Tsurezuregusa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yoshida Kenkō

Le Tsurezuregusa (徒然草?, « Les heures oisives ») est une collection d'essais écrits par le moine japonais Yoshida Kenkō entre 1330 et 1332. L’œuvre est généralement considérée comme un joyau de la littérature japonais médiévale et une des trois plus représentatives du genre zuihitsu avec le Makura no Sōshi et le Hōjōki.

Le Tsurezuregusa comprend une préface et deux cent quarante-trois paragraphes (段, dan), d'une longueur allant de la simple ligne à quelques pages. Moine bouddhiste, Kenkō écrit sur les vérités bouddhistes et des thèmes tels que la mort et l'impermanence prévalent dans l'œuvre qui contient également des passages consacrés à la beauté de la nature ainsi que certains incidents humoristiques. L'œuvre originale n'est ni divisée ni numérotée, la division remontant au XVIIe siècle.

L'ouvrage tient son nom d'un passage de la préface :

つれづれなるまゝに、日暮らし、硯にむかひて、心にうつりゆくよしなし事を、そこはかとなく書きつくれば、あやしうこそものぐるほしけれ。
Tsurezurenaru mama ni, hikurashi, suzuri ni mukaite, kokoro ni utsuriyuku yoshinashigoto wo, sokowakatonaku kakitsukureba, ayashū koso monoguruoshikere.

La traduction de Donald Keene donne :

Quelle étrange sensation de dément cela me donne quand je me rends compte que j'ai passé des journées entières devant cette pierre à encre, avec rien de mieux à faire que d'inscrire au hasard n'importe quelles pensées absurdes qui me sont entrées dans la tête

où つれづれ (tsurezure) signifie : « N'avoir rien à faire ».

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]