Aztèque (cheval)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Aztèque.

Aztèque
Cheval Aztèque monté
Cheval Aztèque monté
Région d’origine
Région Drapeau du Mexique Mexique
Caractéristiques
Morphologie cheval de selle médioligne
Taille 1,60 m en moyenne
Robe Généralement baie mais toutes sont admises sauf le pie
Tête Profil rectiligne ou légèrement convexe
Pieds Bien proportionnés
Caractère Résistant, rapide et agile
Autre
Utilisation Cheval de selle et de travail du bétail

L'Aztèque (espagnol : Azteca) est une race de chevaux de selle créée au Mexique en tant que race nationale apte au travail du bétail.


Histoire[modifier | modifier le code]

La race est créée en 1972 et est issue du croisement entre des Pures races Espagnols et des Quarter Horses, avec également quelques croisements avec des criollo mexicains[1],[2]. L'objectif est de combiner les qualités des deux races[2]. Les grands propriétaires terriens et les cavaliers de tauromachie mexicains désirent également voir naître une race nationale.

Sont admis dans le livre de la race Aztèque tous les produits issus de croisements soit entre un P.R.E. et un Quarter Horse, soit entre un Aztèque et un P.R.E., un Quarter Horse ou un autre Aztèque. Le produit ne doit pas avoir plus de 6/8 de sang d'un P.R.E. ou d'un Quarter Horse[2].

Description[modifier | modifier le code]

Cheval Aztèque

Cheval de type médioligne ou bréviligne, ses allures sont relevées et brillantes. Sa tête au chanfrein rectiligne est attachée à une encolure puissante. Le poitrail est ample et la poitrine arrondie. La croupe est ronde. Ses membres sont musclés[2]. Résistant, rapide, agile, la taille moyenne est située entre 1,45 m et 1,62 m chez la femelle, et entre 1,52 m et 1,63 m chez le mâle[1]. Dans le registre mexicain, toutes les robes simples sont admises, mais le registre américain autorise toutes les robes, même le pie[3].

Utilisations[modifier | modifier le code]

L'Aztèque est sélectionné à l'origine pour le travail avec le bétail, c'est donc un animal courageux, apte à la selle, au trait léger et à l'équitation de loisir. Il fait un bon cheval de promenade et de randonnées, éventuellement de dressage. Il excelle en compétitions western et pour la tauromachie. C'est un animal vif et docile.

Diffusion de l'élevage[modifier | modifier le code]

Le cheval aztèque fait l'objet de différentes associations de race bien distinctes : l’Azteca Horse Registry of America ne suit en effet pas les mêmes règles que l'association mexicaine et que l’International Azteca Horse Association. Leur règlementation diffère ainsi au sujet des robes et des croisements admis[3]. L’Asociación Mexicana de Criadores de Caballos de Raza Azteca est l'association historique de la race[3]. Le registre américain est fondé, lui, en juin 1989[2]. Et l’International Azteca Horse Association est créée en 1992.

En France, la race Aztèque est representée par L' AFECRA (Association Française des Éleveurs de Chevaux de Race Aztèque), qui est directement rattachée à l'AMCCRA, l'association mexicaine qui gère le stud book.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dutson 2012, p. 82.
  2. a b c d et e Hendricks et Dent 2007, p. 58.
  3. a b et c Dutson 2012, p. 84.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Bonnie Lou Hendricks et Anthony A. Dent, « Azteca », dans International Encyclopedia of Horse Breeds, University of Oklahoma Press, , 486 p. (ISBN 080613884X et 9780806138848), p. 58
  • (en) Judith Dutson, « Azteca », dans Storey's Illustrated Guide to 96 Horse Breeds of North America, Storey Publishing, , 416 p., p. 82-84
  • (en) Fran Lynghaug, « American Azteca », dans The Official Horse Breeds Standards Guide: The Complete Guide to the Standards of All North American Equine Breed Associations, Voyageur Press, , 672 p. (lire en ligne), p. 143-146