Attentat de 2009 à Majorque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la criminologie
Cet article est une ébauche concernant la criminologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Attentat de 2009 à Majorque

Localisation Majorque, Espagne
Cible Caserne de la garde civile
Coordonnées 39° 30′ 54″ Nord 2° 32′ 03″ Est / 39.514883, 2.534269
Date (UTC+1)
Type Véhicule piégé
Morts 2
Auteurs présumés Itziar Morena Martinez
Participants 6
Organisations Euskadi ta Askatasuna
Mouvance indépendantisme

Géolocalisation sur la carte : Îles Baléares

(Voir situation sur carte : Îles Baléares)
Attentat de 2009 à Majorque

L'attentat de 2009 à Majorque est une attaque à la voiture piégée, commise par l'ETA, et qui s'est produite le dans la station balnéaire de Palmanova (commune de Calvià, à quelques kilomètres à l'ouest de la capitale de l'île, Palma de Majorque). Deux gardes civils, Salva Lezaun Diego et Carlos Sáenz, ont été tués dans cet attentat.

Les faits[modifier | modifier le code]

C'est le deuxième attentat sur le territoire espagnol en deux jours, après un incident similaire contre une caserne de la garde civile à Burgos, en Castille-et-León. Cette attaque n'avait fait aucun mort mais avait blessé soixante-quatre personnes[1].

La garde civile a immédiatement fermé les accès à l'île de Majorque. L'aéroport ainsi que tous les ports ont été fermés afin que les auteurs de l'attentat ne s'échappent pas. Des postes de contrôle ont ainsi été ouverts à cette occasion[2].

Peu de temps avant, une bombe avait déjà été retrouvée intacte sous un autre véhicule de la garde civile près de l'ancienne caserne de Miquel del Sants Oliver.

Le gouvernement espagnol a émis un avertissement aux touristes portant sur les voyages à Palma de Majorque et à ses environs, jugeant probables d'autres attentats. Le 9 août, quatre bombes ont explosé dans des restaurants et des magasins, ne causant pas de blessés[3].

Réactions[modifier | modifier le code]

Alfredo Pérez Rubalcaba, l'actuel ministre de l'Intérieur espagnol a déclaré : « Nous avons toujours su que l'ETA sont des assassins et des sauvages… Cela ne les rend pas plus fort, mais en fait sans aucun doute les plus dangereux. » Le gouvernement espagnol a publié des photos de six membres de l'ETA qui seraient responsables de l'attaque.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Un attentat à la voiture piégée fait 64 blessés à Burgos », sur www.lepoint.fr (consulté le 28 juin 2010)
  2. (fr) « www.radinrue.com » (consulté en )
  3. (fr) « Bomb explosion hits Majorca bar », sur www.presstv.ir (consulté le 28 juin 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]