Suzanne Pérouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Suzanne Pérouse
Suzanne Pérouse.jpg
Fonction
Présidente
Union des femmes de France (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Père
Autres informations
Distinction

Suzanne Pérouse, née le à Sens, morte en à Paris, a été une présidente de l'Union des femmes de France (UFF), l'une des trois branches de la Croix-Rouge française avant 1940.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fanny Louise Suzanne Pérouse, née Guichard, est la fille du sénateur Jules Guichard, protestant, administrateur de la Compagnie parisienne du gaz, vice-président, puis président de la prestigieuse Compagnie universelle du canal de Suez, et de Caroline Dubois[1]. Elle épouse le 11 août 1873[2] Denis Pérouse ( 1846-1925 ), polytechnicien ( 1866 ), et ingénieur des Ponts et chaussées depuis octobre 1872. Son époux va mener une brillante carrière d'ingénieur dans le domaine des chemins de fer, qui va l'amener à entrer en 1878 à la direction de la construction des chemins de fer, à être ingénieur en chef du contrôle central de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée en 1895, attaché au cabinet du directeur des chemins de fer au ministère des travaux publics en 1886, adjoint au directeur en 1896 puis directeur. Ce haut fonctionnaire a également été conseiller général du département de l'Yonne de 1880 à 1892 et vice-président de 1889 à 1892, ainsi que conseiller d'État.

Après sa retraite en 1906, il pantoufle dans le privé et devient une personnalité du monde des affaires: il est administrateur de la Compagnie universelle du canal de Suez en 1907, administrateur la même année des Chargeurs réunis, puis président en 1911, président en 1911 de la Compagnie Sud-Atlantique, administrateur de la Compagnie des docks et entrepôts de Marseille, de la Mokta el Hadid, de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée en 1910, puis vice-président en 1915, président du Comité central des armateurs de France de 1918 à son décès en 1925, etc[3].

Membre de l'UFF dès sa fondation, Suzanne Pérouse intègre son conseil d'administration en 1892, dirige de 1896 à 1906 la commission des finances de l'association, devient vice-présidente, fait fonction de présidente de 1899 à 1906, et succède à la fondatrice Emma Koechlin-Schwartz comme présidente titulaire de 1906 à 1920[4]. C'est elle qui dirige l'UFF durant la Première Guerre mondiale.

C'est à sa demande que le président de la SSBM accepta de former en 1907 un Comité central de la Croix-Rouge dans lequel siègent des représentants des trois associations de la Croix-Rouge française[5].

Elle reçoit la croix de chevalier de la Légion d'honneur en 1920, à l'instar des présidentes des deux autres sociétés de la Croix-Rouge, avec comme citation : « Titres exceptionnels: présidente de l'Union depuis 13 ans; a d'abord préparé et intensifié en vue de la guerre, avec une activité inlassable et le plus heureux succès, les ressources en matériel et en personnel de la Société. La guerre venue, malgré une santé chancelante, s'est dévouée avec tout son cœur, jusqu'à l'extrême limite de ses forces, aux blessés, aux prisonniers, aux soldats et à leurs familles. A été et reste l'âme de son œuvre »[6]. Son époux est lui commandeur de la Légion d'honneur (1922).

Elle a notamment été à l'origine de la fondation de l'école d'infirmières de l'UFF, à Paris, qui porte son nom après son décès en 1924[7]. Elle fut la deuxième femme à intégrer le Conseil supérieur de l'Assistance publique[8].

Sources[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Bourguignons et le Levant: actes du huitième colloque, 69e congrès, Dijon, Auxerre, 23-25 octobre 1998, Association bourguignonne des sociétés savantes (ABSS), 2000, p. 312-314
  2. Cf. les minutes des actes de mariage dans son dossier de la Légion d'honneur.
  3. Cf. le Dossier de la Légion d'honneur de Denis Pérouse dans la base Léonore , Qui êtes-vous: Annuaire des contemporains, C. Delagrave, 1908, Revue générale du froid, octobre-novembre 1925, Bulletin de l'Association internationale des chemins de fer, mars 1926, Nécrologie
  4. L'Action française, 28 octobre 1920, Le Temps, 28 octobre 1920
  5. Bulletin mensuel de l'UFF, mai 1931, croix-rouge.fr, La Création de la Croix-Rouge française, 25 mai 2004
  6. Cf. le Bulletin mensuel de l'UFF, , Le Journal, 19 février 1920, 'Trois femmes décorées de la Légion d'honneur", Le Gaulois, 20 février 1920, Ibid., 13 mars 1920
  7. Bulletin de l'UFF, 1er août 1924, Ibid., 1er mai 1924
  8. Conseil national des femmes françaises., (lire en ligne)