Action terroriste socialement acceptable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

ATSA - Action Terroriste Socialement Acceptable

Cadre
Forme juridique Association à but non lucratif
Fondation
Fondation 1998
Fondateur Annie Roy et Pierre Allard
Identité
Siège Montréal
Président Annie Roy
Trésorier Pierre Allard
Slogan Quand l'art passe à l'action
Site web www.atsa.qc.ca


L'Action terroriste socialement acceptable (ATSA) est une association à but non lucratif québécoise et un organisme de bienfaisance enregistré, fondé en 1998[1] par les artistes Pierre Allard et Annie Roy[2]. L'ATSA organise des événements dans le but d'éveiller les consciences par l'art[3]. Au fil des années, l’ATSA a su tisser un réseau de partenariat important, et est notamment soutenu par le CAC, le CALQ et le CAM.

Mandat[modifier | modifier le code]

Fondé en 1998 par les artistes Pierre Allard et Annie Roy, l’ATSA créé, produit et diffuse dans l’espace public, des œuvres interdisciplinaires ludiques et engagées. Motivées par le désir d’interpeller la population envers des causes sociales, environnementales et patrimoniales cruciales, leurs créations redonnent à la place publique sa dimension citoyenne d’espace ouvert aux discussions.

L’ATSA s’adresse aussi bien au grand public qu’à un public averti en art actuel ou intéressé aux thématiques abordées.

Reconnu pour son engagement et son expertise en interventions artistiques dans l’espace public, l’ATSA est régulièrement invité à participer à des conférences, ateliers et colloques.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1997, Pierre Allard et Annie Roy créent La banque à bas. Installation fondatrice de l’ATSA, elle consistait en un guichet automatique de vêtements chauds construit à partir de poêles de cuisine récupérés et déposés illégalement devant le Musée d'art contemporain de Montréal. Les portes de four s’ouvraient et faisaient office d’antre de dépôt et de retrait de bas chauds. La symbolique du poêle de cuisine évoque une maison, un lieu pour se réchauffer, celui que les sans-abri n’ont pas. Cette installation dénonçait les profits faramineux des banques canadiennes face à un accroissement du phénomène de l’itinérance au pays tout en répondant au manque de visibilité de l’art public lors de l’exposition De fougue et de passion au M.A.C. Après quelques pourparlers avec la place des Arts et le Musée, l’installation de l’ATSA a finalement eu pignon sur rue pendant plus de deux mois, et a permis de distribuer plus de 15 000 $ en vêtements chauds aux gens de la rue.

L'ATSA est né peu après dans le but même d'utiliser l'art à des fins de justice sociale, de protection de l'environnement et de préservation du patrimoine.

En 1998, inspiré par le 50e anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’homme l’ATSA crée l’État d’Urgence. L’évènement prend la forme d’un camp de réfugiés effectif en plein centre-ville, ouvert 24h sur 24 sur une période de quatre à dix jours. Jusqu’en 2010, ce manifestival, offrant des dortoirs, trois repas par jour et une multitude de services aux personnes seules et itinérantes, a permis à des centaines d’artistes de réfléchir esthétiquement à la grande précarité et d’y présenter leur travail dans un contexte de rencontre directe et d’aide concrète. Des centaines de bénévoles et d’entreprises ont donné tout son sens citoyen à cette rencontre sociale sur la place publique, vécue telle une résistance à l’individualisme et à la dégradation des rapports sociaux. 

En 2008 l’ATSA publie "Quand l'art passe à l'action", une monographie de 144 pages, conçue par orangetango. Plusieurs personnalités engagées, écrivains, ou encore sociologues, dont Laure Waridel, Dinu Bumbaru, Guy Sioui Durand, Sonia Pelletier, ont participé à l’écriture de cet ouvrage qui retrace l’histoire de l’ATSA et remet en perspective les problématiques soulevées par les interventions des artistes Annie Roy et Pierre Allard. 

