VoWiFi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Icône VoWiFi sur smartphone (entre l'icône WiFi et l'icône force du signal cellulaire)

La Voice over WiFi (VoWiFi) ou Appels WiFi permet d'utiliser sa ligne mobile sans utiliser la couverture cellulaire. Elle est associée aux réseaux 4G ou 5G des opérateurs et permet d'envoyer/recevoir des SMS/MMS et d'émettre/recevoir des appels vocaux sur son numéro de ligne mobile. Elle fonctionne sur n'importe quel réseau Wi-Fi et pas seulement ceux de l'opérateur mobile ou celui de l'abonné [1].

C'est la dernière évolution du protocole Generic Access Network (GAN). Elle est disponible sur la plupart des mobiles de moyenne gamme ou haut de gamme (iPhone, Samsung Galaxy A/S/Note, Huawei P/Mate, Sony Xperia...) et ne nécessite pas d'installer une application particulière. Elle est proposée par la plupart des opérateurs mobiles (Orange, SFR et Bouygues en France) sous la forme d'une option gratuite ou nativement dans le forfait.

Elle succède à la fois aux femtocells, trop coûteuses pour les opérateurs et trop restrictives pour les utilisateurs, et au protocole UMA, qui fut un échec commercial et qui était proposé en France uniquement par Orange, de 2006 à 2012, sous le nom commercial d'Unik.

La VoWiFi ne doit pas être confondue avec la VoWLAN, parfois appelée également VoWiFi, mais qui n'est qu'une connexion VoIP fixe utilisant un LAN WiFi dans sa partie terminale au lieu d'un LAN Ethernet.

Fonctionnement [2][modifier | modifier le code]

L'authentification est assurée par la puce SIM de l'abonné. Le handover entre WiFi et 4G fonctionne dans les deux sens et l'utilisateur peut choisir le réseau prioritaire (WiFi ou cellulaire). Le téléphone gère le handover en fonction de la qualité des deux signaux et de la priorité donnée par l'utilisateur. Le transport de la voix et des messages entre le mobile et le réseau de l'opérateur mobile s'effectue de la même façon qu'entre les femtocells et le cœur de réseau via les protocoles IP, NAT Traversal et IPSec/ISAKMP [3]. Le mobile maintient en permanence une connexion IP active avec le serveur de l'opérateur mobile. Comme la VoLTE, la VoWiFi utilise au niveau du réseau de l'opérateur la technologie IMS [4].

Les appels ou messages sont facturés de la même façon que sur le réseau cellulaire.

Objectifs[modifier | modifier le code]

Le protocole VoWiFi est clairement attaché à une ligne mobile contrairement au protocole UMA qui reposait avant tout sur le réseau téléphonique fixe et n'utilisait le réseau cellulaire qu'en cas de mobilité. L'objectif n'est plus la convergence entre téléphonie fixe et téléphonie cellulaire mais la couverture de l'abonné mobile lorsque la réception du signal est difficile (intérieur des bâtiments, zones blanches).

La VoWiFi va s'avérer indispensable pour la couverture de l'intérieur des bâtiments avec le renforcement de leur isolation thermique et l'utilisation de bandes de fréquences de plus en plus élevées pour la radiotéléphonie en zone urbaine (2,6 GHz pour la 4G, 3,5 GHz pour la 5G)[5],[6]. Elle permettra aux abonnés mobiles de ne plus utiliser le réseau téléphonique commuté 2G/3G pour la voix et la messagerie lorsque la couverture 4G est mauvaise ou absente.

Avantages[modifier | modifier le code]

Pour les opérateurs, les Appels WiFi permettent d'abandonner la distribution et le SAV des femtocells. Tous les opérateurs mobiles français ont cessé de proposer une offre femtocell sauf Free Mobile. Les Appels WiFi permettent également de soulager l'infrastructure cellulaire dans les zones où de gros rassemblements surviennent régulièrement (stades, salons, centres de congrès...). A plus long terme, ils permettront d'éteindre le réseau commuté 2G/3G.

Pour les abonnés, il est possible d'utiliser leur ligne mobile sur n'importe quel réseau WiFi et plus seulement chez eux ou sur un hotspot WiFi de leur opérateur mobile. La rapidité d'établissement des appels et la qualité audio sont nettement meilleures qu'en 2G/3G.

Inconvénients[modifier | modifier le code]

Le protocole n'est pas implanté sur tous les mobiles, en particulier les mobiles bas de gamme ou ceux sortis avant 2016.

Le handover entre WiFi et cellulaire ne fonctionne parfaitement qu'avec les réseaux 4G et 5G grâce à l'architecture IMS, utilisée à la fois par la VoLTE et par la VoWiFi. IMS permet de commuter instantanément entre VoLTE et VoWiFi sans passer par un transfert d'un réseau IP à un réseau commuté (UMTS ou GSM).

Comme toute VoIP, la VoWiFi nécessite une faible gigue (jitter). Donc, le réseau WiFi et le réseau filaire qui est derrière ne doivent pas être surchargés ou instables.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « ARCEP : Comment activer les appels Wi-Fi sur mobile en France métropolitaine ? », sur ARCEP, (consulté le 16 avril 2021)
  2. (en) « VoWifi (Voice over Wi-Fi) », sur GSMA (consulté le 16 avril 2021)
  3. (en) « IR.51 IMS over Wi-Fi V8.0, Section 4.4, p.10 », sur GSMA (consulté le 16 avril 2021)
  4. (en) « IR.92 IMS Profile for Voice and SMS v15.0 », sur GSMA (consulté le 16 avril 2021)
  5. « Améliorer la couverture à l'intérieur des habitations », sur Fédération Française des Télécoms, (consulté le 16 avril 2021)
  6. Raphaël Balenieri, Sébastien Dumoulin, « La 4G passe de plus en plus mal dans les tours de bureaux… et la 5G n'améliorera rien », sur Les Échos, (consulté le 16 avril 2021)

Voir aussi[modifier | modifier le code]