Anigouran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Anigouran, ou Aligouran, ou encore Arigullan, est un personnage de la mythologie des Touaregs[1]. Il apparaît dans de nombreux récits transmis par leur tradition orale. Anigouran est caractérisé par son intelligence exceptionnelle et son goût pour les énigmes. On lui attribue l'invention du tifinagh, l'alphabet touareg, et les inscriptions utilisant cet alphabet gravées sur les rochers du massif de l'Aïr[2] ; on fait aussi de lui l'inventeur mythique de plusieurs jeux[3].

Dans la mythologie touareg[modifier | modifier le code]

Les récits consacrés à Anigouran mettent en scène des aventures dans lesquelles son intelligence et sa ruse lui permettent de se sortir de situations difficiles. Ils mettent aussi en scène sa rivalité avec son neveu Adelasegh, dont la grande intelligence provoque la jalousie d'Anigouran, qui tente de le tuer à plusieurs reprises, mais finit par se réconcilier avec lui[4]. À un moment où Adelasegh et sa sœur ont été capturés par des brigands et où Anigouran, finalement décidé à se réconcilier avec son neveu, ne parvient pas à retrouver leur trace, Anigouran grave sur les rochers du désert des messages codés en tifinagh que seuls Adelasegh et sa sœur pourront décoder, afin de leur indiquer le chemin du retour vers son campement. Ce récit fournit ainsi une explication mythologique de la présence actuelle d'inscriptions en tifinagh dans le désert[5].

Postérité[modifier | modifier le code]

Dans le film d'animation français Kirikou et les hommes et les femmes, réalisé par Michel Ocelot en 2012, Kirikou rencontre un jeune Touareg appelé Anigouran qui pourrait être le fameux héros. D'abord craint par les amis de Kirikou, Anigouran sauve ensuite l'une des leurs de l'attaque imminente d'une panthère et s'acquiert ainsi leur amitié.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans sa préface à Contes touaregs du Niger (p. 9), Jean-Dominique Penel souligne la grande diversité des genres dont relèvent les récits regroupés dans le recueil, et caractérise les aventures d'Anigouran comme formant un mythe.
  2. Contes touaregs du Niger, p. 16.
  3. Contes touaregs du Niger, p. 42.
  4. Contes touaregs du Niger, p. 15-46.
  5. Hélène et Jean-Claude Péret (2005), p. 88.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Contes touaregs du Niger, recueillis par Laurence Rivaillé et transcrits par Pierre-Marie Decoudras, préface de Jean-Dominique Penel, Paris, Karthala, 1993. (Contes recueillis auprès des guides touaregs de l'Aïr et du Ténéré entre la fin des années 1980 et le début des années 1990.)
  • Hélène et Jean-Claude Péret, Sahara. À la découverte de l'histoire des hommes et des paysages au fil des pistes, Cheminements, 2005.