En 2009, Magnus Isacsson et Simon Bujold réalisent un documentaire sur le groupe intitulé L'art en action [4].

En 2010, suite à une controverse sur les subventions culturelles, le groupe est pris à parti par le Ministre du patrimoine James Moore au sujet de l'usage du mot terroriste dans leur nom [5]. Suite aux coupures dans les subventions, le groupe doit cesser l'État d'Urgence[6]. Le prix Nature de l'art Pratt & Whitney Canada du Conseil des arts de Montréal leur a néanmoins été accordé la même année.

L’ATSA décide alors de faire perdurer le rendez-vous sur la Place Émilie-Gamelin en se recentrant sur une création centrale et en réduisant certains services. La nouvelle mouture qui s’intitule Fin novembre, est un événement interdisciplinaire qui invite le public montréalais et les personnes vivant en situation de précarité à assister et à participer à des activités artistiques et solidaires variées et gratuites, dans le but de créer une rencontre unique entre deux mondes qui s’ignorent habituellement. Les centaines de bénévoles et d’entreprises ayant fait le succès de l’État d’Urgence, répondent toujours présents!

Le 22 avril 2012 l'ATSA a participé à la création de la plus grande main humaine[7] au monde aux côtés de Dominic Champagne. 250 000 à 300 000 personnes se sont rassemblées pour marcher de la Place des Festivals jusqu’au Mont-Royal.

Interventions[8][modifier | modifier le code]

Depuis sa fondation, l'Action terroriste socialement acceptable a organisé plusieurs activités et manifestations. Le groupe tient aussi différents kiosques d'information pour véhiculer les buts de leur entreprise [9].

  • 1998 - 2010 : ÉTAT D’URGENCE. Manifestival interdisciplinaire visant la rencontre et l’entraide envers les gens de la rue, sous la forme d’un camp de réfugiés urbains ouvert 24/24 en plein centre-ville montréalais.
  • 2001 : PARC INDUSTRIEL. Faux site archéologique fait de rebuts proposant une réflexion sur la société actuelle de surconsommation.
  • 2001 : À VOS MARQUES. Installation à l'AmericanCan sur le culte du travail et de la performance.
  • 2002 : LES MURS DU FEU. Soirée incendiaire et trajet piétonnier sur l’histoire du Montréal incendié.
  • 2002 : ATTENTION : ZONE ÉPINEUSE. Intervention sur le mont Royal sur la précarité des patrimoines écologiques.
  • 2003-2007 : ATTENTAT. Série pancanadienne militant contre la production de véhicules ultras polluants de consommation de masse.
  • 2004 : FRAG. Parcours graphique et patrimonial permanent in situ sur l’histoire du Boulevard St-Laurent.
  • 2005: WILD CAPITALISM HUNTING GAMES. Installation réalisée à Calgary dans le cadre de Art-City : festival for art, design and architecture.
  • 2007-2008 : SQUAT POLAIRE. Intervention itinérante offrant une réflexion sur les changements climatiques.
  • 2008-2010 : CHANGE. Galerie-laboratoire rétrospective de 10 ans de création.
  • 2009 : BUBBLEGUM CANNONBALLS. Installation réalisée lors de la Dixième Biennale de La Havane qui portait sur la thématique “Résistance et Intégration à l’heure de la globalisation”.
  • 2010-2014 : 10 ANS D’URGENCE. Exposition itinérante pan canadienne rétrospective sur les douze État d’Urgence.
  • 2011 : PIGEON’S CLUB. Installation réalisée à Vancouver lors d’une résidence de création à la Grunt Gallery.
  • 2011-2013 : FIN NOVEMBRE. Événement interdisciplinaire de création en art actuel et de sensibilisation envers la précarité sociale.
  • 2013 : SE METTRE DANS L’EAU CHAUDE. Création réalisée au théâtre l’Espace Libre à Montréal.
  • 2013 : TUMENTIA QUISQUILIAE MAGDALENE. Création dans le cadre de “Faire Avec”, au centre Admare aux Iles de la Madeleine.

