Calgacos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Calgacos
Calgacus.JPG
Le discours de Calgacos aux Calédoniens (illustration du XIXe siècle).
Fonction
Dirigeant (d)
Caledonians (en)
Biographie
Activité
ChefVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Conflit

Calgacos (latinisé en Calgacus ou Galgacus) est une personnalité des Celtes de Calédonie[1], qui prend la tête en 83 ap. J.-C. de la coalition en guerre contre les Romains d'Agricola. Calgacos nous est connu par une mention de Tacite, dans la Vie d'Agricola.

Protohistoire[modifier | modifier le code]

Selon Tacite, le chef Calgacos aurait prononcé un discours enflammé devant 30 000 guerriers bretons[2] rassemblés dans les monts Grampians, refusant la servitude et l'esclavage et les incitant à la résistance et à la guerre. Les Romains y sont qualifiés de « pilleurs du monde » (raptores orbis)[3].

Son nom dériverait de l’irlandais colg, calg, « pointe, épée » et Calgacos signifierait donc « qui est doté d'une épée »[4].

« La flotte étant donc partie en avant pour répandre le ravage en plusieurs lieux, et semer ainsi une grande et vague terreur, Agricola, avec son armée sans bagages, à laquelle il avait joint les plus vaillants des Bretons, éprouvés par une longue paix, parvint au mont Grampius, que déjà couvraient les ennemis : car les Bretons, nullement abattus par l'événement du dernier combat, n'attendant plus que la vengeance ou l'esclavage, et sachant enfin que l'accord seul repousse le péril commun, avaient, par des ambassades et des confédérations, rassemblé les forces de toutes leurs cités. Déjà l'on voyait réunis plus de trente mille combattants ; toute la jeunesse accourait encore, et, de plus, les guerriers d'une vieillesse forte et vigoureuse, qui s'étaient illustrés à la guerre, et chacun portant ses insignes. Ce fut alors qu'un de leurs chefs, le plus distingué par sa valeur et par sa naissance, nommé Galgacus, parla, dit-on, en ces termes au milieu de la multitude assemblée, qui demandait le combat[5] […] Ils reçurent cette harangue avec transport, et, selon la coutume des barbares, avec des chants, des frémissements et des clameurs discordantes. Déjà s'agitaient les bataillons et brillaient les armes des plus audacieux, qui se précipitaient en avant. En même temps leur armée se rangeait en bataille. »

— Tacite, Vie d'Agricola, 29 à 33.

La bataille des monts Grampians se termine par une défaite des Calédoniens, mais les Romains ne s’implanteront jamais en Écosse. Le sort de Calgacos est inconnu.

Analyse du discours[modifier | modifier le code]

Ce discours n'est pas authentique, les auteurs antiques inséraient toujours une harangue aux soldats avant chaque récit de bataille, qui mettaient en valeur leurs qualités à rédiger des discours. Tacite respecte cette figure littéraire, et place ensuite une autre harangue dans la bouche d'Agricola.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Calédonie est la partie de l'Écosse où se situent les Monts Grampians.
  2. L'île de Bretagne était appelée Britannia par les Romains ; les Britanni ne doivent pas être confondus avec les Bretons d'Armorique.
  3. Venceslas Kruta, Les Celtes, Histoire et Dictionnaire, page 511.
  4. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la Langue gauloise, page 98.
  5. Voir intégralité du discours de Calgacos sur Wikisource.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mike Ashley, The Mammoth Book of British Kings and Queens (England, Scotland and Wales), Londres, Robinson, (ISBN 1841190969), p. 78 Galgacus Caledonii, fl 80.
  • (en) Peter Bartrum, A Welsh classical dictionary: people in history and legend up to about A.D. 1000, Aberystwyth, National Library of Wales, , p. 108 CALGACUS
  • Xavier Delamarre, Dictionnaire de la Langue gauloise (approche linguistique du vieux celtique continental), page 98 article « calgo », éditions Errance, Paris, 2003, (ISBN 2-87772-237-6)
  • John Haywood (intr. Barry Cunliffe, trad. Colette Stévanovitch), Atlas historique des Celtes, éditions Autrement, Paris, 2002, (ISBN 2-7467-0187-1)
  • Venceslas Kruta, Les Celtes, Histoire et Dictionnaire, page 511, Éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », Paris, 2000, (ISBN 2-7028-6261-6)
  • Bibliographie sur les Celtes

Wikisource[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]