Si c'était à refaire (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Si c'était à refaire.
Si c'était à refaire
Auteur Marc Levy
Pays Drapeau de la France France
Genre roman
Éditeur Robert Laffont
Versilio
Date de parution
Nombre de pages 421
ISBN 978-2221116807
Chronologie

Si c'était à refaire est le treizième roman de l'écrivain français Marc Levy. Il est paru le aux éditions Robert Laffont pour sa version physique et aux éditions Versilio pour sa version numérique[1].

Dans la résolution de son enquête, Andrew est aidé du commissaire Pilguez, personnage apparaissant dans Et si c'était vrai..., le premier roman de Marc Levy.

Le roman sera sans doute suivi d'une suite[2].

Résumé[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2012)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Premier quart du roman et introduction de l'intrigue[modifier | modifier le code]

Andrew Stilman, 39 ans, est grand reporter au New York Times. Il vient de se marier avec une amie d'enfance.

Le 9 juillet 2012 au matin, il court le long de l'Hudson River quand il est soudainement agressé : quelqu'un vient de lui plonger un poignard, par l'arrière, entre les côtes. Une douleur fulgurante lui transperce le dos, il s'effondre dans une mare de sang.

Andrew reprend connaissance le 7 mai 2012, soit deux mois plus tôt. À compter de ce moment-là, il a 62 jours pour découvrir son assassin.

Enquête d’Andrew sur le motif de son assassinat et les moyens de l’éviter[modifier | modifier le code]

Andrew est aidé dans son enquête par son meilleur ami, Simon, vendeur de voitures, et par un policier qu’il a embauché, le commissaire Pilguez, personnage apparaissant dans le premier roman de Marc Levy, Et si c’était vrai....

S’agit-il de son collègue de bureau Olson, qui est jaloux de sa réussite ? Olson se drogue-t-il ? Pourquoi a-t-il acheté des instruments rares de chasse de gibier ? Quel est son secret ?

Son meurtre est-il en lien avec le voyage qu’il a fait avant sa mort, et qu’il doit refaire, en Argentine, sur les traces d’Ortiz, un ancien militaire de la junte militaire des années 1970, qui a contribué à massacrer des centaines d’innocents et volé des bébés ?

Ou alors avec son épouse récente, à qui il venait d’annoncer qu’il venait de rencontrer dans un bar une autre femme dont il était tombé soudainement fou amoureux ?

Ou encore avec M. Capetta, qui a tenté de le blesser grièvement en raison d’une enquête qu’il avait faite concernant le vol d’enfants en Chine par la mafia chinoise et leur revente en Amérique à des orphelinats ?

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]