Ces actions s'inscrivent dans une démarche où la création artistique et l'engagement social vont de pair, à la rencontre des gens qui ne fréquentent pas forcément les musées.

Tournées[modifier | modifier le code]

2003-2007 : Attentat # ![10][modifier | modifier le code]

# 1      Montréal : Coin St-Catherine / St-Dominique (14-17 août 2003).   

# 2      Montréal : Métro Mont-Royal (22 septembre 2003).

# 3      Montréal : 3680 Jeanne-Mance - M.A.I. (25 septembre 2003).

# 4      Montréal : Place Émilie-Gamelin - État d’urgence ‘03 (5-8 décembre 2003).

# 5      Montréal : Salon de l’Auto (15-18 janvier 2004).

# 6      Montréal : Boulevard St-Laurent - Vente trottoir (26-29 août 2004).

# 7      Québec : Place d’Youville (16-19 septembre 2004).

# 8      Toronto : coin Yonge / Dundas Square (9-12 juin 2005).

# 9      Ottawa : ByMarket (16-19 juin 2005).

# 10    Montréal : Fonderie Darling (22 juil.-22 septembre 2005).

# 11    Mise en ligne du Constat d’infraction citoyenne téléchargeable (oct. 2005).

# 12    Toronto : Galerie YYZ, en collaboration avec The Theatre Center (3 février 2006).

# 13    Montréal : Concours dans le journal Voir (1er-22 juin 2006).

# 14    Calgary : Hight performance rodeo, au EPCOR Center (18-20 janvier 2007).

# 15    Vancouver : PuSH Festival, au VAG (22-25 janvier 2007).

# 16   Ottawa : à la Galerie SAW (22-31 mars 2007).

2008-2012 : CHANGE[11][modifier | modifier le code]

  • Montréal, Boutique coin St Laurent/Marie-Anne (2 octobre-20 décembre 2008).
  • Saskatoon, Paved Art (18 septembre-17 octobre 2009).
  • Toronto, Free Gallery (3 juin-24 juillet 2010).
  • Rouyn-Noranda, L'Écart (11 mars-10 avril 2011).
  • Québec, Galerie des arts visuels de l'université Laval''' (15 sept.-16 oct. 2011).
  • Carleton-sur-Mer, Centre d'artiste' Vaste et Vague' (10 fév.-23 mars 2012).

2010-2014 : 10 ans d’Urgence[12][modifier | modifier le code]

Tournée montréalaise 2010-2011[modifier | modifier le code]

  • Ville Lasalle, Galerie Les 3 C (30 sept.-23 oct. 2010).
  • Saint-Léonard, Galerie Port Maurice (28 oct.-12 décembre 2010).
  • Montréal, Maison de la culture Mercier (22 jan.-27 février 2011).
  • Verdun, Centre culturel de Verdun (2 mars-3 avril 2011).
  • Maison culturelle et communautaire de Montréal-Nord (8 avr.-22 mai 2011).
  • Maison de la culture Côte-des-Neiges (11 juin-20 août 2011).
  • Centre des loisirs Saint-Laurent (25 août-oct. 2011).
  • Maison de la culture Pointe-aux-Trembles (11 novembre 2011-22 janvier 2012).

Tournée québécoise 2012-2013[modifier | modifier le code]

  • Trois-Rivières, Centre Raymond-Lanier (15 sept.-20 oct. 2013).
  • Drummondville, Maison des Arts (15 jan.-24 février 2013).
  • Québec, Maison Hamel-Bruneau (26 sept.-6 décembre 2012). 

