Siège de Bayonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Siège de Bayonne
Description de cette image, également commentée ci-après

La citadelle de Bayonne.

Informations générales
Date du 27 février au 5 mai 1814
Lieu Bayonne
Issue Levée du blocus après l'abdication de Napoléon
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire français Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni
Drapeau de l'Espagne Espagne
Drapeau du Royaume du Portugal Royaume de Portugal
Commandants
Pierre Thouvenot John Hope
Forces en présence
13 000 hommes 28 000 hommes

Sixième Coalition

Batailles

Campagne de Vitoria et des Pyrénées (1813-1814)

Vitoria · Saint-Sébastien (1er) · Pyrénées · Sorauren · Buenza · Saint-Sébastien (2e) · San Marcial · Bidassoa · Pampelune · Nivelle · Nive

Traité de Valençay
Garris · Orthez · Bayonne · Toulouse
Coordonnées 43° 20′ 00″ N 1° 28′ 00″ O / 43.33333333, -1.4666666743° 20′ 00″ Nord 1° 28′ 00″ Ouest / 43.33333333, -1.46666667

Le siège de Bayonne, qui a lieu du au [1], est la dernière phase de l'invasion du Midi de la France par l'armée du duc de Wellington. Il se solde par la reddition de la place après l'abdication de l'Empereur.

Contexte[modifier | modifier le code]

Contexte stratégique[modifier | modifier le code]

À la fin de l'été 1813, l'armée d'Espagne, sous les ordres du maréchal Soult est repliée sur le versant français des Pyrénées. Le maréchal tente tout d'abord quelques offensives en Navarre et au Pays basque, pour essayer de débloquer la garnison de Saint-Sébastien[2]. Devant l'échec de ces tentatives et l'évolution du rapport de forces, le duc de Dalmatie tente de résister aux offensives anglo-espagnoles[3]. Le , Wellington franchit la Bidassoa, puis le , la Nivelle. La contre-offensive de Saint-Pierre-d'Irube sur les coteaux de Mouguerre échoue le , au lendemain de la bataille de la Nive, à écraser le corps isolé du général Rowland Hill[4]. Après une période de statu quo au mois de , Wellington reprend l'offensive et contraint Soult à se concentrer sur Orthez et à découvrir la place de Bayonne[5].

États des forces[modifier | modifier le code]

Deux dynamiques contraires sont à l'œuvre dans les armées qui s'opposent. L'armée anglo-espagnole reçoit tout au long de la campagne de nombreux renforts qui lui permettent de combler ses pertes[6]. L'armée française se voit elle régulièrement ponctionnée d'unités rappelées en Allemagne puis dans l'est de la France. Cette disproportion des forces explique la capacité de Wellington à se séparer du corps de Hope devant Bayonne.

L'armée française a en outre de gros problèmes d'approvisionnement, tant à cause de la météo qui rend difficile le passage des convois qu'à cause du moral de la population, rétive aux réquisitions, quand elle ne se déclare pas ouvertement pro-anglaise ou royaliste.

Tout au long de la campagne, Soult a fait ériger deux camps retranchés au sud de la ville[7], qui s'ajoute aux fortifications datant de Vauban et à la citadelle[1].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Investissement[modifier | modifier le code]

Le , Wellington est à Saint-Jean-de-Luz pour planifier l'investissement de la place de Bayonne[8]. Le mauvais temps retarde l'exécution du plan et le général en chef est déjà reparti le 23 quand un pont de bateaux est lancé sur l'embouchure de l'Adour. Le 27, la place est totalement investie et les combats cessent.

Bataille de Bayonne[modifier | modifier le code]

Le , le général Maucomble tente une sortie à la tête de 5 400 hommes[1]. Il surprend les premières lignes britanniques et parvient à capturer le général Sir John Hope et à tuer le général Hay[1], mais doit se replier. Le combat met hors de combat un peu moins d'un millier de soldats de part et d'autre.

Reddition[modifier | modifier le code]

Thouvenot reçoit la nouvelle de l'abdication de l'Empereur dès le [9]. Il refuse dans un premier temps la reddition et ordonne même la sortie du 14. Il ne consent à discuter une suspension d'armes que le , lorsqu'un ordre écrit par le maréchal Soult en ce sens lui parvient[10]. Le blocus de la place est levé le [1].

