Université de Dar es Salam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Université de Dar es Salaam)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Université de Dar es Salam
Nkrumah.JPG
Histoire et statut
Fondation
Type
Nom officiel
Chuo Kikuu cha Dar es Salaam
University of Dar es Salaam
Localisation
Localisation
Pays

Géolocalisation sur la carte : Tanzanie

(Voir situation sur carte : Tanzanie)
Point carte.svg
Chiffres-clés
Étudiants
19 650
Divers
Devise
Hekima Ni Uhuru
Site web

L’université de Dar es Salam, située à Dar es Salam en Tanzanie, est un regroupement de trois campus : Mlimani (la colline), DUCE et MUCE. Elle est située à 13 kilomètres du centre ville. C'est la plus grande et plus ancienne de Tanzanie. La devise de l'université est Hekima ni Uhuru (La sagesse est la liberté).

Historique[modifier | modifier le code]

La faculté du droit a commencé en 1961. À cette époque elle était attachée à l'université d'Afrique orientale (avec l'université Makerere et l'université de Nairobi). Le premier chancelier de cette université était le premier président tanzanien Julius Kambarage Nyerere. Maintenant le chancelier est l'ambassadeur F. M. Kazaura tandis que le vice-chancelier est le professeur Rwekaza Mukandala.

L'université compte un peu plus de 16 000 étudiants. Il y a cinq facultés y compris la faculté de lettres et sciences humaines ; la faculté de sciences naturelles ; la faculté de droits et la faculté de l'éducation.

Dar es salaam university college of education lui est affilié.

Les pays scandinaves financent presque intégralement la recherche à l'université de Dar es Salam (UDSM), autrefois subventionnée par l'État tanzanien. « C'est un moyen pour ceux-ci d'exister et d'augmenter leur influence sur la scène internationale », explique Olivier Provini. Cet apport extérieur n'est cependant pas sans risques, souligne le chercheur français : contre leurs financements, les bailleurs de fond peuvent par exemple peser sur l'orientation et le contenu des programmes d'enseignement des récipiendaires[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. GEO n° 403 de septembre 2012, p. 70

Lien externe[modifier | modifier le code]