Tournée canadienne 2013-2014[modifier | modifier le code]

  • Frédericton,NB, Gallery Connexion (25 juil.-3 sept.2013).
  • Vancouver, BC, Grunt Gallery et Gallery Gachet (11 avr.-25 mai 2014).
  • Calgary, AL, New Gallery (27 juin-2 août 2014).
  • Winnipeg (St-Boniface), MB, Centre culturel franco-manitobain  (21 août- 3 oct. 2014).

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2008 : Pratt & Whitney du CAM: Nature de l’Art'[13]'.                                                             
  • 2008 : Prix Citoyen de la culture[14] décerné par les Arts et la Ville pour l’État d’Urgence.
  • 2008 : Prix Artistes pour la paix[15].
  • 2011 : Prix Giverny Capital[16].
  • 2013 : Mention d’honneur au Prix du maire de Montréal en démocratie[17].

L'ATSA a été porte-parole [18]:

  • 2009 : 5e Sommet citoyen de Montréal.
  • 2010 : 22e Exposition inter-collégiale d’arts plastiques du RIASQ.
  • 2011 :' Journées Québécoises de la Solidarité Internationale'.
  • 2013 : Mouvement artistes citoyens au cœur de la Cité.

L’ATSA est membre du Conseil d’administration du RAIQ[19].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Claude Gauvreau, « Annie Roy et Pierre Allard, artistes activistes », Inter UQÀM, vol. 10, no 2,‎ décembre 2012, p. 33 (ISSN 1708-4792)
  2. Réseau Art Actuel
  3. Voir : Engagez-vous!
  4. Provencher, Normand "L'art en action - Terrorisme citoyen", Le Soleil, Arts magazine, samedi 5 décembre 2009, p. A26, Section cinéma
  5. Rima Elkouri. "L'honorable et les terroristes", Cyberpresse, Jeudi 2 décembre 2010
  6. Jennifer Guthrie, Un «non-état d'urgence», Métro (Montréal), Actualité, jeudi 3 novembre 2011, p. 10
  7. « 22 avril », sur http://www.atsa.qc.ca/,‎ 23 avril 2012 (consulté le 23 septembre 2014)
  8. « www.atsa.qc.ca », sur http://www.atsa.qc.ca/,‎ 2014 (consulté le 23 septembre 2014)
  9. Site officiel http://www.atsa.qc.ca/pages/mandat.asp au 7 juin 2012
  10. « Attentat # ! », sur www.atsa.qc.ca,‎ 2012 (consulté le 23 septembre 2014)
  11. « Tournée Change », sur http://www.atsa.qc.ca/projs/change/fr/change.html,‎ 2012 (consulté le 23 septembre 2014)
  12. « 10 ans d'Urgence », sur www.atsa.qc.ca,‎ août 2014 (consulté le 23 septembre 2014)
  13. Les Prix Pratt & Whitney Canada du Conseil des arts de Montréal. Consulté le 13 décembre 201213 décembre 201213 décembre 2012
  14. Lauréats 2008. Consulté le 13 décembre 201213 décembre 201213 décembre 2012
  15. Communiqué. Consulté le 13 décembre 201213 décembre 201213 décembre 201213 décembre 2012
  16. Prix Giverny-Capital à l'ATSA. Consulté le 13 décembre 201213 décembre 201213 décembre 201213 décembre 2012
  17. « Prix du maire de Montréal en démocratie - 2013 », sur http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5798,85041649&_dad=portal&_schema=PORTAL,‎ 2013 (consulté en septembre 2013)
  18. « Mandat de l'ATSA », sur www.atsa.qc.ca,‎ 2014 (consulté le 23 septembre 2014)
  19. « Conseil d'administration du RAIQ », sur http://raiq.ca/,‎ 2011 (consulté le 23 septembre 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Site officiel
  • Claude Gauvreau, « Annie Roy et Pierre Allard, artistes activistes », Inter UQÀM, vol. 10, no 2,‎ décembre 2012, p. 32 (ISSN 1708-4792)