Tragédie de Doolough

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mémorial dédié aux victimes de la vallée de Doolough.

La Tragédie de Doolough est un événement qui s'est produit au cours de la Grande famine en Irlande dans le sud-ouest du Comté de Mayo[1].

Le 30 mars 1849, deux fonctionnaires de la Poor Law Union (organisme d'assistance aux indigents) de Westport arrivèrent à Louisburgh pour inspecter les bénéficiaires de « secours aux pauvres » de manière à vérifier s'ils pouvaient continuer à recevoir ces aides[2].

Pour des raisons non précisées, l'inspection n'eut pas lieu et les fonctionnaires se rendirent au Delphi Lodge – un pavillon de chasse – à environ 20 km au sud de Louisburgh. Les gens qui s'étaient rassemblés pour l'inspection ont été informés qu'ils devaient se présenter au Delphi Lodge à 7 h le lendemain matin s'ils souhaitaient continuer à recevoir des secours. Par conséquent, durant la nuit et le jour qui suivit, des misérables en état de dénutrition, probablement par centaines, durent entreprendre ce qui était pour eux, étant donné leur affaiblissement, un voyage épuisant surtout par un très mauvais temps[2].

Une lettre adressée peu de temps après au journal local, The Mayo Constitution, indiquait que les corps de sept personnes, dont des femmes et des enfants, furent par la suite découverts au bord de la route entre Delphi et Louisburgh, dominant les rives du lac de Doolough, et que neuf autres ne rejoignirent jamais leurs domiciles. Selon la tradition locale, le nombre total des victimes pourrait s'élever à 400 morts.

Col de Doolough.

Une marche annuelle, la Doolough Famine Walk, entre Louisburgh et Doolough[3], et une croix, érigée en 1994 dans la vallée de Doolough, commémorent cet événement. Le socle de la croix porte une inscription qui est une citation attribuée au Mahatma Gandhi : How can men feel themselves honoured by the humiliation of their fellow beings ? (Comment les hommes peuvent-ils se sentir honorés par l'humiliation de leurs semblables ?)[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Gertrude M. Horgan, Tales of the West of Ireland, Dufour Editions, (lire en ligne), p. 39
  2. a, b et c (en) Alice Miles, « The black lake’s secret », New Statesman (consulté le 13 septembre 2012)
  3. (en) « Annual Famine walk held in Mayo », The Irish Times, (consulté le 10 février 2012).