Yevhen Malaniouk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Malaniouk.
Yevhen Malaniouk
Description de cette image, également commentée ci-après
Yevhen Malaniouk
Naissance
Novoarkhanhelsk, Ukraine
Décès (à 71 ans)
New York, USA
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture ukrainien
Genres
poésie

Yevhen Malaniouk ( en ukrainien : Євген Маланюк ), né le à Novoarkhanhelsk, en Ukraine, et mort le à New York, ( à 71 ans ) est un poète ukrainien, « L'empereur des Strophes de Fer ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Yevhen Malaniouk est né le 1er février ( le 20 janvier dans un style ancien ) en 1897 dans le village de Novoarkhangelsk, situé à la province de Kherson ( aujourd'hui région de Kirovograd ).

Le père de Yevhen, Filimon Vasyliovych, a travaillé comme un enseignant, et en meme temps comme un administrateur dans un tribunal de ville. Cet homme était passionné d'activités éducatives. Il était le directeur des spectacles théâtrales d’amateurs et aussi, il a chanté au chœur de l'église. La mère de Yevhen, Glycerya Yakovlevna, était la fille d'un militaire de la Nouvelle Serbie, fondé à l'époque de Catherine II.

Yevhen Malaniouk a étudié à l'école primaire de Novoarkhanhelsk. Comme ses frères, Onysym et Sergiy, il avait des connaissances brillantes. Yevhen, le plus âgé de ses frères, a continué à faire ses études au collège du comté de Yelysavethrad. Il a terminé la formation dans la classe préparatoire avec des résultats excellents. Il a fait le séjour à l’institution de 1906 à 1914. À cette époque-là, il a fait la connaissance avec Yevhen Chykalenko, Panas Saksagansky, Nikolai Sadovsky, Yuriy Yanovsky, Hnat Yura et d'autres qui ont considérablement élargi sa vision au monde, éveillé des capacités créatives , évoqué l’affection à la littérature, peinture et théâtre.

Yevhen a devenu un élève de l’école militaire de Kyiv pendant la Première Guerre mondiale. Il l’a finit en janvier 1916 et puis , il a participé à la vie militaire de son pays.

En 1923, Yevhen a déménagé en Tchécoslovaquie, où il a entré au département d'hydrotechnique de la faculté d'ingénierie de l'Académie ukrainienne d'économie à Podebrady. Puis, il a commencé a travailler comme un ingénieur hydrotechnicien.

En 1925, il a publié le premier recueil de poèmes « Stylet et Stylos » à Podebrady. Cette parition a devenu un événement extraordinaire dans le mouvement litteraire provoquant une réaction mitigée : du refus total à l’enthousiasme extraordinaire. Une chose pareille a été avec le livre suivant, « Herbarium », qui a été publié à Hambourg en 1926.

Dans le même temps, en 1925, Yevhen a rencontré Zoya Ravich ( qui a été de la région de Poltava ) à Podebrad et l'a bientôt épousée ( l'engagement a eu lieu le 5 juillet ; et le mariage a eu lieu le 12 août à l'église de Saint-Nicolas à Prague ). Cependant, en 1929, ils ont divorcé. Yevhen, ayant terminé l'académie, a déménagé à Varsovie et Zoya a demeuré à Prague.

Depuis 1929, il était en Pologne. Yevhen a collaboré avec le magasin « Literaturno-naukovyi visnyk » ( depuis 1932 juste « Visnyk » ) dont Dmytro Dontsov, un politicien et un critique littéraire bien connu, a été le rédacteur en chef.

Pendant la période dont il a été à Varsovie, en Pologne, le poète a publié les livres suivants :

« Terre et Fer »  ( à Paris, en 1930 ), « Madonna Terrestre »  ( à Lviv, en 1934 ), « L’Anneau de Polycrate » ( à Lviv, en 1939 ), « Poésie sélectionnée » ( à Lviv et Krakiv, en 1943 ).

À Varsovie, Yevhen a rencontré Bohumila Savytska, qui a travaillé à l’ambassade tchèque et qui est finalement devenue sa deuxième épouse . En 1933, le fils, Bogdan, est né. Malheureusement, la Seconde Guerre mondiale a brisé l’idylle familiale. Bohumila est partie avec son fils à Prague et Yevhen a demeuré à Varsovie. Il a devenu un professeur, et en même temps il a continué à traduire des textes pour gagner sa vie.

