Émile Armet de Lisle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Émile Armet de Lisle
Biographie
Naissance
Décès
Activité

Émile Armet de Lisle, né en 1853, mort en 1928, est un industriel français, promoteur du développement de l'industrie du radium, partenaire de Pierre et Marie Curie, et fondateur de la revue Le Radium.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il avait hérité d'une fabrique de quinine qu'il gérait tout en s'occupant à chercher tout minerai d'uranium. C'est lui qui après la décision de l'État autrichien d'interdire l'exportation de ce genre de matières premières a pu permettre, par exemple, à Marie Curie de profiter de son radium. Dès 1904, il crée une fabrique à Nogent-sur-Marne, près de Paris, dédiée à la production de sels d'uranium et à la fabrication d'applicateurs à partir de cet élément[1]. L'exportation de la pechblende ayant été interdite par l'Autriche, Armet de Lisle recherche des sources alternatives d'approvisionnement. Il lance la revue Le radium, avec des contributions sur les minerais radioactifs, sur les techniques de manipulation et les instruments[2]. Il crée une succursale commerciale, la « Banque du radium » qui propose une large gamme d'appareils[3].

Sa société Sels de radium finance la création et le fonctionnement du « laboratoire biologique du Radium » créé par les docteurs Louis Frédéric Wickham, Henri Dominici et Paul Degrais, et entretient des relations privilégiées avec le laboratoire des Curie, dont plusieurs assistants deviennent le premier noyau de ses techniciens[4]. Il bénéficie de la renommée des deux prix Nobel, fait profiter le laboratoire de son assistance logistique, et met à leur disposition un bureau dans son usine[4]. Face à la concurrence d'autres sociétés, Armet de Lisle protège ses droits sur les minerais portugais, et projette la création d'une nouvelle entité, avec un comité scientifique composé de Marie Curie, André-Louis Debierne et Erich Ebler ; mais ce projet n'aboutit pas, Marie Curie n'approuvant pas les procédés préconisés par Ebler, et ne voulant pas ternir son image avec une exploitation commerciale[5].

Émile Armet de Lisle est l'auteur d'articles et de contributions sur les propriétés magnétiques des aciers trempés et sur un nouvel électroscope pour la recherche des minéraux radioactifs[6].

Armet de Lisle meurt en 1928. Ses successeurs voulant conditionner leur aide logistique à Marie Curie en contrepartie de l'utilisation publicitaire de son nom, elle refuse et crée sa propre structure semi-industrielle, le Laboratoire de gros traitements[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie Curie, Emile Armet de Lisle (1853-1928), Fondation Curie, .
  • (en) B. Joerges et Terry Shinn, Instrumentation Between Science, State and Industry, Springer, , p. 54-57, 59-60, 63, 65, 67 [lire en ligne].
  • J. Pelé, « L'usine Armet de Lisle à Nogent », Bulletin de la Société historique et archéologique de Nogent-sur-Marne,‎ , p. 66-75.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joerges et Shinn 2002, p. 55.
  2. Joerges et Shinn 2002, p. 55-56.
  3. Maurice Curie, Le radium et les radio-éléments, Baillière, , p. 351
  4. a et b Joerges et Shinn 2002, p. 56.
  5. Joerges et Shinn 2002, p. 56-57.
  6. Joerges et Shinn 2002, p. 65.
  7. Joerges et Shinn 2002, p. 63.