Volker Beck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beck.
Volker Beck en 2010.

Volker Beck, né le à Stuttgart, est un homme politique allemand, membre de l'Alliance 90 / Les Verts.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Il obtient son bac en 1980, fait des études en histoire de l'art, d'histoire et littérature à l'Université de Stuttgart.

Engagements associatifs[modifier | modifier le code]

Volker Beck s'engage dans le mouvement de la paix dans les années 1980. Il est également un des plus célèbres militants homosexuels d'Allemagne, porte-parole de 1991 à 2004 de Lesben- und Schwulenverband in Deutschland (LSVD, Association des gays et lesbiennes en Allemagne).

Carrière politique[modifier | modifier le code]

De 1987 à 1990, il est assistant parlementaire du groupe des Verts au Bundestag pour les affaires des homosexuels.

Lors des élections législatives de 1994, il est élu député au Bundestag, représentant le land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, puis réélu en 1998, 2002, 2005, 2009 et 2013[1]. De 2002 à 2013, il est premier secrétaire du groupe parlementaire de l'Alliance 90 / Les Verts.

Il est à l'origine de la loi sur le partenariat enregistré en Allemagne[1]. Entre 2001 et 2004, il est également le principal négociateur de la loi sur l'immigration[2]. Il a influencé fortement la législation contre le terrorisme après 11 septembre 2001 d'un point de vue des droits[2].

En 2006, il se rend à Moscou pour soutenir la tenue de la Gay Pride interdite. Il y est victime de violences de la part d'opposants à la manifestation[1].

Le 2 mars 2016, il est arrêté en possession de méthamphétamine à Berlin. Il démissionne de certaines de ses fonctions (comme celle de porte-parole du groupe d'Amitié Allemagne-Israël) mais reste député[3].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Il vit avec Jacques Teyssier, un militant LGBT français, à partir de 1992, entre Cologne, Paris et à Berlin. Jacques Teyssier est mort en 2009. En 2008, ils signent en partenariat enregistré[4].

Controverses[modifier | modifier le code]

Un article de 1988 intitulé « Modifier le droit pénal ? Plaidoyer pour une restructuration réaliste de la politique sexuelle », dans lequel Beck militait entre autres pour une dépénalisation de la pédophilie suscite en 2013 une vaste controverse dans les médias et le public. Beck affirme alors que l'impression du texte n'aurait pas été autorisée et que le contenu en aurait été falsifié par l'éditeur. Il s'excuse néanmoins de la présence du script original et déclare s'en distancier. Le magazine Spiegel Online présentant le manuscrit original affirme que Beck aurait menti car l'éditeur n'aurait presque rien changé au contenu original[5].

Honneurs[modifier | modifier le code]

Il a été fait chevalier de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne par le président fédéral Johannes Rau, en raison de son action pour l'indemnisation des victimes du nazisme. Cette distinction avait été suggérée par les organisations juives (Jewish Claims Conference et le Conseil fédéral des Juifs en Allemagne. En 2001, l'International Network of Lesbian and Gay Officials (INLGO) lui donne le Like-A-Rock-Award, le Gay Pride Berlin le Rainbow Award.

Le 1er mai 2005 il est honoré en tant qu'héros (hero) par le Equality un forum dans la Philadelphia pour ses gains inhabituels autour du mouvement de droit du citoyen homosexuel et mesures concernant la suppression de la discrimination des homosexuels. Il est le seul non-américain sous les cheers. En mai 2006, le Beck pour son application pour les droits de l'homme recevait et en tant que « père du partenariat enregistré » le « Prix Tolerantia » de la « fondation » polonaise « pour l'égalité des droits » (Fudacja Rownsci), la « campagne contre l'Homophobie » (Kampania Przeciw Homofobii), l'association française « SOS Homophobie » ainsi que le projet Maneo de Berlin. En juillet 2006, il reçoit le prix de courage civil du CSD de Berlin. Le 5 octobre 2006 Volker Beck, le père de la loi de tige de conjoint allemande, a été honoré avec une vidéo en ligne. L'organisation des États-Unis d'Amérique EQUALITY FORUM apprécie « History Month » 31 personnes et leur histoire de vie dans le cadre du « Gay and Lesbian ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Xavier Héraud, « Arrêté en possession de crystal, le député gay allemand Volker Beck dans la tourmente », sur Yagg,‎ (consulté le 9 mars 2016)
  2. a et b (de) Peter Carstens, « Einwanderungsgesetz Eine dritte Niederlage will sich Schily nicht leisten », Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎ (ISSN 0174-4909, lire en ligne)
  3. (en) « Greens politician Volker Beck caught with crystal meth », sur Deutsche Welle,‎ (consulté le 5 mars 2016)
  4. Judith Silberfeld, « Jacques Teyssier, le compagnon de Volker Beck, a succombé à un cancer », sur Yagg,‎ (consulté le 9 mars 2016)
  5. (de) Ann-Katrin Müller, « Grüne: Volker Beck täuschte Öffentlichkeit über Pädophilie-Text », sur Spiegel,‎ (consulté le 9 mars 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :