Silentbloc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la mécanique
Cet article est une ébauche concernant la mécanique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Un silentbloc (nom déposé[1] d'une marque industrielle par la société française Paulstra, longtemps appelée Paulstra-Silentbloc, maintenant Paulstra Vibrachoc[2]), est une pièce constituée d'un matériau souple (généralement du caoutchouc) permettant d'absorber des chocs et des vibrations entre des organes mécaniques, permettant de réduire les nuisances sonores, et une structure qui les supporte.

Le terme est passé dans le langage courant[3] et les orthographes pour la dénomination d'éléments souples amortisseurs comme « silent bloc[4] » ou « silent block » sont fréquentes.

Dans une voiture, les silentblocs assurent la jonction entre le châssis du véhicule et le triangle de suspension. Ils constituent un élément à contrôler[5] dès que le véhicule atteint 80 000 kilomètres pour des raisons de sécurité. Il peut également servir à insonoriser le fonctionnement d'un moteur en l'isolant de l'armature métallique qui le maintient ; ou encore à fixer une ligne d'échappement, pour absorber les vibrations de cette dernière.

Il peut être en caoutchouc, en matière plastique ou d'autres matériaux répondant à des critères d'élasticité et d'amortissement des impulsions qu'ils reçoivent.

Il est généralement utilisé en compression : plusieurs éléments supportent le poids de la partie en mouvement, en sandwich avec la structure porteuse. Un système de fixation peut éventuellement être ajouté pour empêcher la partie mécanique de sortir de son logement, mais dans ce cas, il est nécessaire de le coupler avec un ressort.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[5][modifier | modifier le code]

  1. « Articulations élastiques simples », Paulstra SNC
  2. (fr) (en) Site de Paulstra Vibrachoc
  3. « Définitions : Silentbloc », Éditions Larousse
  4. Exemple d'utilisation de la variante « silent bloc » par un concurrent : silent-bloc.fr d'Aura Industrie
  5. a et b « Comment contrôler les suspensions de votre véhicule? », sur http://entretien-automobile.com,‎ (consulté le 16 septembre 2015)