Terminal Node Controller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
TNC de type PK-232, début des années 1990.

Un Terminal Node Controller (TNC) est un appareil utilisé par les radioamateurs pour se connecter à des réseaux packet radio AX.25. Cet appareil reprend les fonctions des assembleurs/désassembleurs de paquets (PAD) des réseaux X.25, et leur ajoute un modem chargé de la conversion entre signaux numériques et signaux audio.

Le premier TNC a été développé par Doug Lockhart, VE7APU, de Vancouver, et diffusé via le groupe Tucson Amateur Packet Radio et les modèles TNC-1 et TNC-2.

Description[modifier | modifier le code]

Un TNC est généralement composé d'un microprocesseur, d'un modem et d'un logiciel stocké dans une EPROM. Ce dernier implémente le protocole AX.25 et fournit une interface de type ligne de commande à l'utilisateur. Fréquemment, il fournit également d'autres fonctionnalités, notamment la capacité à recevoir des messages lorsque l'opérateur est absent. Le TNC contient donc toute la logique nécessaire à la communication sur un réseau AX.25 : il n'y a pas besoin d'un ordinateur externe, l'accès au réseau peut se faire via un simple terminal.

Le TNC assure la connexion entre ce terminal et un émetteur-récepteur. Les données issues du terminal sont organisées en paquets AX.25 et modulées en signaux audio pour être transmises par radio. Réciproquement, les signaux reçus sont démodulés, les données extraites des paquets, et les résultats sont affichés sur le terminal. De plus le TNC gère le canal radio selon les spécifications du protocole AX.25.

À titre d'exemple d'application commerciale, on peut en retenir une, non pas pour ses qualités intrinsèques, mais comme base d'un standard de fait et décrivant trois couches de traitement de l'information, chacune d'elles reposant sur un standard ouvert. Les appareils de poche (Kenwood), série TH-D7, rassemblent :

  • un émetteur/récepteur VHF et UHF classique, en FM ;
  • un TNC qui représente la couche AX.25 ;
  • une balise APRS et une interface de communication RS-232.

Situation actuelle[modifier | modifier le code]

Les TNC étaient nécessaires à une époque où les ordinateurs personnels n'étaient pas suffisamment puissants pour à la fois gérer une connexion réseau et dialoguer avec l'utilisateur. Aujourd'hui, la plupart des stations radioamateurs sont équipées d'un ordinateur. Ces derniers sont désormais capables de réaliser un TNC en logiciel (modem et logique d'accès au réseau)[1], ce qui rend à première vue les TNC matériels inutiles.

Cependant, des réglages sont souvent nécessaires pour mettre au point une installation correcte sur un ordinateur. De plus, les solutions logicielles souffrent généralement de mauvaises performances lors du décodage de signaux bruités. Les TNC sont donc toujours utilisés, en particulier lorsque la fiabilité doit être garantie.

L'APRS repose sur l'envoi de coordonnées géographiques par des stations mobiles (en France sur 144,800 MHz). Des TNC sont donc fréquemment employés pour ce trafic en raison de l'encombrement rédhibitoire d'un ordinateur. On rencontre désormais des TNC compacts et peu gourmands en énergie, souvent couplés à un module de réception des signaux GPS. Certains émetteurs-récepteurs VHF mobiles intègrent d'ailleurs un TNC d'origine dans le but d'utiliser l'APRS. Toutefois, l'APRS repose sur des conventions de nommage spécifiques, et il peut être nécessaire de mettre à niveau les anciens TNC pour cette utilisation (voir par exemple le projet de firmware UIDIGI[2] pour le TNC-2 et ses clones).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Par exemple, AGWPE peut jouer le rôle de TNC logiciel.
  2. UIDIGI, Smart Digipeater firmware for TNC2.

Articles connexes[modifier | modifier le code]