake (2006), introduction de Richard Holmes, p. VIII. La citation en anglais est : « I have very little of Mr Blake's company; he is always in Paradise. »
  4. Myrone (2007), p. 155.
  5. Spector (2001), p. 24.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William Blake, Songs of Innocence and of Experience, introduction de Richard Holmes, Londres, Tate Publishing, 2006.
  • (en) Martin Myrone, The Blake Book, London, Tate, 2007. (ISBN 978-1-85437-727-2).
  • (en) Sheila A. Spector, Glorious Incomprehensible : The Development of Blake's Kabbalistic Language, Bucknell University Press, 2001, p. 24.
  • (en) Frederick Tatham, The Letters of William Blake : Together with a Life by Frederick Tatham, éditions Meuthen, 1906. [lire en ligne]