Argiope lobata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les araignées
Cet article est une ébauche concernant les araignées.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations du projet Arachnologie.

Argiope lobata
Description de cette image, également commentée ci-après

Argiope lobata d'Haïfa

Classification selon The World Spider Catalog
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Sous-embr. Chelicerata
Classe Arachnida
Ordre Araneae
Sous-ordre Araneomorphae
Famille Araneidae
Genre Argiope

Nom binominal

Argiope lobata
(Pallas, 1772)

Synonymes

  • Aranea lobata Pallas, 1772
  • Aranea argentea Gmelin, 1789
  • Aranea sericea Olivier, 1789
  • Segestria dentata Risso, 1826
  • Epeira margaritacea Risso, 1826
  • Argiope splendida Audouin, 1826
  • Argyopes praelautus C. L. Koch, 1838
  • Argyopes impudicus L. Koch, 1867
  • Argiope arcuata Simon, 1884
  • Argiope lobata retracta Franganillo, 1918

Argiope lobata est une espèce d'araignées aranéomorphes de la famille des Araneidae[1].

En français elle peut être nommée Argiope lobée ou Argiope soyeuse.

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre en Europe du Sud, en Afrique et en Asie[1].

Description[modifier | modifier le code]

Face ventrale d'une femelle

La femelle est très caractéristique par la forme de son abdomen et ses dessins. Elle mesure 18 à 22 mm. Le dessous montre un damier jaune et noir qui se confond avec le sol de la garrigue où elle vit : l'araignée se tient en effet au revers de sa toile légèrement inclinée. La forme des festons et la longueur de la pointe terminale sont variables.

Le mâle mesure 6 à 8 mm, il ressemble à celui d'Argiope bruennichi  : l'abdomen n'a pas de festons. Une bande jaune avec des ramifications vers l'arrière figure sur son sternum. Les jeunes immatures des deux espèces ne sont pas différentiables. Les mâles sont adultes dès juin.

Argiope lobata cohabite souvent avec Argiope bruennichi.

Toile[modifier | modifier le code]

La toile de soie jaune, très résistante, est suspendue entre deux buissons écartés parfois de plus d'1,50 m. L'araignée la refait quotidiennement vers minuit. Elle comporte des stabilimenta et souvent plus de 40 rayons. Il lui faut trois heures pour la tisser.

Galerie[modifier | modifier le code]

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Pallas, 1772 : Spicilegia zoologica. Tomus 1. Continens quadrupedium, avium, amphibiorum, piscium, insectorum, molluscorum aliorumque marinorum fasciculos decem. Berolini, vol. 1, no 9, p. 44-50.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]