And death shall have no dominion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

And death shall have no dominion est un poème du poète gallois Dylan Thomas.

Le , deux ans après la publication de son premier recueil de poèmes, on publie Twenty-Five Poems. Ce recueil révèle la philosophie personnelle de Thomas concernant la religion et la nature ; on y trouve And death shall have no dominion. Il fut aussi publié dans le magazine New English Weekly (en) en .

Très connu dans les pays anglophones, le poème est enseigné à l'école et est incorporé à certains films tels Solaris et Le Poids de l'eau.

And death shall have no dominion[modifier | modifier le code]

And death shall have no dominion.
Dead men naked they shall be one
With the man in the wind and the west moon;
When their bones are picked clean and the clean bones gone,
They shall have stars at elbow and foot;
Though they go mad they shall be sane,
Though they sink through the sea they shall rise again;
Though lovers be lost love shall not;
And death shall have no dominion.
And death shall have no dominion.
Under the windings of the sea
They lying long shall not die windily;
Twisting on racks when sinews give way,
Strapped to a wheel, yet they shall not break;
Faith in their hands shall snap in two,
And the unicorn evils run them through;
Split all ends up they shan't crack;
And death shall have no dominion.
And death shall have no dominion.
No more may gulls cry at their ears
Or waves break loud on the seashores;
Where blew a flower may a flower no more
Lift its head to the blows of the rain;
Though they be mad and dead as nails,
Heads of the characters hammer through daisies;
Break in the sun till the sun breaks down,
And death shall have no dominion.

Proposition de traduction[modifier | modifier le code]

Et la mort n'aura pas d'empire.
Les morts nus feront foule
Avec l’homme dans le vent et la lune rousse;
Quand leurs os blanchiront et leurs os blancs partiront,
Ils auront des étoiles au coude et au pied;
Même s'ils sont fous, ils seront sains d’esprit,
Même s'ils sont perdus en mer, ils reviendront;
Les amoureux seront égarés mais l’amour restera;
Et la mort n'aura pas d'empire.
Et la mort n'aura pas d'empire.
Sous les rouleaux de la mer
Ils demeureront à l'abri de la tourmente;
Torturés pour que lâchent leurs nerfs,
Attachés à une roue, ils ne cèderont pas;
La foi en leurs mains éclatera,
Et les diables cornus les piétineront;
Écartelés de toute éternité, ils ne céderont pas;
Et la mort n'aura pas d'empire.
Et la mort n'aura pas d'empire.
Plus aucun cri de mouette à leurs oreilles
Ou le déferlement des vagues sur les rivages;
Où la fleur s'épanouit peut-être qu'aucune fleur
Ne lèvera son front aux coups de la pluie;
Bien qu’ils soient fous et raides comme des clous,
Leurs têtes laboureront les champs de marguerites;
Brisés par le soleil jusqu’à ce que le soleil se brise,
Et la mort n'aura pas d'empire.

Source[modifier | modifier le code]