Yevhen Malaniouk a participé à la défense de la capitale polonaise contre des troupes allemandes en 1939. Le poète a été forcé de revenir à la deuxième émigration après l’entrée sur le territoire de la Pologne des troupes soviétiques. Depuis 1944, il a resté en Allemagne.

Pendent cette période, Yevhen Malaniouk a été un peu isolé et détaché de l’activité littéraire active. Quand même il était le membre de « Movement Artistique Ukrainien », il n’y a pas participé souvent.

Il a déménagé à New York, aux États-Unis en juin, 1949. En 1958, il est devenu le président d’honneur de l’Union des écrivains ukrainien « Slovo ». Il a publié là, aux États-Unis, les nouveaux recueils suivants : « Pouvoir », « Poésie en un volume », « Le printemps dernier », « Août » et aussi le poème « La cinquième symphonie » ( en 1954 ). Les monographies, les articles et les essais ont été publiés aussi à cette époque-là.

Il s’agit notamment de publications qui, au fil du temps, ont reçu une résonance générale : « Essais sur l'histoire de notre culture » ( en 1954 ), « Petits-Russes » ( en 1959 ),

« Illustrisimus Dominus Mazepa - le fond et le visage » ( en 1960 ), « Le livre des observations » en deux volumes ( en 1962 et 1966 ).  

En 1962, Yevhen s’est décidé pour visiter la Pologne socialiste. C’était son dernier rendez-vous avec Varsovie et avec de nombreaux souvenirs du passé. En plus, il a rencontré son ex-femme, Bohumila, qui était ravie de le voir. Cependant, ceci est seulement une version. Selon d’autre version, le poète n’a pas pu revoir son ex-femme à cause du danger d’être capturé par les services de renseignement soviétiques. Des inconnus de la police secrète polonaise ont aidé à Yevhen à s’échapper.

Yevhen Malaniouk est décédé le 16 février en 1968 à New York. Il est enterré au cimetière orthodoxe de St. Andrew South Bound Brook de New Jersey.

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

L’héritage poètique de Yevhen Malaniouk est reconnu pour les classique ukrainiens. Ainsi, il est thématiquement très divers. Des recueils de poèmes et d’essais ont été publiés dans de nombreuses villes d’Europe et d’Amérique :

  • Poèmes sélectionnés dans la collection « Ozymyna. Almanach des Trois : Yevhen Malaniouk, Mykhailo Selegiy, Mykhailo Osyka » (Kalish, 1923)
  • « Stylet et stylos »  (Podebrady, 1925)
  • « Herbarium »  (Hambourg, 1926)
  • « Terre et Fer » (Paris, 1930)
  • « Madonna Terrestre » (Lviv, 1934)
  • « L’Anneau de Polycrate » (Lviv, 1939)
  • « Poésie sélectionnée » (Lviv, 1943)
  • « Pouvoir » (Philadelphie, 1951)
  • « La cinquième symphonie » (New York, 1953)
  • « Poésie en un volume » (New York, 1954)
  • « Le printemps dernier » (New York, 1959)
  • « Août » (New York, 1964)
  • « L'Anneau et le Bâton » (Munich, 1972)
  • « Poésie du cahier » (Kirovograd, 2003)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Координати : антологія сучасної української поезії на заході / упоряд. Б. Бойчук, Б.Т. Рубчак. –  Сучасність, 1969. – Т. 1. – С. 33-40.
  2. Маланюк Є. Книга спостережень. Статті про літературу. – К. : Дніпро, 1997. – 430 с.
  3. Салига Т. Високе світло. – Л. : Каменяр, 1994. –  С.46-76.
  4. Лисенко Н. Становлення і розвиток творчої постаті Є.Маланюка. Автореф. дис. на з. н.с. к.ф.н. – К., 1999. – 20 с.
  5. Ільницький М. Від „Молодої Музи до Празької школи...”. – Л. : Інститут українознавства ім. І. Крип’якевича, 1995. – 318 с.

Liens externes[modifier | modifier le code]

(en) Fiche sur Yevhen Malaniouk sur le site Encyclopedia of Ukraine