Amanitaceae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Amanitacée)
Aller à : navigation, rechercher

Les Amanitaceae sont une famille de champignons basidiomycètes du clade II Pluteoïde de l'ordre des Agaricales. Dans le genre le plus important, l'espèce la plus connue est probablement Amanita muscaria, mais aussi Amanita phalloides qui passe pour une espèce des plus toxiques, quasi toujours mortelle. Le sporophore des amanitacées est lamellé, généralement ovoïde émergent, ensuite convexe immature et enfin plus ou moins étalé. Les sporophores portent souvent, mais pas tous, une volve et/ou un anneau, plus ou moins tenaces. Les lames sont, sauf exception, blanches, rarement jaunes.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Classification phylogénétique[modifier | modifier le code]

Situation des Amanitaceae dans le Clade II Pluteoïde[modifier | modifier le code]

Depuis 2006 le clade des Agaricales est divisé en 6 clades :

Classification classique[modifier | modifier le code]

Limacella guttata, la limacelle lenticulaire

Liste des genres de la famille des Amanitaceae[modifier | modifier le code]

La famille comprend les cinq genres suivants : (elle y inclut les sous-genres et les espèces types pour les xxx espèces d'amanites)[1]

  • Amanitaceae
    • Amanita (genre)
      • Amanita (sous-genre)
        • Amanita (section)
          • Amanita muscaria (L.) Lam. 1783
        • Vaginatae (Amanitopsis)
          • Amanita vaginata (Bull. : Fr.) Lam. (1783 ["1784"]).
        • Caesareae
          • Amanita caesarea (Scop. : Fr.) Pers. (1801).
      • Lepidella
          • Amanita vittadinii (Morreti) Vitt. (1826).
        • Amidella
          • Amanita volvata Peck (Lloyd) (1898)
        • Phaloideae
          • Amanita phalloides (Fr. : Fr.) Link (1833)
        • Valideae
          • Amanita australis (G. Stev. 1962)
    • Amarrendia
      • Amarrendia grandispora
      • Amarrendia lignicolor
      • Amarrendia nemoribus
      • Amarrendia oleosa
      • Amarrendia peridiocrystalia
    • Catatrama
      • Catatrama costaricensis
    • Limacella
      • Limacella delicata
      • Limacella guttata
      • Limacella illinita
      • Limacella ochraceolutea
      • Limacella taiwanensis
      • Limacella whereoparaonea
    • Torrendia
      • Torrendia deformans
      • Torrendia grandis
      • Torrendia inculta
      • Torrendia pulchella

Description[modifier | modifier le code]

Le genre Amanita[modifier | modifier le code]

Aucune caractéristique macroscopique n'est à elle seule déterminante de ce genre[2]. Ce sont des espèces dont les sporophores sont lamellés, généralement ovoïdes puis convexes et enfin plus ou moins étalés. Ils portent souvent, mais pas tous, une volve et/ou un anneau, plus ou moins tenaces. Les lames sont, sauf exception, blanches ainsi que la sporée. Le genre est divisé en deux sous-genres et sept sections.

Le genre Amarrendia[modifier | modifier le code]

Les espèces du genre Amarrendia sont hypogées. À l'heure actuelle, ce genre n'est connu seulement qu'en Australie. Les travaux moléculaires ont exclu plusieurs espèces hypogées attribuées à l'origine au genre Amarrendia et morphologiquement semblables. Elles n'appartiennent plus aux Amanitaceae.

Le genre Limacella[modifier | modifier le code]

Les espèces du genre Limacella sont fortement différenciées du genre Amanita par leur mode de développement. Un voile membraneux partiel est présent chez certaines espèces.

Le genre Torrendia[modifier | modifier le code]

Les espèces du genre Torrendia sont originaires des régions méditerranéennes et d'Australie. Le genre Torrendia semble avoir des ancêtres communs avec les espèces de la section Caesareae du genre Amanita[3]. C'est un genre sécotioïde.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Bas C. Morphology and subdivision of Amanita and a monograph of its section Lepidella. Persoonia 5: 285-579, 1969
  2. Voir descriptions macroscopique et microscopique plus détaillées sur Champignons du Québec
  3. (en)Tulloss RE . Amanita distribution in the Americas with comparison to eastern and southern Asia and notes on spore character variation with latitude and ecology. , Mycotaxon 93: 189-231, 2005b

Sur les autres projets Wikimedia :