Mémoire et monuments[modifier | modifier le code]

l'avenue du 14 avril 1814 à Bayonne, qui passe entre le cimetière juif et l'église et le cimetière Saint-Étienne, se trouve là où fut le cœur de la bataille du 14 avril.

Plusieurs installations, sur les lieux de la bataille, au nord de Bayonne, entretiennent la mémoire de ces événements.

Monument aux morts de 1814[modifier | modifier le code]

Situé entre l'avenue Grenet et l'avenue De Lattre de Tassigny, ce monument a été inauguré en 1907. Il est composé d'une obélisque sur un dé, tous deux en pierre d'Arrudy[11], décoré d'une petite mosaïque représentant la citadelle de Bayonne et orné d'une grande sculpture en bronze de Jacques Froment-Meurice, figurant un aigle blessé symbolisant l'Empire sous un drapeau, et la patte gauche sur un globe. Au dos du monument, des inscriptions célèbrent les soldats français morts lors du blocus de Bayonne, en particulier le combat du Boucau du 23 février, l'attaque de Saint-Étienne du et la sortie du .

Cimetière des Coldstream Guards[modifier | modifier le code]

Accessible depuis le chemin de Laharie, un petit cimetière entretient le souvenir des Coldstream Guards. Sur les lieux de la bataille du , un cerisier gardait la trace d'un boulet[12]. Autour de cet arbre, sur la gauche du vallon, des tombes furent rassemblées. Le terrain est acquis dès 1814 par les soldats britanniques. En 1830, une souscription eut lieu parmi les Coldstream Guards qui permit d'enclore le cimetière et de pérenniser les tombes[12],[13]. On peut lire sur les stèles les noms de G. Callier et H. Sullivan, lieutenant-colonels, W.-G. Crofton, W. Burroughs, C.-L. White, J.-B. Shiffner et F. Holburne capitaines, F. Vachell, W. Pitt et W. Vane, enseignes, J. Hamilton, lieutenant. La pierre tombale du major-général Hay est déplacée de l'église Saint-Étienne de Bayonne et rejoint l'enclos[13]. D'autres inscriptions indiquent que le cimetière fut restauré en 1877 grâce à Miss Holburne, de Bath, sœur d'un des officiers tués, et que la clôture est largement due à P.-A. Hurt, esquire, qui vécut à Amade, aujourd'hui Bayonne, et mourut en . Un plaque indique que ce cimetière reçut la visite de la reine Victoria le , avec la princesse Béatrice. Un autre plaque indique la venue du roi Édouard VII le .

Cimetière des Third Guards[modifier | modifier le code]

Accessible depuis la rue du Barrat, un deuxième cimetière abrite les dépouilles de capitaines anglais morts lors de la bataille du , à l'endroit du campement de leur troupe en 1814. Il semble qu'il ait été réalisé en 1876, par Miss Holbourne également. Il ne comporte que trois tombes. Au centre, celle du capitaine Holbourne est monumentalisée par un obélisque de grès rose. À sa gauche se trouve celle du capitaine Mahon, et à sa droite celle des capitaines White et Shiffner. Ils appartenaient tous au corps des Third Guards. On y trouve également les restes d'un arbre, avec une plaque métallique indiquant qu'au moment de l'inhumation, ce chêne, qui avait été touché par un boulet de canon, avait été taillé en croix avec les initiales des défunts incisées par leurs camarades[13].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Tulard 1999, p. 185.
  2. Gotteri 2000, p. 538.
  3. Gotteri 2000, p. 545.
  4. Gotteri 2000, p. 554.
  5. Gotteri 2000, p. 560.
  6. Gotteri 2000, p. 552.
  7. Gotteri 2000, p. 547.
  8. d'Arjuzon 1999, p. 237.
  9. Smith 1998, p. 524.
  10. Gates 2001, p. 467.
  11. « e-monument.net », sur e-monument.net (consulté le 21 août 2015).
  12. a et b F. Morel., Bayonne, vues historiques et descriptives, Bayonne,‎ (lire en ligne), p 359 - 368.
  13. a, b et c « guide de Bayonne », sur ville de Bayonne.