Surfing with the Alien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Surfing With The Alien
Album de Joe Satriani
Sortie
Enregistré fin 1986
Alpha and Omega Recordings & Hyde Street Studios, San Francisco
Durée 37:33
Genre Rock instrumental
Producteur Joe Satriani & John Cuniberti
Label Relativity
Epic Records (réédition)

Albums de Joe Satriani

Surfing with the Alien est le deuxième album de Joe Satriani, sorti en 1987.

Il révèle le guitariste au grand public et compte quelques titres des plus connus de Satriani comme Surfing with the Alien, Satch Boogie, morceaux qui contribuent à populariser le shred, ou encore Always With Me, Always With You. Satriani passe ainsi de la ballade au hard rock en passant par l'exercice de style (tapping) qu'est Midnight. Cet album reste pour l'époque une innovation en matière de sonorité[1].

Le titre et la pochette de l'album font référence au Surfer d'Argent, personnage de comic. Le dessin de la pochette est tiré du premier numéro du comic Silver Surfer (1982), dessiné par John Byrne[2].

Une réédition du nom de Surfing with the Alien 20e anniversaire est sortie en 2007 en CD et DVD.

Listes des pistes[modifier | modifier le code]

  1. Surfing with the Alien - 4:25
  2. Ice 9 - 3:59
  3. Crushing Day - 5:14
  4. Always with Me, Always with You - 3:22
  5. Satch Boogie - 3:13
  6. Hill of the Skull - 1:48
  7. Circles - 3:28
  8. Lords of Karma - 4:48
  9. Midnight - 1:42
  10. Echo - 5:37

Classements et certifications[modifier | modifier le code]

L'album a atteint la 29e place du classement Billboard 200 aux États-Unis[3]. Il s'est classé à la 10e place en Australie[4] et à la 16e en Nouvelle-Zélande[5].

Pays Ventes Certification Date
Drapeau des États-Unis États-Unis[6] 1 000 000 + Disque de platine Platine 03/02/1992
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[7] 50 000 + Disque d'argent Argent 22/07/2013

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Pour Stephen Erlewine, d'Allmusic, qui lui donne 4,5 étoiles sur 5, l'album est « l'étalon-or du jeu de guitare de la deuxième partie des années 1980 » et Satriani combine « sa dextérité à un véritable sens de la construction mélodique ». Erlewine met particulièrement en avant Always with Me, Always with You, Satch Boogie et Surfing with the Alien pour la qualité des mélodies[8]. Christian Larrède, de Music Story, lui donne 4 étoiles sur 5, estimant que la « vélocité irréprochable » de Satriani « se met au service d’un style - et d’une sonorité générale – tellement fluide qu’on ne sent qu’à de très rares moments la pesanteur de l’exhibitionnisme »[9]. Le site Sputnikmusic lui donne 5 étoiles sur 5, évoquant « l'album essentiel » de Joe Satriani, qui a « mis toute son âme dans chaque morceau » et a « élevé la barre de la prouesse musicale » avec ce « chef-d'œuvre de virtuosité »[10].

Crédits[modifier | modifier le code]

  • Joe Satriani : guitares, basse, claviers, percussions, programmation
  • Bongo Bob Smith : percussions, programmation
  • Jeff Campitelli : batterie, percussions
  • John Cuniberti : percussions

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Darrin Fox, « Joe Satriani (2) », Guitar Player (consulté le 26 mars 2015)
  2. (en) « Is the Cover of Joe Satriani Surfing with the Alien album drawn by JB », sur byrnerobotics.com (consulté le 15 septembre 2012)
  3. (en) « Surfing with the Alien », Billboard (consulté le 15 septembre 2012)
  4. (en) « Joe Satriani Discography », sur australian-charts.com (consulté le 1 novembre 2013)
  5. (en) « Joe Satriani Discography », sur charts.org.nz (consulté le 1 novembre 2013)
  6. (en) « Surfing with the Alien Certifications », sur RIAA.com (consulté le 26 janvier 2015)
  7. (en) « Joe Satriani Certifications », sur bpi.co.uk (consulté le 26 janvier 2015)
  8. (en) Stephen Erlewine, « Surfing with the Alien Review », Allmusic (consulté le 26 novembre 2013)
  9. Christian Larrède, « Chronique de Surfing with the Alien », Music Story (consulté le 26 novembre 2013)
  10. (en) « Surfing with the Alien Review », Sputnikmusic (consulté le 26 novembre 2013)