Utilisateur:Kelam/Réflexions

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
ATTENTION : Les mots qui vont suivre n'engagent que leur auteur et ceux qui y adhèrent. Il encourage naturellement leur discussion et leur remise en question.

La communauté Wikipédia n'existe pas[modifier | modifier le code]

En ces temps agités où il est de bon ton de chercher à faire le ménage parmi les contributeurs qui dérangent, il est un concept qui revient sur le tapis plus que d'ordinaire, une créature informe qu'on a du mal à définir mais qui est régulièrement invoquée quand untel considère que le problème engendré est suffisamment grave pour être nocif pour le projet d'encyclopédie libre : la communauté de Wikipédia. Qui est-elle ? de qui est-elle composée ? quel est son poids dans les choix et les orientations du projet ? Mystère qui m'a souvent interpellé et au regard des derniers événements, j'en suis malheureusement venu à la conclusion suivante : la communauté Wikipédia n'existe pas[1].

Revenons aux bases du projet, à savoir les principes fondateurs. Ceux-ci sont au nombre de cinq, mais il en est un qui, à la longue, semble plus difficile à mettre en application. Il s'agit du quatrième, qui stipule que pour une bonne entente des contributeurs, ceux-ci doivent s'en tenir à des règles de savoir-vivre dans leurs interactions avec leurs interlocuteurs et rechercher le consensus en cas de désaccord. Dans l'idée, chacun devrait s'exprimer avec politesse, sérénité, ouverture d'esprit et se poser calmement avec ses contradicteurs pour chercher un terrain d'entente et ainsi, in fine, permettre la construction d'articles de bonne facture. Dans les faits, les pages de discussion sont désertées car les historiques sont des terrains de guerre de tranchées où chaque commentaire de modification est une salve envers son contradicteur, le salon de médiation ne sert qu'à éviter d'alourdir les historiques, et le Bistro est devenue une agora où chacun peut soumettre à la vindicte générale quiconque ne sied pas à sa vision du projet. Dans tout cela, quiconque connaissant le projet voit les effets collatéraux : les articles à l'état d'ébauche qui se multiplient, faute de contributeurs en état de les améliorer, n'étant ni compétents, ni d'humeur.

J'y vois là les symptômes d'un mal simple à diagnostiquer, mais complexe à guérir : le manque de renouvellement des contributeurs de longue durée. Wikipédia est un projet fou, placé sous le signe de l'utopie, faisant pleinement confiance à la liberté qu'offre Internet pour sa construction. Mais avec le temps, la démocratisation et la meilleure maîtrise de l'outil, le projet attire de moins en moins, car il s'est installé, imposé, et embourgeoisé, ce qui a pour conséquence de faire de plus en plus peur au simple nouveau qui aimerait parler d'un sujet qui l'intéresse mais qui craint de tout foutre en l'air en cliquant sur [Modifier]. En revanche, ceux qui voient le bon référencement sur Google d'une encyclopédie (ça a l'air sérieux) libre (ça sonne ouvert d'esprit) n'hésitent pas une seconde à créer un article sur leur personne, dans l'espoir de faire de la publicité gratuite. Il est vrai que ce phénomène est quasiment apparu avec l'encyclopédie elle-même, mais alors que le nombre d'auto-promoteurs reste globalement constant, celui des nouveaux venus pour participer à qulque chose de pus grand semble sur la pente descendante. Je place personnellement la transition dans cette évolution aux alentours du dixième anniversaire du projet, ce qui constitue un âge avancé sur un média aussi changeant qu'Internet.

En conséquence, seuls les pionniers sont restés et sont restés fidèles à l'esprit d'origine du projet : une encyclopédie qui espérait parler de tout, et un peu plus que tout[2]. Seulement, créer des articles, c'est simple comme une commande Unix ; rédiger un article complet et dûment référencé, c'est long, fastidieux et nécessite beaucoup de moyens. Ainsi se multiplient les ébauches, parfois sans référence aucune, créées au nom de l'esprit originel de Wikipédia, et misant sur l'effet piranha pour les plus reconnus, ou sur le temps et l'arrivée de nouveaux contributeurs de bonne volonté pour les plus humbles. En clair, on pose deux lignes et on croise les doigts en se disant qu'après tout, on peut écrire un AdQ en misant sur le paradoxe du singe savant, maisce serait sympa que l'attente ne soit pas trop longue. Malheureusement, la nature humaine est ce qu'elle est, et quand un noyau dur se forme entre êtres humains, il apparait fatalement des groupes d'affinité, plus ou moins radicaux. Alors que l'idéal wikipédien devrait être qu'une majorité des contributeurs actifs s'expriment et fassent entendre leurs opinions, ce sont encore et toujours les mêmes qui apparaissent, et ce groupe ne représente, il faut bien l'admettre, qu'un faible pourcentage de la masse. Et c'est en cela que la communauté Wikipédia n'existe pas : il n'y a qu'un noyau dur d'anciens sclérosé sur ses positions, craignant de voir évoluer l'encyclopédie dans une direction dans laquelle ils voient une déviation ou un dévoiement, politique ou autre, mais par dessus tout, dans lequel ils ne se reconnaissent pas.

Or, j'affirme haut et fort que le projet doit évoluer. Il doit repenser ses modalités sans pour autant renier ses principes fondateurs, ce qui constitue son identité et son idéal. C'est la seule voie qui lui reste pour arrêter de tourner au ralenti, et donc laisser la rouille apparaître dans la mécanique autrefois bien huilée. Je propose pour cela deux solutions. Elles ne sont pas parfaites, méritent des arrangements, mais proposent des pistes à explorer, que j'espère pleines de promesses.

S'ouvrir vers le grand public

Trop d'événements se déroulent en interne et n'intéressent que les contributeurs de longue date, comme notamment les Wikiconcours. Ainsi, je propose la mise en place des idées suivantes :

  • Créer des wikiconcours thématiques réservés aux nouveaux, en ciblant les projets ayant de forts taux d'articles à l'état d'ébauches ou en manque de contributeurs de longue durée ;
  • Profiter des campagnes de dons pour faire du « démarchage » de contributeurs. Inviter les lecteurs à ne plus donner que quelques euros/dollars canadiens[3] mais aussi de leur temps, les inciter à fouiller leur bibliothèque et à pointer du doigt les articles d'importance qu'il serait bon de compléter.
Durcir les règles pour les anciens

Un contributeur installé est un contributeur qui s'embourgeoise, et par voie de conséquence, supporte de moins en moins la critique et a du mal à se remettre en question. Ainsi, il faudrait pouvoir exiger d'un contributeur qui a fait ses preuves, un minimum de qualité de rédaction, éviter la création répétitive d'articles à l'état d'ébauches pommesques et l'inviter à donner l'exemple au nouveau qui souhaite participer à ce grand projet.

  1. Tout du moins sur sa version francophone, l'auteur admet sa méconnaissance profonde du fonctionnement effectif des autres versions pour y étendre cette affirmation.
  2. Pour les plus jeunes, l'auteur fait ici référence au Quid, qu'on peut voir comme une Wikipédia pré-Web.
  3. L'auteur essaie d'être le moins franco-centriste possible.