Abattoirs de Villejuif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est une version archivée de cette page, en date du 4 janvier 2020 à 13:47 et modifiée en dernier par Holapaco77 (discuter | contributions). Elle peut contenir des erreurs, des inexactitudes ou des contenus vandalisés non présents dans la version actuelle.
Les abattoirs de Villejuif.

Les abattoirs de Villejuif, également appelés abattoirs d'Ivry étaient l'un des cinq abattoirs créés par Napoléon Ier en remplacement des nombreuses tueries présentes dans Paris.

Situation

Les abattoirs de Villejuif étaient situés près de la barrière des Gobelins et correspondaient à un quadrilatère situé du côté des numéros impairs du boulevard de l'Hôpital entre les actuelles rue Fagon et rue Pinel, la rue de l'Hôpital-Général, la rue de Villejuif et la rue de la barrière des Gobelins.

Sur son emplacement a été construit l'école nationale supérieure d’arts et métiers et la rue Édouard-Manet a été ouverte.

Historique

La création des abattoirs de Villejuif se fit par décret du . En remplacement des nombreuses tueries présentes à l'intérieur de Paris, pour des raisons sanitaires, Napoléon décide de créer cinq tueries à l'extérieur des limites de l'époque de Paris : trois sur la rive droite de la Seine et deux sur la rive gauche. Commencés le , ils sont terminés en 1818. À partir du de la même année, il fut interdit de conduire les bestiaux à l'intérieur de Paris.

Construits par Nicolas Lenoir, les abattoirs de Villejuif, d'une superficie de 27 200 m2 étaient organisés autour de plusieurs cours et comprenaient 32 échaudoirs. Ces abattoirs étaient plus spécialement destinés à l'abattage des équidés, en raison de la présence, voisine, du marché aux chevaux.

Ils furent démolis à partir 1902, après la construction de l'abattoir de Vaugirard. L'école nationale supérieure d’arts et métiers occupe désormais son emplacement.

Notes, sources et références


Annexes

Articles connexes

Liens externes