Trois chants sur Lénine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un film <adj> image illustrant soviétique
Cet article est une ébauche concernant un film soviétique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

Trois chants sur Lénine
Titre original Три песни о Ленине
Réalisation Dziga Vertov
Sociétés de production Mejrabpomfilm
Pays d’origine Drapeau de l'URSS Union soviétique
Genre Film documentaire
Durée 59 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Trois chants sur Lénine (ou Три песни о Ленине, Tri pesni o Lenine en russe) est un film documentaire soviétique réalisé par Dziga Vertov et sorti en 1934.

Ce film est basé sur la célébration des dix ans de la mort de Lénine et monté à partir de témoignages populaires et d'images d'archives.

Synopsis[modifier | modifier le code]

La narration est faite par cartons qui prennent tout l'écran dont les phrases sont courtes et directes, qui se manifestent environ toutes les 5 minutes au long du film de manière à tenir le spectateur attentif.

L'histoire est tournée à travers toute l'Union soviétique (jusqu'en Asie centrale).

Les trois chants qui accompagnent ce documentaire sont chantés dans les villages.

Premier chant[modifier | modifier le code]

Le premier chant est intitulé Mon visage était dans une prison obscure. Il s'ouvre sur un homme priant dans une mosquée tandis qu'un aveugle déambule. Puis des femmes voilées par un paranji proche d'un tchador et ployant sous leur fardeau permettent un parallèle sur la déshumanisation attribuée à la culture islamique par l'Occident. Ce film s'inscrit dans la campagne d'athéisme dans les pays d'Asie centrale dans les années 20 et 30, dont un des mots d'ordre était l'oppression de la femme par l'Islam [1]. Les scènes suivantes se concentrent sur une jeune fille qui, lisant Lénine, se dévoile et apparaît souriante. Ainsi dévoilée, elle cultive un jardin, conduit un tracteur etc. La scène finale montre la famille écoutant la radio qui annonce la mort de Lénine et déplorant la disparition de celui qui leur avait rendu la lumière.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. KELLER Susannah, « Conversion to the New Faith: Maxism-Leninism and Muslims in the Soviet Empire », in GERACI Robert P., KODHARKOVSKY Michael, Of Religion and Empire: Missions, Conversions, and Tolerance in Tsarist Russia, Cornell University Press, Ithaca and London, 2001, p326