Wikipédia:Pastiches/Rattachement

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le rattachisme est un mouvement artistique, poétique et politique belgo-congolais, visant au rattachement de la Belgique au Congo et à leur fusion en un seul État transcontinental.

Puisque, depuis la création de l’État indépendant du Congo, c'est-à-dire depuis l’achat de ces vastes territoires (2 344 000 km2, septante-sept fois la Belgique) par le roi Léopold II à des puissances européennes, les deux pays n'ont jamais été indépendants, il est remarquable que la Belgique lui ait finalement « accordé l’Indépendance », en 1960.

Les rattachistes belges affirment : « Nous avons toujours dépendu du Congo. Seul le Congo pourrait légitimement nous proposer l’indépendance, et nous la refuserons. Des deux « partenaires », un seul contribua au développement de l’autre, à sa « civilisation », à son « progrès » : le Congo. Pour qu’éclate enfin la vraie nature du lien et l’assumer, demandons que soit enfin reconnue notre congolité congénitale, et la reconnaissance de notre mère à tous. »

Ils réclament que la Belgique devienne « Territoire d’outre-mer du Congo » et la nationalité congolaise pour tous les Belges, que le pays devienne un « pays à facilités », que le lingala devienne la seule langue officielle de la Belgique, soit enseigné dans les écoles, devienne la langue de l’administration et des tribunaux. « Back is Beautiful » est leur slogan, ainsi que « Con go home sweet home… », « Congoler en justes noces » ou « Au Congo, reconnaissants, tous les Belges offrent leur corps, au sien défendant. »

Étymol. Du grec ratê, “réussir”, et du français tachisme, “peinture par taches”.

Malgré cette signification historique du rattachisme, une certaine frange de la mouvance annexionniste flamande, en ceci d'ailleurs en désaccord notoire avant le mouvement rattachiste wallon (cf. vœu d'un rattachement des régions francophones belges au territoire français), lie à la notion de rattachisme l'idée d'une réunification intégrale de toutes les régions "Flandre", c'est-à-dire de la création d'un état autonome comprenant les région flamandes actuellement situées en Belgique et la région "Flandre" de France. Il est indéniable que cette idée possède une légitimité historique. Seule le dessin purement arbitraire du territoire belge a amputé la Flandre belge de sa moitié naturelle, depuis lors sous tutelle républicaine et unilatéralement francophone. L’exemple, encore récent dans les esprits, de la réunification des deux Allemagne intervient ici comme voie à suivre.

Il est évident que cette dispute à propos de la signification authentique du mot « rattachisme » - ou bien rattachement de la Wallonie à la France ou bien rattachement de la région « Flandre » de France à la Flandre actuellement belge – n’est pas fait pour calmer le jeu dans le pays de Godefroy de Bouillon, de Tintin et de Milou. D'un côté on veut se rattacher à la France, de l'autre on veut s'en rattacher un morceau. On pourrait supposer que les deux opérations se faisant en même temps, les Français n’y verraient que du feu. Ce n'est toute fois pas sûr, et pour l'instant, les convoyeurs attendent.

C'est pourquoi l'idée d'un rattachisme global - transcendantal pourrait-on presque dire - de tout le territoire belge - et non pas chaque région de son côté - à un tiers externe, mais substantiellement lié à chaque Belge - le Congo -, intervient comme une perspective salutaire pouvant faire diversion.

Voir aussi[modifier le code]

Lien externe[modifier le code]