Alfred Ernst

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alfred Ernst
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 38 ans)
Nationalité
Activité

Alfred Ernst, né le à Périgueux et mort le à Paris, est un critique musical français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alfred Ernst est le fils de François ERNST et Caroline SCHATTNER. Polytechnicien, il devient vite critique musical et auteur de différents ouvrages, principalement au sujet de l´art lyrique. Germanophile éclairé, il tente de promouvoir et de divulguer l’œuvre de Richard Wagner en France.

Le plus grand mérite d'Ernst est d´avoir traduit les livrets des drames musicaux de Wagner et d´en avoir réalisé des versions chantables parfaitement conformes à la prosodie française. Des adieux de Wotan au récit du Graal, en passant par le chant du printemps de Siegmund, les poèmes d´Ernst sont d´une grande beauté[interprétation personnelle]. Au nombre de ses réussites sur le plan prosodique, il convient d´évoquer sa traduction du « logo » de Parsifal que constitue la séquence « der reine Tor », qu’il rend par « Le chaste Fol ». La ligne mélodique reste complète, avec la correspondance des voyelles ouvertes accentuées ( en allemand par opposition à a en français), permettant d’atténuer la différence d´ouverture des o d’une langue à l’autre.

Un article de lui, paru en novembre 1891 dans La Nouvelle Revue, lui permet d´entrer en relation et d’engager une correspondance avec Paul Verlaine.

Publications[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

  • L’Œuvre dramatique de Berlioz, 1884
  • Richard Wagner et le drame contemporain, 1887
  • L’Art de Richard Wagner, 1893

Traductions[modifier | modifier le code]

Poèmes d’opéras de Wagner.

Articles[modifier | modifier le code]

Ernst écrit pour différentes revues, notamment : Revue de Paris, la Revue encyclopédique, La Paix, La Nouvelle Revue, Revue wagnérienne.

Liens externes[modifier | modifier le code]