Abalakov (escalade)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abalakov.
Rappel sur un abalakov
Relais sur un abalakov

L'abalakov (aussi nommée lunule) est une technique d'escalade glaciaire pour mettre un point de protection sur une paroi de glace. Ce point peut être utilisé pour assurer la progression mais il est plus souvent utilisé pour faire un rappel. Son nom vient de son inventeur Vitali Abalakov, un alpiniste soviétique qui l'a mis au point dans les années 1930[1].

Utilisation[modifier | modifier le code]

L'abalakov est une méthode pour se protéger en cascade de glace car il est facile à faire, ne nécessite pas le sacrifice de matériel coûteux et peut être très sécurisé s'il est fait correctement. Un abalakov est souvent utilisé en voie de plusieurs longueurs en escalade glaciaire. Il augmente sensiblement le nombre de voies pouvant être parcourues et la sécurité sur les descentes en rappel.

Il peut aussi être utilisé en ski de pentes raides comme point d'assurage sur glace.

Du fait de sa sûreté et de sa facilité à réaliser, il est considéré comme une des plus importantes innovations en escalade glaciaire.

Technique[modifier | modifier le code]

Un abalakov peut être réalisé avec une broche à glace, minimum 18 cm[2], 80 cm de cordelette[2] et un crochet à lunule. Deux trous, séparés de 20 cm[3], sont percés dans la glace à l'aide de la broche à glace, verticalement ou horizontalement. Le but étant que ces deux trous se rejoignent pour former un V. La cordelette, est passée dans un trou et récupérée avec le crochet à lunule. Un nœud est réalisé. Cette boucle est alors utilisée pour faire le rappel ou le relais. Les abalakov ne doivent être réalisés que dans la glace solide et de préférence verticalement car la résistance est alors plus importante[4],[5]. Un abalakov doit toujours être testé avant d'être utilisé et une broche mise en sauvegarde à distance raisonnable de celui-ci. Si la glace n'est pas assez solide, il est possible de faire un deuxième abalakov pour équilibrer la force, ou de passer par un autre chemin[6].

De la même façon, en cas de rappel sur abalakov, on ajoute une broche de sauvegarde et une dégaine qui vient prendre la corde, et c'est la personne la plus lourde de la cordée qui part en premier. Le dernier de cordée avant son rappel récupère la broche et descend.

Faire des abalakovs avec de la cordelette requiert de laisser un brin de cordelette une fois quitté le relais. C'est inesthétique et polluant pour l'environnement. Il est recommandé, en cas de rappel sur abalakovs, et si la glace le permet (c'est-à-dire qu'elle n'est pas humide avec de l'eau qui coule et une température ambiante négative) d'utiliser la corde de rappel directement dans les trous de l'abalakovs : c'est une lunule sèche. Une fois le relais atteinte, on rappelle la corde en tirant simplement dessus et on ne laisse aucun matériel au relais précédent.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ice Climbing — Waterfalls and Alpine Walls
  2. a et b Cascade : Fiche technique 1 L’Abalakov sur le site du CAF Chambéry
  3. Guide de la montagne aux Éditions Guérin (ISBN 978-2-35221-020-7)
  4. (en) « Ice Climbing Anchor Strength - Analysis », sur www.ukclimbing.com (consulté le 13 mars 2019)
  5. (en) « Ice Climbing Anchor Strength: An In-Depth Analysis », sur Hellenic Mountain Guide Association, (consulté le 13 mars 2019)
  6. Creating Abalakov thread (V-thread) sur climbingextreme.com