Bakassi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le Cameroun
Cet article est une ébauche concernant le Cameroun.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La frontière camerouno-nigériane, la péninsule de Bakassi se trouve au centre
Un-bakassi.png

Bakassi est l'extension de la péninsule de Calabar dans le golfe de Guinée. Ce territoire de 1 000 km2 situé à la frontière entre le Nigeria et le Cameroun a fait l'objet d'un sérieux contentieux entre les deux pays.

Rétrocession au Cameroun[modifier | modifier le code]

Précédemment administré par le Nigeria, un jugement de la Cour internationale de justice de La Haye, rendu le , attribue la souveraineté du territoire au Cameroun. Il se base sur le traité signé en 1913 entre les deux puissances coloniales de l'époque dans la région, la Grande-Bretagne, qui occupait le Nigeria et l'Allemagne qui occupait le Cameroun. L'accord ordonne à l'armée nigériane de se retirer de la péninsule avant le . Le , le Nigeria a accepté de rendre au Cameroun la province de Bakassi. Le retrait s'est déroulé sans heurts à la date prévue. Les deux pays, par l'intermédiaire de leur ministre de la Justice, ont paraphé le jeudi 14 août 2008 l'accord de rétrocession à Calabar, capitale de l'État nigérian de Cross River, dont dépendait Bakassi. L'accord prévoit que les 30 000 à 40 000 habitants de la péninsule, principalement des familles de pêcheurs nigérians, ont le choix entre un transfert au Nigeria ou un maintien sur place, avec ou sans l'adoption de la nationalité camerounaise.

Ce conflit frontalier avait failli provoquer une guerre entre les deux pays en 1994, le Nigeria et le Cameroun se disputant cette zone marécageuse aux confins du delta du Niger, déterminante pour délimiter la frontière maritime dans des eaux poissonneuses au sous-sol riche en pétrole.

Mais la région reste soumise aux actions de groupes de rebelles nigérians hostiles à la rétrocession. L'action de ces groupes semble liée au trafic sur le pétrole mais aussi sans doute sur le trafic d'armes de la région. Le , vingt-et-un militaires camerounais ont été tués dans la crique d’Isanguele, non loin du Rio del Rey à Bakassi. L'enquête semble mener à la galaxie politico-mafieuse qui gravite autour du Mouvement pour l’émancipation du delta du Niger (MEND). Cet acte répondrait à l'arrestation de sept individus se réclamant de ce mouvement, quelques jours plus tôt. La sanglante opération pourrait donc avoir été montée pour obtenir leur libération.

Le , le Sénat nigérian avait déclaré cette cession illégale et le 31 juillet 2008, saisi par des habitants de péninsule, un juge de la Haute Cour fédérale nigériane d'Abuja avait statué en faveur d'un gel du transfert de souveraineté. Mais les autorités nigérianes sont passés outre ces décisions et ont rétrocédé Bakassi le .

Projets du gouvernement camerounais[modifier | modifier le code]

Bakassi est aujourd'hui une zone considérée par le gouvernement camerounais comme étant une zone de développement prioritaire. Depuis le transfert de son autorité au Cameroun. le journal des projets 2010 quant à lui, en dénombre 132 projets. Il s'agit entre autres l'ouverture et le reprofilage des routes, la construction et l'équipement des édifices publics, le financement de l'agriculture et autres micro projets, l'aménagement des sites, la construction de télécentres communautaires et de centres multimédias...constituent officiellement l'essentiel de ces projets.

Les principales ressources de Bakassi[modifier | modifier le code]

Bakassi est une région très riche en Pétrole et en Gaz. Ces ressources naturels sont actuellement sous le contrôle de la Société Nationale des Hydrocarbures (SNH),chargée d'octroyer des permis d'exploitation et de production.

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • DJIMELI,Alexandre,Bakassi:sur les chemins escarpés d'une reconstruction, editions Ifrikiya,yaoundé,2011.175p
  • ministère des finances, le journal des projets- budget d'investissement public province par province, exercice budgétaire 2007, Yaoundé, 2007,pages 64,89,15

Voir aussi[modifier | modifier le code]