Étienne Beaulieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Étienne Beaulieu
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Étienne Beaulieu (né en 1974) est un écrivain québécois, éditeur et professeur de littérature.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a été chargé de cours en cinéma québécois à l'Université McGill, puis professeur de littérature à l'Université du Manitoba[1], avant d'enseigner au département d'arts, lettres et communication du Cégep de Drummondville[2]. Co-fondateur des cahiers littéraires Contre-jour et directeur des éditions Nota bene[3], de même que directeur de la programmation des Correspondances d'Eastman depuis 2014, il a vécu six ans en France et six ans au Manitoba avant de s'établir au Québec[4]. Spécialiste du romantisme, il est l'auteur de nombreux articles et études sur la littérature française et québécoise et sur le cinéma, ainsi que de plusieurs essais parmi lesquels L'âme littéraire et Sang et lumière. Son premier récit, Trop de lumière pour Samuel Gaska, a reçu de nombreux prix, notamment le Prix Alfred-DesRochers en 2014, le Prix Jacques-Cartier 2014 (Montréal/Lyon) et le Grand Prix de la Ville de Sherbrooke 2014. Il assure par ailleurs la responsabilité de l'édition critique des œuvres de Joseph Joubert aux éditions Classiques Garnier[5].

Livres[modifier | modifier le code]

  • Sang et Lumière. La communauté du sacré dans le cinéma québécois, Québec, L’instant même, 2007.
  • La Fatigue romanesque de Joseph Joubert, Québec, Presses de l'Université Laval, 2008.
  • Trop de lumière pour Samuel Gaska, Montréal, Lévesque éditeur, 2014 - également traduit en anglais sous le titre Too Much Light for Samuel Gaska par Jonathan Kaplansky, Toronto, Quattro Books, 2016.
  • L'Âme littéraire, Montréal, Éditions Nota bene, 2014.
  • Splendeur au Bois Beckett, Montréal, Nota bene, 2016. Réédition Alias 2018.
  • La pomme et l'étoile, Varia, 2019.
  • L'éclat du neutre. Études sur les cultures romantiques de la prose, Paris, Classiques Garnier, 2019.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Finaliste Prix Alphonse-Desjardins 2017 pour "Splendeur au bois Beckett".
  • Prix Alfred-DesRochers 2014, pour Trop de lumière pour Samuel Gaska.
  • Prix Jacques-Cartier (Montréal/Lyon) du roman et de la nouvelle 2014, pour Trop de lumière pour Samuel Gaska[6].
  • Grand Prix de la Ville de Sherbrooke 2014 pour Trop de lumière pour Samuel Gaska.
  • Finaliste au Prix du premier roman de Chambéry pour Trop de lumière pour Samuel Gaska.
  • Finaliste au Prix Spirale-Éva Le-Grand 2015 pour L'âme littéraire.
  • Finaliste au Prix Spirale-Éva Le-Grand 2008 pour Sang et Lumière. La communauté du sacré dans le cinéma québécois.
  • Finaliste au Prix Victor-Barbeau 2008, pour Sang et Lumière. La communauté du sacré dans le cinéma québécois[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]